A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2019

Dans son ouvrage, "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'universitaire Ahmed Cheniki propose une lecture de la réalité culturelle de l'Algérie, interrogeant son identité, soumise, selon lui, à des influences culturelles et linguistiques successives qui ont fini par "marginaliser ses structures autochtones".
A travers cet essai anthropologique de 226 pages, l'auteur tente de rendre compte des "influences culturelles plurielles" ayant investi l'imaginaire social algérien à travers le temps, en laissant des "traces qui ont détourné l'individu de son être originel".
L'ouvrage est publié par Hal, une plateforme française en ligne destinée au dépôt et à la diffusion des articles de chercheurs.
S'appuyant sur une bibliographie de plus de 140 ouvrages, l'auteur entame sa réflexion en questionnant l'histoire de l'Algérie, théâtre d'une succession d'occupations coloniales, pour aborder ensuite les conditions ayant permis l' "adoption des formes de représentation occidentale", favorisée par l'ouverture et la fréquentation de l'école française qui n'était pas accessible à tous, comme le rappellera l'auteur.
Cette situation a, selon l'essayiste, favorisé la mise en œuvre de "nouveaux langages", méthodes et approches, faisant de l'école le "lieu central où s'articulent les nouveaux discours" basés, soutient-il, sur la tendance à appliquer les "concepts européens" aux productions culturelles autochtones.
Pour saisir cette réalité sur la culture, les arts et la littérature durant les premières années de l'indépendance, l'universitaire propose une plongée dans l'histoire avec la "réalité paradoxale" d'après 1962.
Selon lui, les premières années postindépendance seront marquées par l'émergence d'un "discours double et ambivalent", hérité de la pensée dominante et qui devait consacrer dans les faits la politique de déculturation.
Cette même réalité, observe-t-il, se présente comme un paysage culturel aux apparences figées, égaré dans les abîmes du "ponctuel" et du "provisoire". L'absence de normes dans l'expression artistique a favorisé la dualité entre le "discours de l'élite", souvent nourrit de concepts importés, et celui des strates de la société profonde "encore ancré dans les paysages de la culture de l'ordinaire" dans son expression quotidienne et autochtone, écrit-il.
L'esprit rural empreignant la représentation culturelle, les différentes manifestations artistiques et littéraires dénotaient d'un "univers en déshérence". Une telle situation laissait apparaitre des "conflits latents masqués par une unité de façade", mais dissimulant mal des "situations opaques" et un "certain désenchantement" provoqués par une césure et un fossé profonds entre l'élite et le reste de la société, constate encore l'auteur.
Analysant la situation sociolinguistique de l'Algérie à travers les différentes crises qui l'ont secouée -celle de 1980 avec la revendication de l'identité amazighe et les controverses linguistiques récurrentes, Cheniki en arrive à la problématique, toujours posée, des "place et fonction" des langues dans la création artistique (littérature, théâtre et cinéma).
Plus avant, l'auteur porte un regard historique sur la mutation socio-culturelle en Algérie, à travers l'examen de la réalité du livre, de la critique et de la censure en interrogeant le présent, pour se pencher ensuite sur la "situation thématique et esthétique du cinéma" à travers sa production, le parcours de ses hommes, ses tendances ainsi que son organisation. Il consacre aussi tout un chapitre de son essai au théâtre.
Dans "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", l'auteur projette sa réflexion dans l'universalité bien comprise, celle qui se nourrit de l'expérience humaine et favorise l'interaction des cultures du monde, loin de toute concurrence entre elles.
Chercheur et essayiste, Ahmed Cheniki compte à son actif une quinzaine d'ouvrages sur le théâtre algérien, arabe et africain, notamment.
Il est également enseignant à l'université de Annaba et professeur invité dans des universités en Europe et dans les pays arabes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.