Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Syrie: la Turquie accuse les milices kurdes d'avoir "délibérément relâché" des terroristes    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Assouplissement du Code de procédures pénales    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Le projet de loi sur les hydrocarbures: un cadre juridique en faveur de l'investissement    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    GHARDAIA : Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Gaid Salah en visite de travail mardi au Commandement des Forces Navales    Judo/Mondiaux 2019 des vétérans: l'Algérienne Houria Hammour en or    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Trois manifestants relaxés à Sidi Bel-Abbès    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    Réalisation et équipement en urgence des structures dans le Sud    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Ebola en RDC: Le deuxième vaccin testé dans certains quartiers de Goma    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    Le quitus du Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stabilité et épanouissement de la nation
Publié dans Le Maghreb le 17 - 09 - 2019


Par B.Chellali
Il ne peut y avoir de développement socio-économique durable sans qu'il y ait en contrepartie une stabilité et une croissance de la gouvernance démocratique. Un principe fondamental qui a manqué à l'Algérie pendant vingt ans. Une période futile qui s'est accompagnée d'un sous-développement au plus de l'échelle source de pauvreté et de déclin extrême de la qualité et des conditions de vie de la population. Responsable de cette situation une bande au pouvoir qui a mis le pays face à de nombreux problèmes politiques, économiques et sociaux. Un pouvoir corrompu qui n'a jamais su répondre aux besoins de la société algérienne et qui a fait dans une démarche dangereuse conduite par des aventuriers sans légitimité ni relation avec le peuple. Cette duplicité encouragée par les gouvernements successifs des ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia est aujourd'hui interprétée comme une vraie prédation, trahit l'hypocrisie et une attitude délibérée et condescendante envers la nation, envers l'Etat et ses institutions tant elle a perpétré le cycle de misère, de sous-développement, terni l'image de l'Algérie tant la corruption, le détournement de deniers publics se sont généralisés. Une bande qui a dicté leur conduite aux acteurs légitimes.
D'où les abus de pouvoir, l'interventionnisme et les magouilles ont été le lot de ces pratiques et qui se révèlent au grand jour.
L'embourgeoisement illicite est allé de pair avec le manque de rigueur de la justice, manque de rigueur de la discipline économique et un égoïsme prédateur solidement chevillé au corps social.
La société algérienne bousculée dans ses habitudes, dérangée dans sa mentalité, interdite de changements psychotiques et sociaux, a stagné pendant un quart de siècle dans une situation de grande précarité, dans des circonstances difficiles qui ont été le frein dur au progrès vers un développement plus conforme aux réalités, mais surtout aux besoins de la majorité de la population. Cette bande dont les méfaits sont à chaque occasion rappelés par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah a dénié au peuple sa dignité et ses droits politiques, démocratiques y compris son droit social à une vie meilleure.
Un état de fait auquel le mouvement populaire amorcé depuis le 22 février dernier s'est opposé à travers de légitimes revendications pour des changements objectifs.
Au regard de cette situation difficile, la solution pour la sortie de crise a véritablement besoin, d'une plateforme populaire immunisée, mieux outillée afin de bénéficier de la conjugaison de plus d'efforts pour mettre en œuvre les mécanismes et les dispositions dégagés par le récent Conseil des ministres et qui correspondent aux circonstances particulières que traverse le pays.
C'est aussi en cela que consiste le véritable processus de dialogue national visant le haut niveau de la cohésion nationale qui rassemble autour d'elle un seul point de mire : l'intérêt national commun de la nation. Une définition bien précise des voies de sortie de crise, et la possibilité d'un climat serein dans lequel agissent la classe politique et la société civile comme le montre le consensus national dégagé par l'Instance de médiation et de dialogue qui a réussi dans le respect des opinions des uns et des autres à obtenir l'unanimité de sortie de crise à travers la seule et unique voie : l'organisation de l'élection présidentielle au plus vite.
C'est-là une contribution à la défense intransigeante des intérêts suprêmes de la nation à travers des propositions et des mécanismes pertinents qui permettront au peuple à travers les acteurs politiques engagés de conduire le pays à bon port. Et ainsi obtenir ensemble le changement et en faire un bien national pour la stabilité de l'Algérie et sa prospérité.
Le changement, ensemble, pour en faire aussi un bien commun pour la paix politique et sociale, la stabilité et l'épanouissement démocratique de la nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.