La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Mise en vente des billets mercredi    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Suspension des vols pour les avions de type Boeing 737-Max 8 et Boeing 737-Max 9 dans l'espace aérien algérien    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    «La Société civile en Algérie est inexistante»    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Division 2 anglaise : Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etudiants et médecins manifestent    Le choix du destin de l'Algérie    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    La famille de la Santé s'est fortement mobilisée hier.. Marche «blanche» contre le système    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Ouyahia prépare ses valises    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Voix féminines, de Habba à Fettouma
Nostalgie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 01 - 2009

Autrefois, les femmes trouvaient un plaisir à endormir leurs bébés en leur chantant des berceuses. Les chansons les plus usitées et les plus connues étaient Bari Ya Bari, Gouchla Ya Gouchla et Ya H'djendjel.Ces femmes, qui chantaient aussi lors des fêtes de mariage pendant la pose du henné, devenaient de plus en plus demandées pour animer les fêtes familiales.
Avec l'avènement du phonographe et après beaucoup d'hésitation, les premières femmes ont fini par franchir le pas en enregistrant des disques.
Le premier disque signé par Habba
La première est Habba, une chanteuse des environs de Djelfa qui avait enregistré un disque sur le premier phonographe qui était de forme cylindrique, au début des années 1900. Ce passage au professionnalisme de Habba lui a valu la colère de tout son village qui aurait décidé de l'exiler. Très audacieuse, la chanteuse Habba s'est inspirée de cette réaction pour écrire et chanter une complainte dans laquelle elle raconte ce rejet de sa famille et de son village. Aujourd'hui, il n'existerait qu'un seul disque cylindrique de Habba que détiendrait un collectionneur de Djelfa.
La deuxième femme ayant osé franchir le pas pour se faire un nom dans le domaine de la chanson — qui était réservé aux hommes — est Yamna bent El Hadj El Mahdi, fille d'une famille respectable de La Casbah d'Alger. C'est cette dame qui ouvrira les portes de la pratique artistique à toutes les femmes. Elle fut d'abord suivie par Meriem Fekkai qui a commencé par danser avant de passer à la chanson. En parallèle, la chanteuse kabyle Chabha était également invitée par Mahieddine Bachtarzi pour animer les spectacles qu'il organisait déjà quand il était président de l'association El Motribia.
Bien que Yamna avait enregistré ses premiers disques au début des années vingt, Meriem Fekkai, qui est née à Alger et surnommée El Bessekria à cause de l'origine de ses parents, a fait sa première sortie sur scène qu'en 1929. A la même époque, d'autres femmes ont suivi et ont donné des concerts. Les plus connues étaient Fettouma El Blidya, Soltana Daoud qui fut surnommée Reinette par son maître Saoud El Medioni. Née à Tiaret, Reinette a connu ses années de gloire à Oran.
Sur la voie de Yamna
Tout comme Yamna et Fekkai, Reinette s'était spécialisée dans le hawzi. Après s'être imposée à Tlemcen au côté de Abdelkrim qui l'accompagnait, cheikha Tetma a décidé de s'installer à Alger où la concurrence était rude. Plusieurs chanteuses allaient entrer en lice, notamment Fadhila Dzirya et Alice Fitoussi. Cette chanteuse, qui a animé ses dernières fêtes de mariage au début des années soixante-dix, a fini sa carrière comme voyante à El Biar avant de repartir en France où elle serait morte.
Contrairement à Fadhila Dzirya qui était analphabète, Tetma avait une certaine culture et jouait aussi bien du violon que de la kouitra. Toutefois, la plus grande violoniste reste à ce jour Maâlma Yamna. Généralement, les musiciennes des orchestres féminins étaient aussi des chanteuses. C'est le cas par exemple de Fadhila Dzirya qui accompagnait Meriem Fekkai et Latifa qui avait enregistré sur disque 78 tours El aïn ezzerga.
Les années cinquante ont été marquées par l'arrivée de nouvelles chanteuses de talent, notamment Seloua pour le hawzi et Nora pour le moderne. Par la suite, des chanteuses telles que Fettouma Ousliha, Thouraya et Nadia allaient prendre une bonne place au hit-parade. La Kabylie avait également sa panoplie de chanteuses, notamment Chrifa, H'nifa, Djamila, Nouara et Djida qui ont suivi la voie de Chabha.
Dans la région des Aurès, c'est Beggar Hadda qui a dominé la chanson féminine au moment où le grand Aïssa Djermouni était invité à donner un concert à l'Olympia. Dans le Constantinois, certaines femmes ont fait les beaux jours de la chanson du terroir, telles que Safia Echamia, Thouraya et Zhor Fergani qui n'est autre que la sœur du grand maître du malouf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.