Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    Les vaccins anti Covid-19 dopent le marché des hydrocarbures    Le gouvernement déterminé à instaurer un "modèle énergétique durable"    Les souscripteurs invités à choisir leurssites    L'impuissance de la communauté internationale    Des tests PCR à moins de 9.000 DA    1.044 nouveaux cas et 21 mortsen 24 heures    La pénurie persiste    Premier League : Everton chute face à Leeds    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Coup d'envoi d'une campagne de reboisement au niveau des structures universitaires    Zetchi donne des nouvelles de Belmadi    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Le Mouloudia décidé à relever le défi !    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Nul sur toute la ligne    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution : "Medghacen, histoires secrètes", regards croisés sur le plus ancien mausolée royal
Publié dans Le Maghreb le 11 - 11 - 2019

Un ouvrage collectif rassemblant des regards croisés d'une dizaine d'écrivains et de poètes sur le monument funéraire berbère Medghacen a été publié sous le titre "Medghacen, histoires secrètes".

Elaboré avec le concours de l'association "Les amis de Medghacen", le livre est paru à l'occasion du 24e Salon international du livre d'Alger (SILA). L'ouvrage de 256 pages, qui réunit des poèmes et des nouvelles, en arabe et en français, paraît chez Chihab. NassiraBelloula, ChawkiAmari, AmezianeFerhani, Amin Khan, JaoudetGuessouma ou encore H'mida El Ayachi, entre autres écrivains et journalistes ont participé à sa rédaction. Dans "Les douze pierres de minuit", ChawkiAmari propose des aller-retours entre l'histoire d'un escroc tentant de vendre ce mausolée à un riche homme d'affaires d'aujourd'hui, et le récit de la dernière journée d'inspection des travaux de construction de ce monument vingt-trois siècles plus tôt. L'auteur relate le voyage de Hmada, un visiteur venu du Tassili à la recherche d'un trésor à Batna et celui de Izza jeune fille vivant à Boston aux Etats-Unis, accompagnant sa mère sur la terre de ses ancêtres. Comme dans un film choral, toutes ces histoires mènent au mausolée où les protagonistes sont à la recherche d'une galerie secrète.
Native de la région, NassiraBelloula évoque dans "Le syndrome Imadghassen" cet "aïeul bien fatigué d'être resté debout, sans soutien contre l'anéantissement, et sans avoir livré ses secrets". Une occasion pour la romancière de souligner le manque d'informations sur le tombeau et sur ce pan de l'histoire d'Algérie. A travers son texte, l'auteure explore les entrailles du mausolée grâce à un fil conducteur: son personnage, un étudiant en histoire, est guidé dans son rêve par un Numide à travers les galeries souterraines et chambres funéraires que renferme le Medghacen. Pour sa part le poète et philosophe Amin Khan participe à cet ouvrage avec un poème intitulé " A la mémoire de la pierre numide". Au titre de sa contribution à l'ouvrage, Rachid Mokhtari propose "Rallye barbare", un marathon relatant l'histoire millénaire de l'Algérie, ses contradictions et ses non-sens. Ce récit fictionnel commence par le rapatriement des crânes de résistants algériens (restes mortels transférés et conservés en France à ce jour), que les autorités souhaitent mettre en terre à l'intérieur du Medghacen, le plus ancien monument funéraire royal d'Algérie. Pour le journaliste français Thierry Perret le Medghacen devient un repère pluriel. Dans "Les pierres qui sont des étoiles", l'auteur se sert du monument comme trame où se mêle l'échange entrecroisé entre trois amis: deux Algériens et un Français, discutant de l'actualité au lendemain d'un mouvement populaire. Cette pluralité, l'auteur la puise dans la variabilité des noms et des graphies données à ce monument qui reflète, selon lui, les différents rapports que les citoyens peuvent avoir avec le patrimoine. La notion de repère intemporel apparait également dans la nouvelle du journaliste et écrivain Hmida El Ayachi, "Les ombres de Medghacen". Ce texte relate la vie d'une famille de la région de Batna à travers le quotidien d'un jeune homme écartelé entre ses parents, son épouse et sa vie en Europe de l'est. Dans ce récit familial obscur, le mausolée demeure toujours debout malgré les vicissitudes de la vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.