Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    ECOLES PRIMAIRES : La grève des enseignants se poursuit    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Accord annoncé in extremis, feu vert du parlement britannique très incertain
Publié dans Le Maghreb le 20 - 10 - 2019

Un accord sur le Brexit a été annoncé jeudi par Londres et Bruxelles, juste avant un sommet européen, mais son adoption au Royaume-Uni semble déjà compromise après le rejet de l'opposition et des unionistes nord-irlandais.

"Nous en avons un!", s'exclamait en fin de matinée le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur son compte Twitter, alors que Boris Johnson se félicitait d'"un excellent nouvel accord", obtenu après des journées de négociations difficiles.
Mais quelques instants plus tard, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié clé du Parti conservateur de Boris Johnson, jetait un froid, en affirmant, pour la deuxième fois jeudi, son opposition à l'accord trouvé.
Le DUP, qui compte 10 députés à la Chambre des Communes, a dit ne pas pouvoir "soutenir ce qui est proposé sur les questions des douanes et du consentement" (de l'exécutif nord-irlandais au projet de Brexit). Il a également regretté "un manque de clarté sur la TVA", à savoir le régime de taxe qui sera appliqué en Irlande du Nord, province britannique.

Macron "raisonnablement confiant"
Puis le chef du Parti travailliste, principale formation d'opposition au Royaume-Uni, a appelé les députés britanniques à "rejeter" l'accord entre Londres et l'Union européenne. Selon Jeremy Corbyn, "la meilleure façon de résoudre le Brexit est de donner à la population le dernier mot lors d'un vote populaire".
Ces deux prises de position rendent improbable l'adoption du texte. Boris Johnson, qui veut coûte que coûte un divorce à la fin du mois, a appelé les députés britanniques à approuver cet accord lors d'une séance parlementaire exceptionnelle samedi.
"Moi j'ai fait mon travail", a déclaré le négociateur européen Michel Barnier lors d'une conférence de presse, interrogé sur la possibilité que l'accord revisité soit de nouveau rejeté par la Chambre des communes.
"Il faudra bien qu'un jour dans cette assemblée. " On prenne ses responsabilités et que ce qui a été décidé par un référendum, et soutenu par les différents gouvernements avec lesquels nous avons négocié, se mette en œuvre", a observé M. Barnier.
M. Juncker, qui avait appelé le Premier ministre britannique dans la matinée, a qualifié l'accord de "juste et équilibré". Il a recommandé aux dirigeants des 27, qui commençaient à arriver à Bruxelles pour un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement, de donner leur feu vert.
M. Barnier a rapporté que M. Johnson lui avait dit, à lui ainsi qu'à M. Juncker, qu'il avait "confiance dans la capacité d'obtenir ce vote" du parlement.
A son arrivée à Bruxelles, le président français Emmanuel Macron s'est dit quant à lui "raisonnablement confiant" sur une ratification par le Parlement britannique de l'accord.
Dans la foulée de ces annonces, la livre a gagné 1% face au dollar avant de réduire ses gains, les milieux économiques redoutant les conséquences potentiellement dévastatrices d'un "no deal" le 31 octobre.

Négociations intensives
Les négociateurs européens et britanniques ont encore travaillé d'arrache-pied depuis mercredi pour la deuxième nuit d'affilée. L'optimisme sur les chances d'éviter un divorce brutal était revenu la semaine dernière à la suite d'un rapprochement entre Dublin et Londres.
Outre le Parlement britannique, l'accord devra aussi être ratifié par le Parlement européen.
Il s'agit du deuxième accord trouvé entre Londres et Bruxelles pour mettre en œuvre le résultat du référendum britannique de juin 2016. Le premier, négocié par Theresa May, avait été rejeté à trois reprises par les députés britanniques et cet échec avait entrainé la chute de Mme May. Les pourparlers entre Londres et Bruxelles se sont concentrés sur plusieurs questions sensibles: la manière d'éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, partie du Royaume-Uni, afin de préserver la paix sur l'île tout en permettant des contrôles douaniers, le droit de regard accordé aux autorités nord-irlandaises sur l'accord de divorce ou encore la relation future.

Soulagement
Le compromis trouvé jeudi modifie le protocole sur l'Irlande et l'Irlande du nord inclu dans l'accord de retrait négocié précédemment, une partie du texte que l'UE était jusque là réticente à changer. Il établit des règles particulières pour les douanes concernant les marchandises arrivant en Irlande du Nord, qui reste dans le territoire douanier britannique, selon que celles-ci sont destinées à y rester ou à passer dans le marché unique européen. L'accord de retrait, s'il est adopté, prévoit plus généralement les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, notamment en matière de droit des citoyens et de respect des engagements financiers. Il introduit également une période de transition jusqu'à décembre 2020 pour un départ en douceur.
"On est tous soulagés", a commenté le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel à son arrivée à Bruxelles. "C'est dans l'intérêt de tous d'avoir un accord", a-t-il souligné. "Maintenant c'est Londres qui a la balle dans son camp", a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.