Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Souk Ahras: Les travailleurs journaliers durement affectés par la suspension de leurs activités
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2020

Les mesures décidées pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus, telles que le confinement et la suspension de nombreuses activités commerciales et artisanales, ont durement affecté à Souk Ahras les travailleurs journaliers, d'autant que leur majorité ne possède pas de couverture sociale.

Face à cette situation, les travailleurs journaliers, notamment ceux habitant les régions reculées, ont exhorté à les intégrer à la liste des démunis afin d'ouvrir droit aux aides accordées par l'Etat dans le cadre de la solidarité nationale.
Les mesures préventives imposées par les pouvoirs publics pour contenir la propagation du nouveau coronavirus, à l'instar de la fermeture des cafés, restaurants et commerces de services, dont les salons de coiffure, et la suspension des transports en commun, ont accentué la souffrance des travailleurs journaliers, obligés de se mettre au chômage technique.
Père de trois enfants, S.K, chauffeur de taxi dans la ville de Souk Ahras, est au chômage depuis presque un mois. Approché par l'APS, il confie que sa situation financière l'a obligé à reprendre partiellement son activité, précisant qu'il transporte une ou deux personnes à la fois. "Pour subvenir aux besoins de ma famille, je cours le risque de voir mon véhicule envoyé à la fourrière par les services de la sûreté".
De son côté, C.M, maçon quadragénaire et chef d'une famille de cinq enfants, affirme qu'il n'a perçu aucun dinar depuis un mois faute de travail, puisque les entreprises et les chantiers de bâtiment publics et privés sont à l'arrêt. Cette situation a fini, déplore-t-il, par le rendre incapable de subvenir aux besoins alimentaires de sa famille.

Des domiciles transformés en salon de coiffure
D'autres artisans, pour contourner ces mesures préventives et échapper à la surveillance des patrouilles de police, ont transféré leur activité à leur domicile.
Parmi ces artisans, M.S, 42 ans, coiffeur et père de quatre enfants, affirme que cette situation l'a contraint à travailler chez lui. Etant le seul à subvenir aux besoins de sa famille, il explique qu'il ne pouvait rester ''inactif'' et pour cela il a dû transformer une des chambres de sa maison en salon de coiffure pour recevoir ses clients un par un, afin de limiter les contacts et les risques de contamination.
D'autres coiffeurs, souligne-t-il, sont même devenus itinérants et se déplacent au domicile du client pour les coiffer. Des coiffeurs ont formulé des demandes pour des autorisations d'ouverture à temps partiel pour pouvoir subvenir à leurs besoins et s'acquitter des charges de location et factures d'électricité.
Plusieurs clients, soucieux de leur apparence en ces temps de confinement, ont acheté des tendeuses pour se coiffer eux même, tandis que d'autres ont confié cette tâche à leur épouses.
Sur les réseaux sociaux, des associations, des intellectuels et des sportifs multiplient les appels aux initiatives d'aides et de solidarité envers les familles touchées de plein fouet par les conséquences économiques des restrictions liées à la pandémie du nouveau coronavirus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.