Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival du film de Marrakech : Standing ovation et prix d'honneur pour Robert Redford
Publié dans Le Maghreb le 10 - 12 - 2019

Acteur, réalisateur, producteur… véritable " légende vivante " du cinéma mondial, Robert Redford, invité de la 18e édition du Festival du film de Marrakech, a reçu, vendredi soir, un " prix d'honneur " pour l'ensemble de sa carrière de la part du festival marocain.
Une distinction, un hommage et une " standing ovation " dignes d'un acteur ayant fait du cinéma, une carrière débutée dans les années 1960, le prolongement de son rêve d'enfance. Sous les applaudissements des invités du festival, clôturé hier, l'acteur a précisé : " Je viens d'une famille de conteurs et, enfant, j'étais émerveillé d'entendre "il était une fois" (…) les histoires nous captivent, nous provoquent, nous inspirent et peuvent enfin nous connecter les uns aux autres ".
La distinction honorifique a été remise par la réalisatrice française Rebecca Zlotowski et l'actrice franco-italienne Chiara Mastroianni. Son objectif n'a pas seulement été de mettre en avant une " légende du grand écran ", mais aussi un militant de la cause du cinéma indépendant à celle de l'environnement, a-t-on expliqué. Robert Redford, né en 1936, et qui se sera illustré dans plus de 70 rôles, de " Butch Cassidy et le kid " (1969) à " Nos plus belles années ", en passant par " L'Arnaque " (1973) ou plus récemment " All isLost " (2013), reste également connu comme le créateur en 1980 du " Sundance Institute ", une structure chargée de former de jeunes réalisateurs, de soutenir les artistes indépendants et souvent hors des circuits commerciaux classiques, et qui parrainera un an plus tard le célèbre " Festival du film de Sundance ". Son action aura ainsi permis l'émergence de grands noms du cinéma parmi lesquels les cinéastes Steven Soderbergh où Quentin Tarantino… "Aujourd'hui nous vivons dans un monde complexe, où les ténèbres semblent prévaloir (…) c'est pourquoi j'ai créé l'Institut de Sundance pour soutenir les voix indépendantes qui ne trouvent pas leur place dans la culture dominante ", a en ce sens déclaré Robert Redford. Distinction du Festival du film de Marrakech, qui s'ajoute ainsi au long palmarès de l'acteur, notamment couronné en 2002, de " l'Oscar d'honneur " pour l'ensemble de sa carrière et pour son soutien " aux réalisateurs innovants et indépendants " ; ce parcours de militant et d'artiste engagé se retrouve également dans les œuvres que l'acteur a produites ou réalisées, notamment des fictions mais aussi un grand nombre de documentaires dont " Des gens comme les autres " qui remporte en 1981 l'Oscar du Meilleur film et de la Meilleure réalisation, " Au milieu coule une rivière " (1992), " Quiz Show " (1994), " L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux " (1998), " Lions et agneaux " (2007) ou encore " Sous surveillance " (2012). L'acteur, qui fête cette année ses 83 ans, a précisé vendredi : " J'ai été à Marrakech pour la dernière fois en 2001 pour le tournage de " Spy Game ", et ça fait du bien d'être de retour ". Il multiplie encore les apparitions à l'écran, l'un de ses dernier film " The Old Man and the Gun " est, pour rappel, sorti en 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.