L'Emir de l'Etat du Qatar entame une visite officielle en Algérie    La mobilisation se poursuit à Montréal    21 manifestants condamnés à 50 000 DA d'amende    "Halte aux pratiques liberticides !"    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    Le Targui    Le NAHD récupère l'argent du transfert de Touggaï et de Zerdoum    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    Le geste honorable du groupe Cevital    Bordj Bou-Arréridj : le P/APC d'El-Main devant le juge d'instruction    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    Sonatrach : Acquisition de trois méthaniers    Nationalisation des hydrocarbures: nécessité de réaliser la sécurité et la transition énergétique    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Epidémie de coronavirus : L'angoisse gagne la planète    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Congestion routière dans la capitale : Plus de 100 points noirs recensés    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    Promotion des droits et des libertés: contrôler l'application de la justice constitutionnelle dans la vie publique    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Encore une transgression de la loi    Objectif : La relance du cinéma algérien    Noureddine Khaldi nouveau DG des Douanes    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Bouira: Les céréales et l'intérêt des analyses des sols    24 harraga arrêtés à Skikda    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    Baisse significative de la participation aux législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabehi met en garde contre les "fake news"
Campagne électorale
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 10 - 2019

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi a mis en garde, lundi à Alger, les professionnels de l'information contre le risque "de tomber dans le piège
Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi a mis en garde, lundi à Alger, les professionnels de l'information contre le risque "de tomber dans le piège
des fake news" (fausses informations), insistant sur l'importance pour tous de "se conformer aux règles du professionnalisme pour être au service de la profession et préserver la cohésion sociale". Invité du forum du quotidien Echaab, consacré à "La fausse information et les moyens de la juguler", M. Rabehi a indiqué qu'"à l'approche de la campagne électorale pour la présidentielle, la mission des professionnels de l'information et des médias s'avère difficile, car ils seront non seulement appelés à produire des informations précises, fiables et sourcées, mais également à ne pas tomber dans le piège des - fake news -, qui sont malheureusement relayées, voire amplifiées par certains". L'Algérie qui "défend les valeurs d'ouverture et de liberté y compris la liberté de la presse, à l'instar des autres pays aux traditions démocratiques séculaires, ne tolérera pas la propagation des - fake news -, vu les graves dérapages qui en découlent, dont l'entrave aux libertés et aux acquis démocratiques", a-t-il soutenu.
Pour faire face à ce "venin qui empoisonne les échanges sur les réseaux sociaux, il y a deux solutions : la première est détenue par les professionnels auxquels incombe la responsabilité de lutter contre ce phénomène, par la performance professionnelle et le respect des règles d'éthique professionnelle, et la deuxième est la contribution des personnes, qui sont appelées souvent par engagement civil ou social, à servir l'intérêt général et il s'agit là précisément des citoyens", a-t-il fait savoir.
Les "fake news" ou les fausses informations sont devenues "un véritable concurrent de l'information produite par les médias traditionnels, des médias qui ont enregistré une baisse d'audience auprès des jeunes en particulier", a-t-il précisé avant de relever que la lutte contre ces fausses informations en terme du contenu "ne se limite pas aux réseaux sociaux mais elle consiste en une approche renouvelée de l'information dans les médias traditionnels qui sont, par excellence, le producteur professionnel et moral de l'information officielle, responsable et fiable et qui doit donner au contenu médiatique ou informatif, des facteurs de diffusion plus efficaces et actualisés, à même de permettre, de par la qualité et le volume, d'assurer une présence plus importante de ces médias sur le réseau". Abordant la dangerosité des "fake news", le ministre a affirmé que ce phénomène "devient une véritable menace lorsqu'il s'immisce dans la prise de décisions, commençant par décider du sort des élections et des candidats, influant ainsi l'opinion publique, réorientant les vues et changeant les orientations, jusqu'à confisquer la volonté populaire à travers la désinformation
des fake news" (fausses informations), insistant sur l'importance pour tous de "se conformer aux règles du professionnalisme pour être au service de la profession et préserver la cohésion sociale". Invité du forum du quotidien Echaab, consacré à "La fausse information et les moyens de la juguler", M. Rabehi a indiqué qu'"à l'approche de la campagne électorale pour la présidentielle, la mission des professionnels de l'information et des médias s'avère difficile, car ils seront non seulement appelés à produire des informations précises, fiables et sourcées, mais également à ne pas tomber dans le piège des - fake news -, qui sont malheureusement relayées, voire amplifiées par certains". L'Algérie qui "défend les valeurs d'ouverture et de liberté y compris la liberté de la presse, à l'instar des autres pays aux traditions démocratiques séculaires, ne tolérera pas la propagation des - fake news -, vu les graves dérapages qui en découlent, dont l'entrave aux libertés et aux acquis démocratiques", a-t-il soutenu.
Pour faire face à ce "venin qui empoisonne les échanges sur les réseaux sociaux, il y a deux solutions : la première est détenue par les professionnels auxquels incombe la responsabilité de lutter contre ce phénomène, par la performance professionnelle et le respect des règles d'éthique professionnelle, et la deuxième est la contribution des personnes, qui sont appelées souvent par engagement civil ou social, à servir l'intérêt général et il s'agit là précisément des citoyens", a-t-il fait savoir.
Les "fake news" ou les fausses informations sont devenues "un véritable concurrent de l'information produite par les médias traditionnels, des médias qui ont enregistré une baisse d'audience auprès des jeunes en particulier", a-t-il précisé avant de relever que la lutte contre ces fausses informations en terme du contenu "ne se limite pas aux réseaux sociaux mais elle consiste en une approche renouvelée de l'information dans les médias traditionnels qui sont, par excellence, le producteur professionnel et moral de l'information officielle, responsable et fiable et qui doit donner au contenu médiatique ou informatif, des facteurs de diffusion plus efficaces et actualisés, à même de permettre, de par la qualité et le volume, d'assurer une présence plus importante de ces médias sur le réseau". Abordant la dangerosité des "fake news", le ministre a affirmé que ce phénomène "devient une véritable menace lorsqu'il s'immisce dans la prise de décisions, commençant par décider du sort des élections et des candidats, influant ainsi l'opinion publique, réorientant les vues et changeant les orientations, jusqu'à confisquer la volonté populaire à travers la désinformation


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.