Manchester City: Foden lance un message à Mbappé    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Un projet de décret exécutif sur la portabilité des numéros de téléphonie mobile examiné par le gouvernement    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Coronavirus: 176 nouveaux cas, 116 guérisons et 4 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.961.387 morts dans le monde    Real : Une relation qui se complique entre Zidane et son président ?    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    FAF... la mascarade continue    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Liverpool et Dortmund prêts à surmonter leur handicap    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Les étudiants continuent de marcher    L'espoir d'une reprise    Des journalistes reviennent en... autostop !    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Zorc optimiste pour Haaland    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Saidal fabriquera du Levothyrox    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, Djamel Benbahmad assure : "Près de 320.000 boîtes de médicaments à base d'hydroxychloroquine ...
Publié dans Le Maghreb le 30 - 03 - 2020


Par: Said B.

Touchée comme la majorité des pays dans le monde par le coronavirus, l'Algérie a adopté la chloroquine et son dérivé l'hydroxychloroquine, pour la prise en charge des patients atteints par cette pandémie.
Et il est évident que tous les Algériens comme dans d'autres pays, se posent la question de savoir s'il y a une quantité suffisante pour empêcher ce virus de se propager et ainsi guérir les patients.

Le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, Professeur Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad, a indiqué dans cet ordre d'idée que près de 320.000 boîtes de médicaments à base d'hydroxychloroquine seront disponibles d'ici quelques jours dans le cadre du protocole de soin des patients atteints par le coronavirus.
Actuellement expérimentées dans plusieurs pays, aux côtés d'autres molécules, contre le
Covid-19, la chloroquine et son dérivé l'hydroxychloroquine, est un dérivé synthétique de la quinine prescrit depuis plusieurs décennies contre le paludisme, un parasite véhiculé par le moustique. La chloroquine est commercialisée sous plusieurs noms selon les pays et les laboratoires: nivaquine ou Resochin par exemple. Il existe un dérivé, l'hydroxychloroquine, mieux toléré, connu en France sous le nom de Plaquénil, utilisé contre le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, Professeur Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad, explique que la décision d'utiliser ce médicament, réservé jusque-là au traitement du paludisme, pour soigner les personnes affectées par ce virus, avait été validée par le Comité d'experts mobilisé au sein du ministère de la Santé, bien que, reconnaît-il, "nous n'ayons pas assez de recul" quant à son entière l'efficacité.
Sur la disponibilité de ce médicament, le ministre délégué a fait savoir, en intervenant lors de l'émission "L'invité de la rédaction" de la Radio nationale, que l'Algérie disposait au début de la pandémie de 130.000 boites, d'autre part, le pays possède un programme d'importation en cours de 190.000 boîtes.
Il a fait observer que le protocole de soin à partir d'hydroxychloroquine est validé de plus en plus à travers le monde. De ce fait, l'Algérie a pris des dispositions avec d'autres fabricants locaux pour l'importation de matière première, a-t-il affirmé.
Et pour être plus précis, le ministre souligne que "Sachant qu'une boîte permet de prendre en charge un patient, grâce à plus de 290.000 à 320.000 boîtes d'ici quelques jours nous pouvons prendre en charge près de 320.000 malades".
Il a précisé qu'en plus des quantités ainsi mobilisées, 190.000 unités autres traitements du même type "sont en cours d'importation", ajoutant que des dispositions avaient été arrêtées pour procéder à d'autres importations, "en cas de prolifération" du virus.Cette quantité permettra de prendre en charge plus de 320 mille malades atteints de coronavirus en cas de prolifération du virus. "Sur l'hydroxychloroquine, nous sommes peut-être l'un des premiers pays dans le monde à avoir mobilisé et même réquisitionné les stocks lorsque nous avons vu les premiers résultats en Chine et au sud de la France", a-t-il indiqué. Ainsi le ministère de la Santé a été amené à "réquisitionner" l'ensemble des stocks de chloroquine déjà produits par les laboratoires locaux, tout comme ceux détenus par les pharmacies, afin d'en réserver l'usage exclusif aux seuls services hospitaliers.
Et justement à la remarque sur l'absence des médicaments à base d'hydroxychloroquine dans les pharmacies, M. Benbahmed a estimé que la mise à disposition de ce médicament dans les officines aurait provoqué un achat massif par les citoyens rendant ce médicament indisponible pour les malades atteints par le coronavirus. Il a également insisté sur la nécessité de voir ce médicament prescrit par un médecin, le médicament ne se délivrant qu'en milieu hospitalier pour l'instant.

Des produits désinfectants et de masques de protection
Concernant la production de gel hydro-alcoolique, le ministre délégué a rappelé que le pays dispose d'une douzaine de producteurs et de la matière première. Une dizaine d'autres producteurs se sont également orientés vers la fabrication de ce produit.
S'agissant du seul produit devant être importé pour la fabrication de gel hydro-alcoolique, le même responsable a indiqué que les quotas d'importation d'alcool ont été libérés. Concernant les masques médicaux, M. Benbahmed a indiqué que le pays dispose de quatre (4) entreprises pouvant produire jusqu'à 150.000 bavettes / jour.
De plus, le même responsable a fait savoir que le pays pourra atteindre prochainement une disponibilité de 100 millions de masques. Il a cependant précisé qu'il s'agit de masques anti-projection destinés principalement aux personnels soignants, ainsi qu'aux personnes contaminées afin de ne pas transmettre le virus à leurs proches.
"Il y a deux semaines nous avions comptabilisé près de 12 millions de masques dans nos hôpitaux dont certains ont été utilisés abusivement.
C'était du gaspillage", a-t-il regretté, expliquant que ces masques auraient dû être gardés au début de la pandémie pour les soignants et les malades ou ceux suspecté d'être atteints par le coronavirus.
Pour ce qui concerne les bavettes de protection, il signale qu'elles sont destinées prioritairement aux praticiens de la santé. Là aussi, il s'est voulu rassurant en déclarant que quatre producteurs nationaux sont en train d'en produire 50.000 unités/jour. Il ajoute que 8 millions de masques sont actuellement disponibles et que 5 millions d'autres sont attendus de l'étranger "pour répondre aux besoins des citoyens. Quant à la disponibilité de kits de dépistage de la maladie, le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, Professeur Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad fait état de la présence de trois laboratoires possédant les techniques et les équipements nécessaires, actuellement en pleine production, ajoutant que ceux-ci vont être rejoints incessamment par 7 autres pour que ceux-ci soient disponibles en quantité.
D'autre part, M. Benbahmad a souligné que "le président de la République a donné des orientations très claires" pour que l'ensemble des moyens de l'Algérie soient focalisés pour pouvoir répondre aux besoins des citoyens dans la lutte contre le coronavirus, ajoutant "qu'il n'y a ni limite matérielle ni limite financière qui ont été posées".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.