Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2019

Dans son ouvrage, "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'universitaire Ahmed Cheniki propose une lecture de la réalité culturelle de l'Algérie, interrogeant son identité, soumise, selon lui, à des influences culturelles et linguistiques successives qui ont fini par "marginaliser ses structures autochtones".
A travers cet essai anthropologique de 226 pages, l'auteur tente de rendre compte des "influences culturelles plurielles" ayant investi l'imaginaire social algérien à travers le temps, en laissant des "traces qui ont détourné l'individu de son être originel".
L'ouvrage est publié par Hal, une plateforme française en ligne destinée au dépôt et à la diffusion des articles de chercheurs.
S'appuyant sur une bibliographie de plus de 140 ouvrages, l'auteur entame sa réflexion en questionnant l'histoire de l'Algérie, théâtre d'une succession d'occupations coloniales, pour aborder ensuite les conditions ayant permis l' "adoption des formes de représentation occidentale", favorisée par l'ouverture et la fréquentation de l'école française qui n'était pas accessible à tous, comme le rappellera l'auteur.
Cette situation a, selon l'essayiste, favorisé la mise en œuvre de "nouveaux langages", méthodes et approches, faisant de l'école le "lieu central où s'articulent les nouveaux discours" basés, soutient-il, sur la tendance à appliquer les "concepts européens" aux productions culturelles autochtones.
Pour saisir cette réalité sur la culture, les arts et la littérature durant les premières années de l'indépendance, l'universitaire propose une plongée dans l'histoire avec la "réalité paradoxale" d'après 1962.
Selon lui, les premières années postindépendance seront marquées par l'émergence d'un "discours double et ambivalent", hérité de la pensée dominante et qui devait consacrer dans les faits la politique de déculturation.
Cette même réalité, observe-t-il, se présente comme un paysage culturel aux apparences figées, égaré dans les abîmes du "ponctuel" et du "provisoire". L'absence de normes dans l'expression artistique a favorisé la dualité entre le "discours de l'élite", souvent nourrit de concepts importés, et celui des strates de la société profonde "encore ancré dans les paysages de la culture de l'ordinaire" dans son expression quotidienne et autochtone, écrit-il.
L'esprit rural empreignant la représentation culturelle, les différentes manifestations artistiques et littéraires dénotaient d'un "univers en déshérence". Une telle situation laissait apparaitre des "conflits latents masqués par une unité de façade", mais dissimulant mal des "situations opaques" et un "certain désenchantement" provoqués par une césure et un fossé profonds entre l'élite et le reste de la société, constate encore l'auteur.
Analysant la situation sociolinguistique de l'Algérie à travers les différentes crises qui l'ont secouée -celle de 1980 avec la revendication de l'identité amazighe et les controverses linguistiques récurrentes, Cheniki en arrive à la problématique, toujours posée, des "place et fonction" des langues dans la création artistique (littérature, théâtre et cinéma).
Plus avant, l'auteur porte un regard historique sur la mutation socio-culturelle en Algérie, à travers l'examen de la réalité du livre, de la critique et de la censure en interrogeant le présent, pour se pencher ensuite sur la "situation thématique et esthétique du cinéma" à travers sa production, le parcours de ses hommes, ses tendances ainsi que son organisation. Il consacre aussi tout un chapitre de son essai au théâtre.
Dans "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'auteur projette sa réflexion dans l'universalité bien comprise, celle qui se nourrit de l'expérience humaine et favorise l'interaction des cultures du monde, loin de toute concurrence entre elles.
Chercheur et essayiste, Ahmed Cheniki compte à son actif une quinzaine d'ouvrages sur le théâtre algérien, arabe et africain, notamment.
Il est également enseignant à l'université de Annaba et professeur invité dans des universités en Europe et dans les pays arabes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.