Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mériem Fekkaï, précurseur des m'samiyate
Evocation
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 08 - 2010

Avec son genre M'samaa (un chant typiquement féminin), Mériem Fekkaï ouvre la voie à d'autres femmes qui berceront les soirées ramadanesques et les fêtes de mariages à l'instar de Cheikha Tetma qui sera son bras droit durant une grande partie de sa vie.
Avec son genre M'samaa (un chant typiquement féminin), Mériem Fekkaï ouvre la voie à d'autres femmes qui berceront les soirées ramadanesques et les fêtes de mariages à l'instar de Cheikha Tetma qui sera son bras droit durant une grande partie de sa vie.
Aujourd'hui, la discographie des chanteuses féminines ne cesse de s'amplifier et cela dans divers genres musicaux, rai, kabyle andalous, hawzi…
La femme algérienne a donc investi en force le monde artistique. Reste que cela n'a pas été acquis facilement, mais grâce à plusieurs femmes qui se sont acharnées à percer cet univers, notamment à une grande voix, Mériem Fekkaï.
Aujourd'hui encore, les familles algériennes, surtout les femmes, écoutent fréquemment le répertoire de cette grande dame. D'ailleurs, c'est devenu un héritage artistique et musical qui se lègue de génération en génération.
Mériem Fekkaï est originaire de Biskra. Elle est née en 1889 à Alger ou elle a été bercée donc dès son plus jeune âge à travers les soirées algéroises.
Avec son genre M'samaa (un chant typiquement féminin), elle ouvre la voie à d'autres femmes qui berceront les soirées ramadanesques et les fêtes de mariages à l'instar de Cheikha Tetma qui sera son bras droit durant une grande partie de sa vie. Mais comme on le dit souvent dans le monde du chaabi «Chikh Bla chikh marahou chikh » (un maître sans maître n'est point un maître), Mériem Fekkaï a été inspirée par d'autres femmes avant elle, comme Mâalma Yamna (1859-1933) qui été son principal modèle dans le monde musical.
A partir de 1935, Mériem Fekkaï apporta une grande avancée au sein de son groupe et cela à travers de nouvelles compositions et en introduisant de nouvelles formes artistiques et rythmiques qui feront le bonheur des mélomanes surtout avec ces nouvelles chansons de danse. Il est à noter que cette avancée dans le rythme constituait à l'époque une véritable révolution car auparavant les cheikhate ne s'occupaient guère de se qu'on appelait la partie ballet traditionnel. D'ailleurs ce sont de rares occasions qui leur permettaient de chanter leur répertoire (fêtes de mariages, à la demande de la famille organisatrice de la cérémonie…).
Ce choix a été pour elle influencé par son passé. Car avant de devenir cette grande interprète du répertoire algérois, Mériem Fekkaï a d'abord commencé sa carrière en tant que danseuse à l'occasion de fêtes familiales. Mais le plus grand tournant de sa carrière sera certainement le jour elle travailla avec Mahieddine Bachetarzi en interprétant, à partir de 1928, en tant qu'intermède, quelque rôles dans ses spectacles. D'ailleurs, il a été lui-même, à cette période, président de la Société musicale El Motribiya.
Bien qu'elle débuta sa carrière de chanteuse tardivement, elle devint une des figures incontournables de la chanson algérienne au côté d'autres grandes personnalités à l'instar de Mahieddine, Sassi et Chabha, avec lesquelles elle partage le grand plateau artistique d'Alger un certain samedi 24 août 1929.
Enfin, aujourd'hui, on doit beaucoup à Mériem Fekkaï mais également à d'autres féministes de la musique algérienne à l'instar de Yamna, Tetma, Fadila Dziria, Fettouma El Blidiya, Cheikha Zahia, Leila Fatah (L. Mouti), Soltana Daoud (Reinette l'Oranaise) et Zohra El Fassia.
Cette étoile a investi d'autres genres artistiques. Elle a été d'ailleurs une grande cinéphile en suivant avec beaucoup d'attention les nouveautés filmiques qui passaient à Alger avant de s'éteindre le 18 juillet 1961, un an avant de savourer les belles années de l'indépendance de l'Algérie.
Aujourd'hui, la discographie des chanteuses féminines ne cesse de s'amplifier et cela dans divers genres musicaux, rai, kabyle andalous, hawzi…
La femme algérienne a donc investi en force le monde artistique. Reste que cela n'a pas été acquis facilement, mais grâce à plusieurs femmes qui se sont acharnées à percer cet univers, notamment à une grande voix, Mériem Fekkaï.
Aujourd'hui encore, les familles algériennes, surtout les femmes, écoutent fréquemment le répertoire de cette grande dame. D'ailleurs, c'est devenu un héritage artistique et musical qui se lègue de génération en génération.
Mériem Fekkaï est originaire de Biskra. Elle est née en 1889 à Alger ou elle a été bercée donc dès son plus jeune âge à travers les soirées algéroises.
Avec son genre M'samaa (un chant typiquement féminin), elle ouvre la voie à d'autres femmes qui berceront les soirées ramadanesques et les fêtes de mariages à l'instar de Cheikha Tetma qui sera son bras droit durant une grande partie de sa vie. Mais comme on le dit souvent dans le monde du chaabi «Chikh Bla chikh marahou chikh » (un maître sans maître n'est point un maître), Mériem Fekkaï a été inspirée par d'autres femmes avant elle, comme Mâalma Yamna (1859-1933) qui été son principal modèle dans le monde musical.
A partir de 1935, Mériem Fekkaï apporta une grande avancée au sein de son groupe et cela à travers de nouvelles compositions et en introduisant de nouvelles formes artistiques et rythmiques qui feront le bonheur des mélomanes surtout avec ces nouvelles chansons de danse. Il est à noter que cette avancée dans le rythme constituait à l'époque une véritable révolution car auparavant les cheikhate ne s'occupaient guère de se qu'on appelait la partie ballet traditionnel. D'ailleurs ce sont de rares occasions qui leur permettaient de chanter leur répertoire (fêtes de mariages, à la demande de la famille organisatrice de la cérémonie…).
Ce choix a été pour elle influencé par son passé. Car avant de devenir cette grande interprète du répertoire algérois, Mériem Fekkaï a d'abord commencé sa carrière en tant que danseuse à l'occasion de fêtes familiales. Mais le plus grand tournant de sa carrière sera certainement le jour elle travailla avec Mahieddine Bachetarzi en interprétant, à partir de 1928, en tant qu'intermède, quelque rôles dans ses spectacles. D'ailleurs, il a été lui-même, à cette période, président de la Société musicale El Motribiya.
Bien qu'elle débuta sa carrière de chanteuse tardivement, elle devint une des figures incontournables de la chanson algérienne au côté d'autres grandes personnalités à l'instar de Mahieddine, Sassi et Chabha, avec lesquelles elle partage le grand plateau artistique d'Alger un certain samedi 24 août 1929.
Enfin, aujourd'hui, on doit beaucoup à Mériem Fekkaï mais également à d'autres féministes de la musique algérienne à l'instar de Yamna, Tetma, Fadila Dziria, Fettouma El Blidiya, Cheikha Zahia, Leila Fatah (L. Mouti), Soltana Daoud (Reinette l'Oranaise) et Zohra El Fassia.
Cette étoile a investi d'autres genres artistiques. Elle a été d'ailleurs une grande cinéphile en suivant avec beaucoup d'attention les nouveautés filmiques qui passaient à Alger avant de s'éteindre le 18 juillet 1961, un an avant de savourer les belles années de l'indépendance de l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.