Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : Des centaines de manifestants dénoncent l'arrestation d'un journaliste
Publié dans Le Maghreb le 31 - 12 - 2019

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, samedi 28 décembre 2019, à Rabat, pour dénoncer l'arrestation du journaliste et militant marocain Omar Radi, placé en détention pour avoir critiqué une décision de justice, en avril 2019, sur le réseau social Twitter. Nous ne lâcherons pas, Justice aux ordres, Cet État est corrompu, ont scandé les manifestants marocains devant le Parlement, à Rabat, samedi 28 décembre 2019. Omar Radi, 33 ans, a été placé en détention, jeudi 26 décembre 2019, et son procès a débuté le même jour. Le journaliste est jugé pour un tweet dans lequel il avait fustigé le verdict d'un magistrat contre des membres du " Hirak ", un mouvement de contestation qui a agité le nord du Maroc en 2016 et 2017, condamnés à des peines allant jusqu'à vingt ans de prison. Ni oubli, ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité !, avait-il écrit, qualifiant le juge de bourreau. Le journaliste et militant encourt jusqu'à un an de prison pour " outrage à magistrat ". La prochaine audience aura lieu le 2 janvier 2019. Omar Radi a collaboré avec plusieurs médias marocains et internationaux, et publié des enquêtes sur l'économie de rente ou les collusions entre pouvoir et argent. En 2016, il a révélé une affaire d'acquisition de terrains de l'État à des prix dérisoires par des responsables, dont des conseillers du roi et des ministres. Plus récemment, il a couvert les nombreux mouvements de contestation ayant agité des régions marginalisées du royaume.

" Campagne féroce contre la liberté d'opinion "
L'Organisation non-gouvernementale (ONG) Human rights watch a exhorté, samedi 28 décembre 2019, les autorités marocaines à libérer immédiatement ce journaliste d'investigation primé. Sa détention et son procès injustifiés surviennent dans une atmosphère de plus en plus suffocante pour les journalistes, dissidents et artistes marocains qui s'expriment sur les réseaux sociaux, a déclaré, dans un communiqué Sarah Leah Whitson, directrice Moyen-Orient et Afrique du Nord de l'ONG. L'Association marocaine des droits humains (AMDH) a pour sa part fustigé une campagne féroce de l'État contre la liberté d'opinion et d'expression.
En l'espace de quelques jours au Maroc, un youtubeur a été condamné à quatre ans de prison pour " offense au roi ", un lycéen a écopé de trois ans de prison pour une publication sur Facebook, et un militant a été placé en détention pour une publication sur les réseaux sociaux. Un nouveau Code de la presse ne prévoyant plus de peines de prison est entré en vigueur en 2016, au Maroc, mais les journalistes continuent d'être poursuivis selon le Code pénal, au même titre que des internautes, pour des écrits sur les réseaux sociaux. Dans son dernier classement annuel sur la liberté de la presse, Reporters sans frontières a classé le Maroc 135e, sur 180 pays.

Plusieurs arrestations pour trafic de visas et de cartes de séjour
Huit personnes ont été arrêtées au Maroc mardi pour leurs liens présumés avec un réseau de faux papiers et de "traite d'êtres humains", ont annoncé les autorités marocaines. Une perquisition au domicile des suspects a permis de saisir des "cartes de séjour à l'étranger, des visas falsifiés et des passeports de candidats à l'immigration clandestine", a indiqué mercredi le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) dans un communiqué. Des "appareils électroniques, des téléphones portables et trois voitures" ont aussi été saisis. Un candidat a par ailleurs été interpellé à l'aéroport Mohammed-V, en périphérie de Casablanca (ouest), selon la même source. Le communiqué ne précise par les nationalités des suspects, ni les pays d'accueil ciblés. Une enquête a été ouverte pour déterminer d'éventuelles "ramifications de ce réseau criminel au Maroc et à l'étranger". Des dizaines de milliers de Marocains et de Subsahariens tentent chaque année de rallier illégalement l'Europe à partir du royaume, notamment à bord d'embarcations de fortune. Le nombre de ceux voyageant avec de faux papiers n'est pas connu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.