réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Printemps arabe ou printemps colonial ?
Révolutions aux frontières algériennes
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 09 - 2011

L'Algérie, pays frontalier à deux nouveaux pouvoirs politiques suite à la chute du régime de Ben Ali en Tunisie, et la prise de contrôle de la Libye par le Conseil national de transition (CNT), fait-elle face, directement, à de nouvelles menaces ? Particulièrement pour ce qui est du cas libyen, Alger, ne serait-elle pas dans le champ de mire de Paris ?, se sont demandés, hier au Centre des études sécuritaires et stratégiques (CRSS) d'Alger, les participants à une conférence portant sur «le terrorisme transnational après le 11 septembre 2001».
Dans son intervention, l'expert sécuritaire, Mohamed Mokadem, a mis l'accent que «le rôle de l'Occident en Libye a été nourris par des intérêts. C'est leurs (Occidentaux) propres intérêts qui les dirigent». Le harangueur est même allé à laisser entendre que le conflit libyen, même s'il est interne, a été «fabriqué» par l'Occident, en premier lieu la France. Selon l'orateur, le conflit libyen est composé de trois parties, à savoir les forces loyales de Kadhafi, le CNT et, enfin, la France. «Leur présence n'a pas été spontanée», a-t-il encore dit. S'agit-il d'un printemps arabe ou d'un printemps colonial ?, s'est-il interrogé, avant de mettre en exergue que ce n'est autre chose qu'une nouvelle forme de colonialisme. Le conférencier a, dans ce sens, déclaré qu'«en réalité, c'est Bernard Henri Lévy qui est le ministre des Affaires étrangères français». Rappelons que BHL a été récemment pointé du doigt par certains organes de la presse nationale, l'accusant d'être l'«architecte» des révolutions arabes. Là où passait le journaliste français, connu pour ses multiples voyages et déplacements, la situation sécuritaire des pays se détériore de plus en plus et les conflits éclatent, ont-ils rapporté. Comme à la place Tahrir en Egypte, BHL s'est rendu à Benghazi où il a prononcé un discours devant les manifestants.
Outre cela, a-t-il mis en garde, la France a, par son intervention en Libye, ciblé l'Algérie. «La France veut officiellement faire de la région une zone de guerre», dira M. Mokadem. Il a, ainsi, mis en évidence que l'Algérie fait face à de nouvelles menaces à l'image du transport d'armes et autres. Mohamed Mokadem a, à cet effet, écarté la piste d'une probable «alliance» entre l'AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique) et les mouvements terroristes en Libye. «Historiquement, les Libyens (même les groupes terroristes, Ndlr) ne font pas confiance aux Algériens», a-t-il dit à ce propos, se référant à l'élimination, dans les années 1990, de plusieurs terroristes étrangers, par l'ex-numéro 1 de l'ex-GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) Djamel Zitouni. S'agissant du thème de la rencontre, le conférencier dira que «les évènements du 11 septembre ont permis à la communauté internationale de savoir ce qu'est le terrorisme». Un terrorisme auquel l'Algérie a payé un lourd tribut pendant de longues décennies et n'épargnera aucun effort pour lui mettre fin dans le monde.
L'Algérie, pays frontalier à deux nouveaux pouvoirs politiques suite à la chute du régime de Ben Ali en Tunisie, et la prise de contrôle de la Libye par le Conseil national de transition (CNT), fait-elle face, directement, à de nouvelles menaces ? Particulièrement pour ce qui est du cas libyen, Alger, ne serait-elle pas dans le champ de mire de Paris ?, se sont demandés, hier au Centre des études sécuritaires et stratégiques (CRSS) d'Alger, les participants à une conférence portant sur «le terrorisme transnational après le 11 septembre 2001».
Dans son intervention, l'expert sécuritaire, Mohamed Mokadem, a mis l'accent que «le rôle de l'Occident en Libye a été nourris par des intérêts. C'est leurs (Occidentaux) propres intérêts qui les dirigent». Le harangueur est même allé à laisser entendre que le conflit libyen, même s'il est interne, a été «fabriqué» par l'Occident, en premier lieu la France. Selon l'orateur, le conflit libyen est composé de trois parties, à savoir les forces loyales de Kadhafi, le CNT et, enfin, la France. «Leur présence n'a pas été spontanée», a-t-il encore dit. S'agit-il d'un printemps arabe ou d'un printemps colonial ?, s'est-il interrogé, avant de mettre en exergue que ce n'est autre chose qu'une nouvelle forme de colonialisme. Le conférencier a, dans ce sens, déclaré qu'«en réalité, c'est Bernard Henri Lévy qui est le ministre des Affaires étrangères français». Rappelons que BHL a été récemment pointé du doigt par certains organes de la presse nationale, l'accusant d'être l'«architecte» des révolutions arabes. Là où passait le journaliste français, connu pour ses multiples voyages et déplacements, la situation sécuritaire des pays se détériore de plus en plus et les conflits éclatent, ont-ils rapporté. Comme à la place Tahrir en Egypte, BHL s'est rendu à Benghazi où il a prononcé un discours devant les manifestants.
Outre cela, a-t-il mis en garde, la France a, par son intervention en Libye, ciblé l'Algérie. «La France veut officiellement faire de la région une zone de guerre», dira M. Mokadem. Il a, ainsi, mis en évidence que l'Algérie fait face à de nouvelles menaces à l'image du transport d'armes et autres. Mohamed Mokadem a, à cet effet, écarté la piste d'une probable «alliance» entre l'AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique) et les mouvements terroristes en Libye. «Historiquement, les Libyens (même les groupes terroristes, Ndlr) ne font pas confiance aux Algériens», a-t-il dit à ce propos, se référant à l'élimination, dans les années 1990, de plusieurs terroristes étrangers, par l'ex-numéro 1 de l'ex-GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) Djamel Zitouni. S'agissant du thème de la rencontre, le conférencier dira que «les évènements du 11 septembre ont permis à la communauté internationale de savoir ce qu'est le terrorisme». Un terrorisme auquel l'Algérie a payé un lourd tribut pendant de longues décennies et n'épargnera aucun effort pour lui mettre fin dans le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.