Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'Algérie contemporaine, cultures et identités" : Un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki
Publié dans Le Maghreb le 08 - 12 - 2019

Dans son ouvrage, "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'universitaire Ahmed Cheniki propose une lecture de la réalité culturelle de l'Algérie, interrogeant son identité, soumise, selon lui, à des influences culturelles et linguistiques successives qui ont fini par "marginaliser ses structures autochtones".
A travers cet essai anthropologique de 226 pages, l'auteur tente de rendre compte des "influences culturelles plurielles" ayant investi l'imaginaire social algérien à travers le temps, en laissant des "traces qui ont détourné l'individu de son être originel". L'ouvrage est publié par Hal, une plateforme française en ligne destinée au dépôt et à la diffusion des articles de chercheurs. S'appuyant sur une bibliographie de plus de 140 ouvrages, l'auteur entame sa réflexion en questionnant l'histoire de l'Algérie, théâtre d'une succession d'occupations coloniales, pour aborder ensuite les conditions ayant permis l' "adoption des formes de représentation occidentale", favorisée par l'ouverture et la fréquentation de l'école française qui n'était pas accessible à tous, comme le rappellera l'auteur. Cette situation a, selon l'essayiste, favorisé la mise en œuvre de "nouveaux langages", méthodes et approches, faisant de l'école le "lieu central où s'articulent les nouveaux discours" basés, soutient-il, sur la tendance à appliquer les "concepts européens" aux productions culturelles autochtones.
Pour saisir cette réalité sur la culture, les arts et la littérature durant les premières années de l'indépendance, l'universitaire propose une plongée dans l'histoire avec la "réalité paradoxale" d'après 1962.
Selon lui, les premières années postindépendance seront marquées par l'émergence d'un "discours double et ambivalent", hérité de la pensée dominante et qui devait consacrer dans les faits la politique de déculturation.
Cette même réalité, observe-t-il, se présente comme un paysage culturel aux apparences figées, égaré dans les abîmes du "ponctuel" et du "provisoire". L'absence de normes dans l'expression artistique a favorisé la dualité entre le "discours de l'élite", souvent nourrit de concepts importés, et celui des strates de la société profonde "encore ancré dans les paysages de la culture de l'ordinaire" dans son expression quotidienne et autochtone, écrit-il. L'esprit rural empreignant la représentation culturelle, les différentes manifestations artistiques et littéraires dénotaient d'un "univers en déshérence". Une telle situation laissait apparaitre des "conflits latents masqués par une unité de façade", mais dissimulant mal des "situations opaques" et un "certain désenchantement" provoqués par une césure et un fossé profonds entre l'élite et le reste de la société, constate encore l'auteur.
Analysant la situation sociolinguistique de l'Algérie à travers les différentes crises qui l'ont secouée -celle de 1980 avec la revendication de l'identité amazighe et les controverses linguistiques récurrentes, Cheniki en arrive à la problématique, toujours posée, des "place et fonction" des langues dans la création artistique (littérature, théâtre et cinéma). Plus avant, l'auteur porte un regard historique sur la mutation socio-culturelle en Algérie, à travers l'examen de la réalité du livre, de la critique et de la censure en interrogeant le présent, pour se pencher ensuite sur la "situation thématique et esthétique du cinéma" à travers sa production, le parcours de ses hommes, ses tendances ainsi que son organisation. Il consacre aussi tout un chapitre de son essai au théâtre. Dans "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'auteur projette sa réflexion dans l'universalité bien comprise, celle qui se nourrit de l'expérience humaine et favorise l'interaction des cultures du monde, loin de toute concurrence entre elles. Chercheur et essayiste, Ahmed Cheniki compte à son actif une quinzaine d'ouvrages sur le théâtre algérien, arabe et africain, notamment. Il est également enseignant à l'université de Annaba et professeur invité dans des universités en Europe et dans les pays arabes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.