Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux des Cours d'Ouargla et Laghouat    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays
Publié dans Le Maghreb le 22 - 08 - 2019

L'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Martin Griffiths, a mis en garde contre la fragmentation du Yémen, soulignant qu'"elle est devenue une menace plus forte et plus urgente que jamais", ont rapporté mercredi des médias locaux.

S'exprimant mardi soir devant le Conseil de sécurité de l'ONU, Martin Griffiths s'est alarmé sur la situation au Yémen, évoquant notamment les affrontements ayant éclaté en début août à Aden, la capitale "provisoire" du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, entre deux factions habituellement alliées contre le mouvement Houthis (Ansarullah), ont ajouté les mêmes sources. "La violence enregistrée à Aden a entraîné la mort de dizaines de civils et fait des centaines de blessés. Je suis alarmé par cette violence et je condamne les efforts inacceptables du Conseil de transition du Sud pour prendre le contrôle des institutions de l'état par la force. Je déplore également le harcèlement des Yéménites originaires du nord à Aden", a déclaré Martin Griffiths. Se félicitant des efforts menés par l'Arabie saoudite pour restaurer le calme et pour organiser à Djeddah un dialogue entre ces deux factions, l'envoyé spécial onusien a souligné qu'"il est essentiel que cette réunion ait lieu dans un très proche avenir pour éviter une nouvelle détérioration et pour assurer la continuité de la gouvernance, de la sécurité et de la fourniture des services de base à Aden et dans les autres zones concernées relevant de la compétence exclusive de l'Etat".
Selon l'envoyé des Nations unies, ces affrontements à Aden rendent les efforts de médiation de l'ONU dans le cadre du processus de paix yéménite "plus urgents que jamais". "Il n'y a pas de temps à perdre", a-t-il précisé.
"J'espère que toutes les parties prenantes yéménites, de toutes les régions du pays, voient dans les événements d'Aden un signe clair que le conflit actuel doit cesser, de manière rapide et pacifique", a-t-il, également, plaidé.
M. Griffiths a affirmé, à l'occasion, que la mise en œuvre de l'accord de Stockholm conclu en décembre 2018 entre le gouvernement yéménite et le mouvement Houthis sur un cessez-le-feu dans le gouvernorat d'Hodeïda "a été importante sur le plan politique et a eu des effets bénéfiques tangibles sur le terrain". "Mais cela ne peut être une condition préalable à la réalisation de la paix dans tout le Yémen", a-t-il fait observer.
'Le gouvernement yéménite et le mouvement Houthis continuent d'assurer de leur volonté forte de trouver une solution politique", a soutenu M. Griffiths, se disant toutefois "frustré par la lenteur des progrès".
De son côté, la sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, a rappelé aux membres du Conseil de sécurité que "seule une solution politique peut répondre durablement à l'énorme crise humanitaire que connaît le pays".
"Nous appelons toutes les parties prenantes à soutenir les efforts de l'Envoyé spécial pour mettre fin au conflit aussi rapidement que possible", a-t-elle dit. "Nous avons besoin de toute urgence d'une désescalade à travers le Yémen, de préférence grâce à un cessez-le-feu national qui mettrait fin à toute violence".
Le Yémen reste la plus importante opération humanitaire au monde, les agences humanitaires fournissant une assistance à environ 12 millions de personnes chaque mois, a fait savoir, en outre, Mme Mueller.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.