A L'OMBRE DES MURS    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    FAF - Réunion du BF aujourd'hui: Sous le signe de la solidarité    Lois et «tech» à la rescousse    Blida J7: Le nombre de cas confirmés en nette augmentation    Crise à l'hôpital de Boufarik: Le SNPSSP accuse des «syndicats rivaux»    Chanegriha en visite aujourd'hui à Blida    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    Les prix du pétrole au plus bas depuis 17 ans    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    "Nous ne laisserons aucun Algérien sans assistance"    Le comité scientifique propose de passer au confinement général    Le professeur Si Ahmed succombe au Covid-19    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    Real - Benzema : "Mbappé est très fort, mais..."    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région
Publié dans Le Maghreb le 26 - 08 - 2019

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde le régime marocain contre la poursuite de ses tentatives de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, soulignant que "la violation de l'accord de cessez-le-feu conclu sur cette zone peut provoquer un conflit armé qui menacerait la sécurité de toute la région".

S'exprimant dans un entretien accordé à la chaîne TV américaine Al Hurra, diffusé mardi soir, le président sahraoui a mis en garde le régime marocain contre la poursuite de ses tentatives de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, dénonçant la violation marocaine de l'accord de cessez-le-feu de 1991 conclu à cet effet. Rappelant l'illégalité de la route érigée par le régime marocain dans cette zone pour faire acheminer vers des pays africains des ressources naturelles sahraouies pillées, le président de la RASD a indiqué avoir saisi le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et le Conseil de sécurité pour mettre fin à ce problème.
"Nous avons clairement exprimé auprès du SG de l'ONU notre préoccupation quant aux manœuvres marocaines visant à transgresser l'accord de cessez-le-feu sur cette zone. C'est de la responsabilité du Conseil de sécurité de faire face à ce problème qui risque d'être une source de tension et une bombe qui pourra exploser à tout moment. Probablement, ça sera une des causes qui enflammera toute la région", a averti, en outre, M. Ghali. Au cours des derniers jours, les autorités marocaines ont fait venir un groupe d'agents de sécurité et de renseignement marocains et les ont installés à proximité de la route construite et goudronnée illégalement à travers la zone tampon située dans la région méridionale du Sahara occidental.
Les autorités marocaines ont construit aussi une cabane pour abriter le groupe et sont sur le point d'ériger d'autres bâtiments illégaux dans la région dans l'objectif d'exploiter cette zone pour le passage vers des pays africains des ressources naturelles sahraouies pillées dans les territoires occupés, dont les produits halieutiques et des matières premières, tel que le phosphate. Assurant que le régime marocain a manqué de respect envers la communauté internationale à travers ses agissements, le dirigeant sahraoui a appelé le Conseil de sécurité à agir de "manière décisive" face à cette situation.
En l'absence d'une réaction ferme de l'ONU, M. Ghali n'a pas exclu le recours aux armes, soutenant que le peuple sahraoui ne peut se taire devant de "tels dépassements récurrents" commis par les autorités du régime marocain.

Les Sahraouis ne sont pas Marocains pour accepter un plan d'autonomie
"Le peuple sahraoui est impatient et la communauté internationale doit assumer ses responsabilités et accélérer le processus de l'autodétermination par le biais d'un référendum libre, juste et transparent permettant aux Sahraouis de s'exprimer sur son destin. C'est notre droit et nous allons le concrétiser malgré l'entêtement du régime marocain ", a souligné, encore, M. Ghali.
Interrogé sur le plan d'autonomie défendu par le Maroc, le chef de l'Etat sahraoui a rejeté catégoriquement ce projet "mort-né" du roi Mohammed VI, rappelant que le Sahara occidental est inscrit au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies parmi les 17 territoires concernés par le processus de décolonisation.
"Le roi du Maroc, comme tout colonialiste, cherche des solutions boiteuses", a noté M. Ghali, ajoutant "que les Sahraouis ne sont pas Marocains pour accepter un plan d'autonomie". "L'autonomie peut être une solution aux zones rebelles dans un Etat. Nous n'avons pas été marocains, nous ne sommes pas marocains et nous ne serons pas marocains. Si le régime marocain est généreux, il n'a qu'à accorder l'autonomie à la région du Rif ", a fait observer le président sahraoui.
"Nous réclamons notre droit à l'autodétermination. Le peuple sahraoui doit s'exprimer librement dans un référendum et ne pas être sous les armes ou sous l'oppression", a-t-il insisté.
Le président de la RASD a critiqué, par ailleurs, le traitement de la question sahraouie au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, affirmant que "le peuple sahraoui est déçu en particulier de la position de la France, qui est devenue, selon lui, une partie du problème".
"Celle-ci obstrue, a-t-il relevé, les efforts de la communauté internationale dans l'application de la légitimité internationale et l'exercice du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui ". Dans ce contexte, le dirigeant sahraoui a demandé au Conseil de sécurité d'assumer ses responsabilités en veillant à trouver une solution au conflit sahraoui afin d'éviter une guerre dans une "région déjà instable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.