Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays
Publié dans Le Maghreb le 22 - 08 - 2019

L'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Martin Griffiths, a mis en garde contre la fragmentation du Yémen, soulignant qu'"elle est devenue une menace plus forte et plus urgente que jamais", ont rapporté mercredi des médias locaux.

S'exprimant mardi soir devant le Conseil de sécurité de l'ONU, Martin Griffiths s'est alarmé sur la situation au Yémen, évoquant notamment les affrontements ayant éclaté en début août à Aden, la capitale "provisoire" du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, entre deux factions habituellement alliées contre le mouvement Houthis (Ansarullah), ont ajouté les mêmes sources. "La violence enregistrée à Aden a entraîné la mort de dizaines de civils et fait des centaines de blessés. Je suis alarmé par cette violence et je condamne les efforts inacceptables du Conseil de transition du Sud pour prendre le contrôle des institutions de l'état par la force. Je déplore également le harcèlement des Yéménites originaires du nord à Aden", a déclaré Martin Griffiths. Se félicitant des efforts menés par l'Arabie saoudite pour restaurer le calme et pour organiser à Djeddah un dialogue entre ces deux factions, l'envoyé spécial onusien a souligné qu'"il est essentiel que cette réunion ait lieu dans un très proche avenir pour éviter une nouvelle détérioration et pour assurer la continuité de la gouvernance, de la sécurité et de la fourniture des services de base à Aden et dans les autres zones concernées relevant de la compétence exclusive de l'Etat".
Selon l'envoyé des Nations unies, ces affrontements à Aden rendent les efforts de médiation de l'ONU dans le cadre du processus de paix yéménite "plus urgents que jamais". "Il n'y a pas de temps à perdre", a-t-il précisé.
"J'espère que toutes les parties prenantes yéménites, de toutes les régions du pays, voient dans les événements d'Aden un signe clair que le conflit actuel doit cesser, de manière rapide et pacifique", a-t-il, également, plaidé.
M. Griffiths a affirmé, à l'occasion, que la mise en œuvre de l'accord de Stockholm conclu en décembre 2018 entre le gouvernement yéménite et le mouvement Houthis sur un cessez-le-feu dans le gouvernorat d'Hodeïda "a été importante sur le plan politique et a eu des effets bénéfiques tangibles sur le terrain". "Mais cela ne peut être une condition préalable à la réalisation de la paix dans tout le Yémen", a-t-il fait observer.
'Le gouvernement yéménite et le mouvement Houthis continuent d'assurer de leur volonté forte de trouver une solution politique", a soutenu M. Griffiths, se disant toutefois "frustré par la lenteur des progrès".
De son côté, la sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, a rappelé aux membres du Conseil de sécurité que "seule une solution politique peut répondre durablement à l'énorme crise humanitaire que connaît le pays".
"Nous appelons toutes les parties prenantes à soutenir les efforts de l'Envoyé spécial pour mettre fin au conflit aussi rapidement que possible", a-t-elle dit. "Nous avons besoin de toute urgence d'une désescalade à travers le Yémen, de préférence grâce à un cessez-le-feu national qui mettrait fin à toute violence".
Le Yémen reste la plus importante opération humanitaire au monde, les agences humanitaires fournissant une assistance à environ 12 millions de personnes chaque mois, a fait savoir, en outre, Mme Mueller.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.