LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    MOHAND OUSSAID APPORTE DES PRECISIONS : Le président Tebboune a gelé sa qualité de membre du CC du FLN    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Energie: Sonelgaz et Sonatrach, ensemble, pour faire face à la demande en énergie
Publié dans Le Maghreb le 12 - 09 - 2019


Par Saïd B.
Le président du Comité Algérien de l'énergie (CAE), Chaher Boulakhras, a indiqué que les groupes Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de "manière fiable" à la demande actuelle et future en énergie. Cette déclaration a été faite lors du Congrès mondial de l'Energie qui se tient à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) du 9 au 12 septembre en cours.
Ainsi et selon un communiqué du CAE, M.Boulakhras qui est également P-dg de Sonelgaz, a précisé que "Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de manière fiable à la demande actuelle et future en énergie, plus particulièrement à la demande interne et ce, en rendant efficaces la gestion des sources d'énergie ainsi que la fiabilité et la résilience des infrastructures énergétiques".
Le président du Comité Algérien de l'Energie (CAE) et PDG de Sonelgaz, M. Chaher Boulakhras, qui a pris part à un panel de discussion intitulé " libérer le potentiel de l'efficacité énergétique " organisé lors du Congrès Mondial de l'Energie à Abou Dhabi, a également indiqué que la présence de l'Algérie à ce congrès mondial de l'énergie répond à "la volonté du secteur de favoriser un dialogue éclairé sur l'amélioration de la politique énergétique en prenant connaissance des performances des systèmes énergétiques des pays et en les
considérant selon trois dimensions fondamentales: la sécurité énergétique, l'équité énergétique et la durabilité des systèmes énergétiques".
Pour Boulekhras, équilibrer ces trois dimensions est un "défi permanent et constitue le fondement de la prospérité et de la compétitivité de chaque pays".
Il a d'ailleurs tenu à rappeler qu'en termes d'équité énergétique, l'expérience algérienne en
matière d'accès à l'énergie de par les efforts consentis dans le renforcement des capacités de production d'électricité, mais aussi des infrastructures de transport et de distribution - tant d'électricité et du gaz qui ont permis d'assurer une couverture énergétique optimale du pays.
"Aujourd'hui, tous les citoyens ont accès à l'électricité et au gaz (naturel ou butane) et cela, à des prix adaptés et très abordables pour le consommateur", a t-il souligné.
Le P-dg de Sonelgaz n'a pas omis de mettre en avant le nombre d'abonnés aux réseaux électrique et gazier qui a "fortement" augmenté pour atteindre près de 9 millions pour l'électricité et plus de 6 millions d'abonnés pour le gaz naturel en 2019.
Il a aussi précisé que "L'Etat a pris en charge le raccordement en électricité et en gaz pour aboutir à l'électrification quasi totale du territoire national et à un taux de pénétration du gaz par canalisations de 65%. Les îlots " propanés " (GPL en réseau) ont été également développés dans les localités isolées". Par ailleurs, le communiqué de la CAE indique que l'Algérie étant producteur de gaz, l'électricité est produite à plus de 97% à partir du gaz naturel, ressource primaire plus propre que les autres ressources fossiles.
D'autre part, et dans la perspective de préserver les ressources fossiles pour les générations futures, le président du CAE a déclaré que l'Algérie a privilégié les centrales électriques à cycle combiné, plus efficace en termes énergétiques.
Parlant de l'aspect durabilité, il a relevé que les investissements déjà réalisés en centrales conventionnelles pour répondre à la demande et les perspectives d'avenir font que "la politique énergétique intègre désormais le développement des énergies renouvelables en vue de mieux préparer la transition énergétique et de s'affranchir progressivement, à moyen et long termes, des hydrocarbures".
Il a, en outre, souligné en ce sens les performances de l'Algérie en matière d'énergies renouvelables, notamment grâce à son parc renouvelables déjà mis en service d'une puissance de près de 400 MW.

Une transition énergétique basée sur la productivité et l'efficacité énergétique
Le président du Comité Algérien de l'énergie, Chaher Boulakhras, a également insisté sur la volonté affichée du secteur de l'énergie d'entamer une transition énergétique axée sur la productivité et l'efficacité énergétique de la production, du transport et de la distribution mais aussi sur un mix énergétique où les énergies renouvelables sont appelées à jouer un rôle de plus en plus prépondérant. Parallèlement, l'effort entrepris pour l'usage des produits réputés propres a été poursuivi par d'autres actions parmi lesquelles la généralisation avancée de l'utilisation de l'essence sans plomb dans le transport et de l'utilisation de l'électricité, ainsi que du gaz naturel et du GPL (Butane) comme combustibles, en remplacement, dans plusieurs usages, des produits comme le fuel-oil, le gasoil ou le pétrole lampant, réduisant ainsi les émissions polluantes de l'air et les gaz à effet de serre notamment dans les villes, ajoute le communiqué.
M.Boulakhras a saisi l'occasion pour décrire le programme national de l'efficacité énergétique visant la réduction de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030 par une amélioration des performances énergétiques des habitations et des villes et ce, à travers l'isolation thermique de logements, l'introduction de lampes à basse consommation, l'installation de chauffe-eau solaires, le remplacement au niveau de l'éclairage public des
lampes à mercure par des lampes à sodium, de même que la promotion des carburants propres à l'exemple du GPL/c et de GNC.

Atténuer l'impact négatif des émissions polluantes par l'encouragement du solaire et de l'éolien
De plus, une autre orientation d'importance consiste à " hybrider" les centrales diesel des réseaux isolés du sud du pays, avec le recours à l'énergie solaire et à l'éolien, ceci permet de réduire la consommation de fuel dans les centrales et des carburants utilisés pour son transport et par conséquent d'atténuer diverses émissions polluantes.
Commentant les difficultés que connaissent les pays de la région MENA, le président de la CAE a attiré l'attention sur la corrélation qui peut exister entre les préoccupations liées à l'environnement et au développement durable et les stratégies et politiques énergétiques.
Selon lui, "ces dernières assurent aux pays un développement structurel de l'économie et permettent nécessairement par la suite de mettre en oeuvre les objectifs de développement durable".
Et dans ce même ordre d'idées, le CAE note qu' "En d'autres termes, même si cela paraît paradoxal à première vue, les objectifs de développement durable ne pourront être réalisés sans une augmentation substantielle de la consommation énergétique dans ces pays émergeants".
En effet, dans tout pays, l'accès à l'énergie et les services énergétiques en général participent à la prospérité économique, au bien-être social ainsi qu'à la sécurité et au développement durable.
"C'est la croissance économique qui générera les ressources pour supporter les coûts du développement durable et de l'accès à tous d'une énergie propre. Le défi consiste donc à couvrir cette demande, à continuer à créer de la richesse et des emplois, à réaliser les investissements pour assurer le développement économique et industriel de ces pays sans pour autant augmenter dramatiquement les émissions de gaz à effets de serre au niveau
mondial", selon la même source.
Le président du Comité Algérien de l'énergie (CAE), Chaher Boulakhras, a bien défendu les socles de la politique algérienne basée sur le gaz naturel en tant que solution permettant d'améliorer les paramètres de l'accès à l'énergie pour un développement durable et une meilleure transition énergétique.
Enfin à noter que M. Boulakhras a pris part au congrès mondial de l'Energie après avoir participé au Conseil exécutif du Conseil mondial de l'énergie où il a été largement question de l'indice World Energy Trilemma, une quantification du Trilemme énergétique défini par le Conseil mondial de l'énergie comme le triple défi consistant à fournir une énergie sûre, équitable et abordable, et respectueuse de l'environnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.