Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"
Publié dans Le Maghreb le 23 - 10 - 2019

Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi a mis en garde les professionnels de l'information contre le risque "de tomber dans le piège des fake news" (fausses informations).
Invité du forum du quotidien Echaab, consacré à "la fausse information et les moyens de la juguler", M. Rabehi a indiqué qu'"à l'approche de la campagne électorale pour la présidentielle, la mission des professionnels de l'information et des médias s'avère difficile, car ils seront non seulement appelés à produire des informations précises, fiables et sourcées, mais également à ne pas tomber dans le piège des "fake news", qui sont malheureusement relayées, voire amplifiées par certains".
L'Algérie qui "défend les valeurs d'ouverture et de liberté y compris la liberté de la presse, à l'instar des autres pays aux traditions démocratiques séculaires, ne tolèrera pas la propagation des "fake news", vu les graves dérapages qui en découlent, dont l'entrave aux libertés et aux acquis démocratiques", a-t-il soutenu.
Pour faire face à ce "+venin+ qui empoisonne les échanges sur les réseaux sociaux, il y a deux solutions: la première est détenue par les professionnels auxquels incombe la responsabilité de lutter contre ce phénomène, par la performance professionnelle et le respect des règles d'éthique professionnelle, et la deuxième est la contribution des personnes, qui sont appelées souvent par engagement civil ou social, à servir l'intérêt général et il s'agit-là précisément des citoyens", a-t-il fait savoir.
Les fake news ou les fausses informations sont devenues "un véritable concurrent de l'information produite par les médias traditionnels, des médias qui ont enregistré une baisse d'audience auprès des jeunes en particulier, a-t-il précisé avant de relever que la lutte contre ces fausses informations en terme du contenu "ne se limite pas aux réseaux sociaux mais elle consiste en une approche renouvelée de l'information dans les médias traditionnels qui sont, par excellence, le producteur professionnel et moral de l'information officielle, responsable et fiable et qui doit donner au contenu médiatique ou informatif, des facteurs de diffusion plus efficaces et actualisés, à même de permettre, de par la qualité et le volume, d'assurer une présence plus importante de ces médias sur le réseau".
Les médias traditionnels peuvent, poursuit le ministre, mener "une large opération de communication en direction des différentes générations et catégories, y compris le milieu éducatif, en vue de sensibiliser le citoyen aux risques et dangers des fake news aux visées sournoises et malveillantes, et fournir les indices permettant leur détection".
Pour ce faire, M. Rabehi a appelé à "tirer profit des autres expériences en vue de mettre en place l'arsenal juridique adéquat devant juguler cette pratique qui a modifié la trajectoire de processus politiques cruciaux et déstabilisé certains pays".
Abordant la dangerosité des fake news, le ministre a affirmé que ce phénomène "devient une véritable menace lorsqu'il s'immisce dans la prise de décisions, commençant par décider du sort des élections et des candidats, influant ainsi l'opinion publique, réorientant les vues et changeant les orientations, jusqu'à confisquer la volonté populaire à travers la désinformation". Ces fausses informations "menacent également le débat public, empêchent parfois la tenue d'un dialogue équilibré entre les parties en désaccord, pire encore elles entravent la liberté d'expression".
Pour M. Rabehi, ce genre d'informations "ne servent que leurs auteurs qui les utilisent aux fins de propagande politique ou électorale et parfois à des fins purement pécuniaires, à travers les buzzs qui attirent les Followers, les vues et les partages", ce qui lui confère, selon le ministre "une haute compétitivité en tant que produit médiatique encourageant l'émergence d'un nouveau marché de l'information sur les réseaux sociaux".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.