La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES JEUX DE LANGUES
Derri�re le voile, le politique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 09 - 2010


Par Ahmed Cheniki
Tout le monde est de la partie quand il s�agit de parler de langues sauf les linguistes qui se retrouvent marginalis�s par les �politiques�, des supporters passionn�s de l�une ou de l�autre langue et des associations satellites, chacune se prenant pour l�espace tut�laire de cet instrument quelque peu malmen�. Ces derniers temps, une intervention du sociologue Ali el- Kenz sur le probl�me de la transcription de la langue kabyle a mis le feu aux poudres, donnant � voir des voix r�duisant la culture nationale et la question de l�identit� � une illusoire qu�te des origines et d�une authenticit� biais�e, mythique.
Ce regard essentialiste, faisant dangereusement fi des donn�es sociologiques et historiques, porte ainsi des oripeaux id�ologiques mettant en opposition le kabyle � l�arabe et, subsidiairement, aux autres langues nationales. Ce d�ni volontaire de l�Histoire et la p�joration du kabyle ou de l�arabe par calculs politiques, sans r�elle assise argumentative, correspondent au discours d�une minorit� de lettr�s qui chercherait � imposer par d�cret pour les uns ou par un singulier lobbying pour les autres certaines pratiques culturelles et linguistiques. Les discours int�gristes neutralisent ainsi toute possibilit� de d�bat et toute attitude distante, prudente par rapport � l�objet �tudi�. Le repli identitaire, au sens restreint d�origines, est l�arme absolue des int�grismes culturels. La question des langues est souvent occult�e pour ne retenir que ces deux n�ologismes qui dominent ces derni�res d�cennies le terrain culturel et politique : arabisation et amazighit�, au sens apparemment de �kabylit�. Les autres langues berb�res (le chaoui, le mozabite�) sont comme exclues du d�bat, alors qu�elles devraient �tre au c�ur de toute discussion. Comment explique-t-on ce paradoxe ? La dimension sociologique est carr�ment exclue. D�ailleurs, tous les lieux du savoir ne semblent pas retenir l�attention de ces contradicteurs d�un nouveau type. Linguistes, historiens, sociologues, psychologues et tous les chercheurs pouvant animer un d�bat s�rieux et apporter une information cr�dible sont marginalis�s, souvent install�s dans une place inconfortable pour ne pas �tre tomb�s dans une sorte de tragique transe favorisant les pr�jug�s id�ologiques et politiques. Les �tiquettes sont l�gion. La posture victimaire prend le dessus. La pol�mique est fondamentalement d�ordre id�ologique. Poser le �d�bat� dans ces conditions avec une telle violence, c�est provoquer quelque part des c�sures et des ruptures pr�judiciables � l��quilibre de la soci�t�. D�ailleurs, la revendication �amazigh� comme celle relative � l��arabisation� sous-tendent souvent des projets id�ologiques qui ne sont nullement oppos�s, mais se rencontrent en fin de compte. C�est vrai �galement que des forces interm�diaires latentes s�imposent dans la soci�t� et constituent en quelque sorte une zone-tampon emp�chant toute confrontation s�rieuse. D�ailleurs, les sorties de Abdelkader Hadjar, ancien pr�sident de la commission nationale de l�arabisation, ou de Othmane Sa�di, ancien ambassadeur, et les manifestations c�l�brant le �printemps berb�re � sont d�sormais boud�es par les populations cibl�es. En poussant le bouchon un peu loin et en se faisant les porte-voix d�univers id�ologiques pr�cis, les deux parties en pr�sence se neutralisent et se discr�ditent. Ainsi, une question qui aurait d� �tre calmement pos�e se retrouve au centre de passions et de pratiques quelque peu suspectes. La pol�mique est certes id�ologique mais est parfois sous-tendue par des int�r�ts imm�diats. Ainsi, n�avons-nous pas entendu dans le pass� un �crivain (en arabe), en l�occurrence Tahar Ouettar, faire publiquement l��loge des francophones vers les ann�es 1970-1980 et s�attaquer outrageusement aux �arabisants�, les traitant de tous les noms ; il change de fusil d��paule dans les ann�es 90 et se met � pourfendre ceux qu�il adulait auparavant. Des journalistes de la presse de langue fran�aise faisaient de cet auteur le plus grand �crivain alg�rien ; il eut fallu quelques d�clarations d�plaisantes pour qu�il se retrouve trait� d��crivaillon par ces m�mes plumes. Le discours opportuniste de l��crivain est symptomatique de la d�raison caract�risant le secteur de la production litt�raire et artistique. Quand Rachid Boudjedra avait d�cid� d��crire en arabe, il avait, on s�en souvient, d�rang� de nombreuses personnes des deux camps, c�est-�-dire ceux qui s�acharnent � arabiser ici et maintenant et ceux qui rejettent f�rocement la langue arabe. M�me un journal pourtant �crit en langue arabe, El Khabar, ne sort pas indemne des attaques des chantres de cette arabisation pr�cipit�e. Il est m�me consid�r� comme un quotidien �francophone bis�. Quand Abdelaziz Bouteflika avait bris� un tabou en s�exprimant en langue fran�aise, les r�actions ne se sont pas fait attendre et les deux camps, souvent les partis politiques, s��taient mis � jaser, les uns soutenant le Pr�sident, d�autres le fustigeant. Cette mani�re de voir et ces grandes bastonnades se comprennent uniquement � l�or�e de la lecture historique. C�est � travers l�histoire de la marginalisation de l�arabe par la colonisation, la mise en sourdine des langues berb�res ou amazigh, l��hypoth�que originelle� du d�but du si�cle qui provoqua une profonde c�sure dans la soci�t�, les h�sitations et les discours populistes du mouvement national et les politiques ambigu�s des diff�rents gouvernements de l�apr�s-ind�pendance, qu�on peut analyser cette situation. Il est �vident d�ajouter les relations entretenues par des dirigeants politiques et des champions de cette �arabisation- pr�t � porter� avec une tendance politique qui s�vit mal au Machrek, le baathisme, version irakienne. Le grand cin�aste �gyptien Salah Abou Seif nous disait en 1988 que le discours d�un grand nombre d�auteurs, d�universitaires et de dirigeants politiques alg�riens lui rappelait le discours arabiste int�griste d�une partie de l�intelligentsia proche-orientale souvent en porte-� faux avec les nouvelles r�alit�s. Cette position se retrouve �galement prise en charge par des �crivains aussi c�l�bres que San�Allah Ibrahim, Jamal el- Ghittany, Youssef Idriss et Najib Mahfouz notamment qui estiment que ce discours �puriste� et essentialiste (il fait penser � la conception d�pass�e et fort r�trograde de Rivarol en France) est l�expression d�une pauvret� intellectuelle qui ne sert nullement les int�r�ts de cette langue momifi�e et rigidifi�e � l�extr�me. Quand un Othmane Sa�di, ancien ambassadeur en Irak, ou un Abdelkader Hadjar reviennent tout le temps � ce discours porteur id�ologiquement dans l�imm�diat, ils semblent ignorer que la langue est, au m�me titre que le corps humain, un organisme vivant et dynamique. Il ne sert � rien de vouloir l�imposer � tout prix � toute une soci�t� sans interroger sa place r�elle dans cet univers d�autant plus qu�il serait vain de �singer� sans cesse une France que pourtant, ils ne cessent d�attaquer et de fustiger dans tous leurs communiqu�s. Le Baath est paradoxalement issu, comme l�a bien montr� son initiateur Aflaq, des acquis de la culture fran�aise et de l�Etat national. L�arabisme est avant tout un discours produit gr�ce aux apports europ�ens. Une s�rieuse lecture de l�histoire des relations du Machrek avec l�Occident nous enseignera toutes ces v�rit�s. Donc, le francophonisme (au sens id�ologique) est pris en charge par les arabistes qui, extr�mement s�duits par ce discours, vont adopter la culture europ�enne sans prendre le soin de l�interroger. Ce serait instructif de lire les textes de Rifa�a Tahtawi ( Takhlis el-ibriz fi talkhis bariz), de Ali Moubarak, de Mohamed Abdou� La question ne se pose nullement en termes de puissance de la langue arabe ou de la langue fran�aise, mais investit �galement et s�rement l�espace id�ologique. Toute langue est lieu et enjeu de luttes. Ce n�est pas uniquement la langue arabe qui a ses zombies. De nombreux dirigeants alg�riens pensent encore qu�on peut changer les choses � force de d�crets et de lois. La soci�t� est beaucoup plus complexe. La m�me remarque est valable pour les d�fenseurs z�l�s d�un certain int�grisme amazigh (plusieurs variantes linguistiques) en Alg�rie, au Maroc et en Libye. Les uns et les autres citent l�exemple de l�h�breu en Isra�l, un pays d�velopp� par rapport aux Arabes, qui utilise pour ses grands travaux l�anglais. En �gypte, la m�decine et d�autres disciplines scientifiques sont enseign�es en anglais. Tout le monde sait qu�en �arabisant� aussi massivement et aussi rapidement les sciences sociales et humaines � l�universit�, le niveau de la recherche a dramatiquement baiss�, faute d�une documentation s�rieuse (trop peu de travaux sont traduits dans les pays arabes) et de la non-ma�trise des langues europ�ennes. Le savoir scientifique a pour g�te l��Occident�. La langue ne peut pas vivre en autarcie, c�est-�-dire en dehors du tout social. Les j�r�miades, les lamentations, le retour aux sources ne sont que des r�alit�s factices d�un pr�sent marqu� par le sous-d�veloppement et la malvie. La langue arabe fut longtemps sujette � de multiples manipulations et � de s�rieuses luttes id�ologiques. Qui ne conna�t pas les grandes joutes entre Ahl el-Koufa et Ahl el-Basra, les travaux de Jorjani ou de Sibaweih (tous les deux ne sont pas des Arabes) et cet incessant combat en �gypte depuis la Nahda pour promouvoir un outil linguistique lib�r� des scories du conservatisme aberrant et arrogant. Le grand penseur Malek Bennabi avait �voqu� cette question dans son ouvrage Vocation de l�Islam (Le Seuil, 1954). Il parlait ainsi de l�usage fait � la langue arabe par les �lites conservatrices : �Il en r�sulte que la langue arabe divinis�e ne peut plus �voluer, et l�adoration de ses adeptes rend intangible une syntaxe irr�vocablement r�duite � une quinzaine de formes, au point qu�il est devenu sacril�ge de constituer une forme nouvelle au moyen de pr�fixes appropri�s, ce qui serait imparfaitement possible dans l�esprit m�me de cette langue.� lll D�j�, la langue arabe est sujette � un usage des plus outranciers excluant toute �ventuelle r�forme ou �volution. Cette mani�re de faire commence malgr� tout � perdre du terrain avec l�apparition de journaux comme El Khabar, constitu� essentiellement de journalistes bilingues et de cadres comp�tents ma�trisant les deux langues. De nombreux Alg�riens sont d�sormais � l�aise dans les deux idiomes. Lors du duel Lacheraf- Ch�riet, repr�sentants de deux tendances du pouvoir, on eut le sentiment d�assister � un combat p�riph�rique. La lecture des textes de cette p�riode (1977)
laissait entrevoir des luttes futures d�int�r�ts et de grandes joutes entre les deux groupes. Ce qui advint juste apr�s les �v�nements de 1988 o� les conflits devinrent publics. Jusqu�� pr�sent, aucun d�bat s�rieux prenant en consid�ration les pesanteurs sociologiques et les pratiques quotidiennes n�eut lieu. Les combats �taient d�ordre id�ologique et l�expression de partis-pris manifestes. Aussi, ignorait-on les r�alit�s complexes de l�univers culturel alg�rien marqu� par l�h�t�ro-culture et la diversit� linguistique. La situation linguistique est h�t�rog�ne. Les quatre idiomes (tamazight dans toutes ses variantes, l�arabe �classique �, l�arabe �populaire� et le fran�ais) en pr�sence dans le champ socioculturel s�affrontent, se heurtent en vue d�investir le pouvoir symbolique. Les grandes manifestations de 1980 (gr�ves des �tudiants �arabisants� suivies quelque temps apr�s par le mouvement de revendication des �cultures populaires� domin� par les �tudiants � dominante kabyle des universit�s d�Alger et de Tizi- Ouzou) mirent s�rieusement en relief la complexit� de la question linguistique travers�e par les querelles politiques agitant les cercles du pouvoir et des pans de la soci�t�. Au nom d�une arabisation marqu�e par la pr�cipitation, les langues et les �cultures populaires� �taient souvent d�valoris�es, voire interdites. La r�ponse � cette r�alit� �tait illustr�e par un discours extr�miste qui rejetait l�arabe et la culture arabe. Deux extr�mismes se querellaient et se lan�aient des anath�mes comme �l�ments repr�sentatifs d�un d�bat biais� et espace d�un lourd h�ritage d�ind�cision et de manque de courage. 1980 marquait un important tournant dans la manifestation de la question linguistique. Tout revenait sur le tapis : le conflit de 1949 et les diff�rentes chartes (Soummam, Tripoli, Alger et les deux versions de la Charte nationale) caract�ris�es par de dramatiques ambigu�t�s et de profondes contradictions. Les r�dacteurs de ces textes �vitaient soigneusement de poser le probl�me ou d�en d�terminer certains param�tres. Ainsi, en mettant en forme des manifestes syncr�tiques, on pr�parait les explosions futures. On s�amusait pendant ce temps � conjuguer la question au futur ant�rieur. L�absence d�une politique linguistique transparente provoque de grands conflits et de profondes tensions qui opposent, pour reprendre un sociolinguiste, deux p�les, �celui d�une singularit� d�connect�e et celui d�une unit� peu respectueuse des diff�rences�. On assista donc au d�but des ann�es 1980 � un violent antagonisme entre les deux camps : celui repr�sent� par les champions du particularisme et les adeptes des �cultures populaires�, et celui incarn� par les supporters de l�adoption d�une langue unique, supranationale, l�arabe �litt�raire�. Le ma�tre-mot de ces deux tendances est l�exclusion. Mostefa Lacheraf mettait dos � dos les deux tendances dans un article publi� dans Alg�rie-Actualit�(14 mai 1981, N� 813) et fustigeait les uns et les autres. La presse prenait position pour l�une ou l�autre tendance qui travaillaient le trottoir politique. L�invective �tait souvent l�arme f�tiche de ces nouveaux �tirailleurs�. Mouloud Mammeri fut s�rieusement attaqu� par le r�dacteur en chef d� El Moudjahidde l��poque, Kamel Belkacem. Cette tradition du lynchage m�diatique est toujours malheureusement pr�sente. Le d�bat s�rieux est encore loin. Les int�grismes linguistiques font fonction de fonds de commerce porteurs et alt�rent la communication. La violence verbale et l�enfermement ethnique sont l�expression d�une situation explosive et le r�sultat de silences pervers sur les questions culturelles depuis l�ind�pendance. Trop souvent, les probl�mes linguistiques sont politis�s et charg�s id�ologiquement. La langue devient en quelque sorte le lieu o� s�affrontent des clans politiques et o� se r�glent des comptes dans une soci�t� an�mi�e et o� se manifestent de sordides calculs politiques. Ainsi, l�id�al d�mocratique dispara�t d�s qu�on commence � �jouer� avec les �l�ments identitaires travers�s par un flou d�finitoire. Le dire prend une position transversale, c�est-�dire que les �promoteurs� r�els ou suppos�s de telle ou telle manifestation utilisent tel ou tel discours pour exprimer beaucoup plus une revendication opaque, marqu�e par la politique. Le �langage vrai� d�serte les trav�es et se cantonne dans les coulisses o� se construisent et se d�construisent les d�cisions. La culture dite populaire, r�duite � une sorte de pratiques folkloriques, vassalis�e et anachronique, correspondant � une stature essentialiste, est convoqu�e pour servir d�espace de civilisation � des postures politiques et id�ologiques. Le lynchage m�diatique et les d�clarations haineuses dont a �t� victime le chanteur Lounis A�t Menguellet, il y a quelques ann�es, s�expliqueraient tout simplement par cette propension � vouloir faire de la d�mocratie une entit� � g�om�trie variable et d�instrumentaliser l�outil linguistique � des fins politiques. Ainsi, l�artiste, en homme libre, qui a v�cu l�exclusion et aujourd�hui les tentatives de r�cup�ration, s�est toujours d�fini comme Alg�rien et n�a pas accept� de marchander sa libert� comme il a toujours cherch� � d�fendre les langues amazighes dans une perspective historique refusant tout embastillement et toute excessive politisation. Du jour au lendemain, celui qu�on adulait s��tait transform� en �tra�tre� par des voix qui inscrivaient l�outil linguistique comme pr�texte � des joutes politiques et � des rencontres violentes. Au coin de la �revendication les r�dempteurs� d�un genre nouveau qui se gargarisent de discours enflamm�s, comme celui de Abdelkader Hadjar, l�ancien pr�sident de la commission nationale d�arabisation sous Boumediene, ou Othmane Sa�di, vivant profond�ment une sorte de singuli�re parano�a dont on a fait une personnalit� hors-pair (alors qu�il n�a jamais rien produit) excluant toute autre expression linguistique que l�arabe �litt�raire� dans une soci�t� plurielle. L�ancien ministre de la Culture Mahieddine Amimour n�arr�te pas de voir des �complots� francophones partout. L��crivain Tahar Ouettar a, lui aussi, pris la m�me direction. Cette digression nous semble utile d�autant plus qu�elle nous montre que la question linguistique en Alg�rie n�a jamais �t� analys�e � l�aune des contingences sociologiques. Tentons cette aventure. Tout le monde sait qu�en Alg�rie, nous sommes en pr�sence d�une situation de bilinguisme avec diglossie. D�finissons les termes. Le bilinguisme suppose la pr�sence d�un locuteur ou d�une communaut� ma�trisant deux syst�mes linguistiques tandis que la diglossie se d�finit par l�utilisation de deux idiomes de mani�re alternative et compl�mentaire dans des conditions culturelles diff�rentes. Quatre langues (arabe �litt�raire�, arabe �populaire �, le fran�ais et le tamazight (avec ses variantes) se partagent le march� linguistique. Nous empruntons au sociolinguiste Ahmed Boukous sa r�partition des attributs aux langues en pr�sence (la situation sociolinguistique du Maroc s�apparente � celle de notre pays). 1- Tamazight n�est pas standardis� mais il est dou� d�autonomie, d�histoire et de vitalit�. 2- L�arabe �populaire� n�est pas non plus standardis�. Il n�est pas �galement autonome car il entretient des rapports d�h�t�ronomie avec l�arabe litt�raire : il y est cependant vital. Ces deux idiomes sont les plus utilis�s dans la vie sociale et constituent donc les outils les plus employ�s en situation de communication. Tout le monde, ou du moins la majeure partie de la population, s�exprime en tamazight (diff�rentes variantes) et en arabe �populaire�. M�me dans les �uvres artistiques, on utilise ces deux idiomes. Ces derni�res ann�es, romans, films et pi�ces de th��tre sont �crits en kabyle. Nous pouvons citer notamment le cas des films de Meddour ( La Montagne de Baya), de Hadjadj ( Machaho) et de Bouguermouh ( La colline oubli�e). Il existe m�me un festival de th��tre en kabyle � Tizi Ouzou. 3- L�arabe �litt�raire� est �videmment standardis�, il est autonome et historique, mais ne fonctionnant pas comme langue maternelle. 4- Le fran�ais est une langue �trang�re impos�e par le colonialisme, standardis�, historique, mais non vital. Cette classification s�inspire largement de l��tude du linguiste marocain Ahmed Boukous (Bilinguisme, diglossie et domination symbolique, in Du bilinguisme, Deno�l, 1985) qui expose, de fa�on tr�s pertinente, la situation linguistique au Maroc qui est sensiblement proche de celle de l�Alg�rie. Ces attributs s�appliquent donc bien aux langues en pr�sence en Alg�rie. Tamazight et langues �populaires � appartiennent � des cat�gories linguistiques et culturelles bien pr�cises. Orales, apprises dans le milieu familial, souvent consid�r�es par certaines cat�gories de pouvoirs comme �basses� par rapport au fran�ais et � l�arabe �litt�raire�, elles servent de moyen d�expression aux contes, aux l�gendes, � des po�mes et, d�sormais, � d�autres formes artistiques �modernes� comme le cin�ma et le th��tre. Qui ne conna�t pas les qsaid de M�hand u M�hand, de Abderrahmane el Mejdoub, de Ben Khlouf, de Ben M�saieb ou de Mostefa Ben Brahim et bien d�autres bardes de ce Maghreb pluriel. Elles sont utilis�es dans la vie quotidienne. Souvent p�jor�es, ces deux langues restent encore en dehors d�un certain nombre de pratiques sociales. Les manifestations de 1980 mirent en avant cette question poussant les dirigeants � faire des concessions en acceptant dans un premier temps de r�tablir la chaire de tamazight supprim�e en 1973, en insistant sur l�importance du patrimoine populaire et en cr�ant le Haut- Conseil � l�Amazighit� tout en permettant l�enseignement de cette langue. Ainsi, le tamazight se voit tol�rer � la t�l�vision alors qu�il existait depuis longtemps une radio en kabyle (Chaine II). On institua un secr�tariat aux arts et aux cultures populaires. Ainsi, subitement, le pouvoir alg�rien d�couvrait les arts et le patrimoine national. Aujourd�hui, plusieurs travaux de
linguistes montrent la possibilit� de transcrire ces langues. Dans le pass�, les textes du tamazight �taient �crits en caract�res arabes ou latins. Un probl�me se pose tout de m�me : tamazight comprend des phon�mes (lettres ?) qu�on ne trouve pas dans les syst�mes phon�tiques et phonologiques arabe et latin. Peut-on transcrire cette langue en utilisant l�alphabet phon�tique international ? Certains linguistes semblent privil�gier le tifinagh comme moyen de transcription. Le tifinagh est une langue tr�s ancienne qui s�est maintenue dans quelques �lots montagneux au Maghreb. D�ailleurs, le probl�me linguistique se pose encore dans les pays du Maghreb. La Libye et le Maroc vivent une situation tr�s difficile. La contestation est publique alors que la revendication est souterraine et clandestine dans le pays de Kaddafi parce que violemment r�prim�e. En Tunisie, les choses �taient rentr�es dans l�ordre depuis le d�part de l�ancien premier ministre Mohamed Mzali qui a entrepris une d�sastreuse politique d�arabisation forcen�e dont souffre jusqu�� pr�sent le pays. Mais ici, le statut officiel de la langue fran�aise �volue au gr� des humeurs politiques. C�est en Alg�rie que les passions sont tellement exacerb�es que, souvent l�intelligence est mise aux vestiaires, laissant place aux rancunes, aux ranc�urs et aux int�r�ts des uns et des autres. L��gypte fait c�toyer plusieurs langues sans probl�me. Le Pr�sident Hosni Moubarak s�exprime en arabe �litt�raire� ou �dialectal� et en anglais sans complexe. M�me les intellectuels parlent ais�ment en arabe �gyptien � la t�l�vision sans subir les foudres de l�animateur ou des dirigeants des cha�nes. Quand Bouteflika s�est exprim� en fran�ais, tous les chantres de l�arabisme ont r�agi et se sont mis � parler de dangers �suppos�s� tout en qu�mandant, par allusions � peine voil�es, des postes au chef de l�Etat. Boumediene ne s�est exprim� en fran�ais que dans une seule interview avec Francis Jeanson, d�ailleurs non rendue publique. Lotfi El Kholi et Ahmed Baha�Eddine me disaient, il y a quelques ann�es, qu�ils ne comprenaient pas du tout le fonctionnement de certains intellectuels �arabisants� qui, au lieu de profiter d�une autre langue de civilisation, le fran�ais, veulent l�exclure du champ culturel alg�rien. �C�est le complexe du colonis� qui les harc�lent, me confiait Lotfi el Kholi, comme si le fran�ais, l�arabe et le berb�re devaient obligatoirement entrer en guerre. � La politique berb�re concoct�e par les officines colonialistes utilisa cette question dans le but de diviser les Alg�riens (voir l�excellent ouvrage de Charles- Robert Ageron, L�Alg�rie alg�rienne, De Napol�on III � De Gaulle, Sindbad) et de favoriser les conflits et les tensions entre les arabophones pr�sent�s comme des nomades venus d�Arabie et les berb�rophones, pr�tendument originaires d�Europe. Cette man�uvre n�avait pas r�ussi et n�avait aucunement d�mobilis� les militants de la cause nationale qui, malgr� la gravit� de la crise de 1949 que sous-tendait cette question, s��taient r�unis en groupe pour d�clencher ensemble la lutte arm�e. Les neuf premiers combattants de la r�volution qui d�clench�rent la lutte de lib�ration, venus des quatre coins de l�Alg�rie profonde qui s�insurg�rent contre leur propre direction (celle du MTLD), parlaient ais�ment la langue fran�aise et l�avaient utilis�e contre le colonisateur qui voulait les diviser. Aucun complexe. C�est un peu l�histoire de Prosp�ro et de Caliban de La Temp�te de Shakespearequi se trouve ainsi mise en pratique en Alg�rie. L�arabe �litt�raire�, langue officielle �crite mais non utilis�e dans la vie courante, pr�sent�e comme unique et unificatrice, est affubl� du statut de langue nationale et officielle. Ce qui est paradoxal, c�est la reproduction de l�exp�rience fran�aise o� on a vu une langue minoritaire, celle de l�Ile de France, devenir nationale. Le mod�le scl�rosant fran�ais de l�Etat-Nation fut reproduit sans aucune interrogation. Ainsi, ceux qui s�en prennent souvent � ce qu�ils appellent �hizb fran�a� reproduisent tout simplement le mod�le linguistique et id�ologique fran�ais. Une lecture de la litt�rature alg�rienne �crite en arabe nous permet de d�celer l�obs�dante pr�sence des lieux litt�raires et culturels fran�ais dans ces textes. Ce qui est peu visible par exemple dans des romans r�dig�s en fran�ais comme ceux de Dib, de Boudjedra ou de Kateb Yacine o� la pr�sence de la litt�rature am�ricaine (Dos Passos, Joyce, Fidgerald et Faulkner, entre autres) et latino-am�ricaine est importante. L�explication est simple ; elle est � chercher du c�t� de la Nahda et des nombreux contacts du Machrek avec la France. Prenons le cas de El Afghani et de Abdouh qui s�insurg�rent contre les conservateurs de l��poque et qui appel�rent � un d�veloppement qui ne rejetterait pas les acquis de la culture europ�enne. L�arabe est une langue supranationale. Elle est le lieu d�expression employ� dans un grand nombre d�appareils id�ologiques (t�l�vision, radio, presse, justice, enseignement�), elle est consid�r�e comme un espace du pouvoir. Boualem Benhamouda, alors ministre de l�Int�rieur, alla jusqu�� d�baptiser les noms de villes et � chercher � arabiser les noms de familles, ce qui avait choqu� � l��poque de nombreux membres du gouvernement qui remirent en question la fameuse arabisation des villes et des enseignes commerciales donnant lieu � des s�ances de rire dans un pays qui en manquait s�rieusement. La l�gitime r�cup�ration de la langue arabe, en dehors des sournois jeux de pouvoirs, ob�it � une logique historique. Longtemps marginalis�e, d�truite par les siens, elle devrait prendre une importante place dans le paysage culturel national. Ce n�est pas en usant de d�crets qu�on la d�veloppe ou qu�on l�impose dans la soci�t� mais en mettant fin � la corruption, au �m�gotage� anti�conomique et en la lib�rant des scories et des tournures emphatiques qui l�embastillent. Le travail fait par un certain nombre de linguistes et d��crivains �gyptiens et moyen-orientaux qui, depuis des d�cennies, luttent pour transformer cette langue est exemplaire. C�est pour cette raison que de nombreux �francophones� ne doivent pas r�duire la langue arabe au baragouinage de certains lettr�s arabisants alg�riens arri�r�s, encore �gar�s du c�t� de Koufa, mais doivent s�int�resser aux litt�ratures du Machrek. Comme il ne faudrait pas se tromper sur les situations diglossiques qui ne caract�risent pas uniquement la langue arabe, mais la majorit� des langues. Comme la graphie ne fait pas forc�ment une langue. Le langage est naturel, les langues, espaces de convention, sont fortement marqu�es par l�Histoire et la soci�t�. Lire Najib Mahfouz, Jamal el Ghittani, San�Allah Ibrahim, Zakarya Tamer, Jabra ou Hanna Minna est une entreprise indispensable pour comprendre comment ces grands �crivains arrivent � ciseler la langue arabe et � la remodeler, lui apportant de nouveaux sens et l�investissant de nouvelles significations. Cette g�n�ration d��crivains talentueux est le produit d�un travail de longue haleine entrepris notamment par le vice-roi d��gypte, Mohamed Ali Pacha, qui exp�dia des missions en France (la premi�re �tait dirig�e par Rifa�a Tahtawi qui �crivit un ouvrage �voquant ce s�jour, De l�or parfum� au r�sum� de Paris) charg�es de d�celer les secrets du d�veloppement et de traduire le maximum de textes possibles. Il y cr�a un institut des langues en 1835. En Alg�rie, le verbe creux semble s��riger en r�gle de conduite. D�ailleurs, Mouloud Kassim Na�t Belkacem me disait quelques ann�es avant sa mort que de nombreux d�fenseurs de l�arabisation manquaient dramatiquement de culture et qu�ils faisaient de la langue arabe qu�ils ne ma�trisaient d�ailleurs pas un juteux fonds de commerce. Ces paroles d�sabus�es de Mouloud Kassim qui avait �t� � l��poque injustement attaqu� par un journaliste dans les colonnes d� El Moudjahid hebdomadaire (en arabe, organe du FLN) sur la question de l�arabisation (selon lui, l�article aurait �t� souffl� au journaliste par M. C. Messadia) montrent � quel point les responsables manquaient de conviction. Aujourd�hui, la question linguistique est l�otage d�enjeux et de luttes politiques particuliers. Evoquer le point de vue selon lequel le kabyle pourrait �tre transcrit en caract�res arabes ou enseign� uniquement dans les r�gions kabylophones, c�est s�attendre � de graves lev�es de boucliers, comme d�ailleurs parler, comme l�avait fait Mostefa Lacheraf, de bilinguisme ou de trilinguisme, c�est conna�tre les dures invectives teint�es de contrev�rit�s. Comme la langue est un substrat sociologique et un moyen de communication fortement marqu� par les jeux historiques et id�ologiques, ne serait-il pas possible d�engager des proc�dures r�f�rendaires ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.