Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les artistes peintres rendent hommage aux artistes musiciens
Exposition de peinture à l'établissement arts et culture
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 02 - 2012

L'établissement Arts et culture, sis à la place Audin, abrite une exposition collective des artistes peintres rendant hommage aux artistes musiciens. Cette première édition a débuté samedi dernier et se poursuivra jusqu'au 06 mars prochain. Cette manifestation est dédiée au maître de la chanson kabyle et algérienne Chérif Kheddam. Un artiste qui nous a quittés le 23 janvier dernier, laissant derrière lui une relève et un chant éternel.
L'établissement Arts et culture, sis à la place Audin, abrite une exposition collective des artistes peintres rendant hommage aux artistes musiciens. Cette première édition a débuté samedi dernier et se poursuivra jusqu'au 06 mars prochain. Cette manifestation est dédiée au maître de la chanson kabyle et algérienne Chérif Kheddam. Un artiste qui nous a quittés le 23 janvier dernier, laissant derrière lui une relève et un chant éternel.
Le hall de l'Etablissement Arts et culture est envahi par des portraits des figures illustres de la musique et l'histoire algérienne ainsi que de la vie poétique et journalistique. Des géants incontournables luttant, avec un verbe acéré, contre tous les abus de la société algérienne de l'époque. Dans chaque tableau, une remarque se jette sur la vivacité et le point de musicien. Ces artistes qui font actuellement partie du patrimoine culturel algérien, dont chacun a laissé sa trace sur l'art et l'histoire de l'Algérie. L'exposition est une occasion au public pour aller voire en image ce que l'art de la peinture rend aux musiciens algériens.
Une dizaine d'artistes (femmes et hommes) venant de l'Ecole des beaux-arts ont marqué l'événement dédié en hommage aux artistes algériens. A travers des portraits picturaux exposés sur la plupart des grands musiciens algériens, chaque artiste a fait un écho sur son artiste préféré lui rendant un hommage à sa manière, à savoir «l'art de la peinture». Des portraits qui expriment ainsi le sentiment profond de l'artiste peintre vis-à-vis des grands musiciens algériens. Malgré les diverses techniques entreprises par chaque artiste mais le thème est généré sur «les illustres musiciens algériens en image». Le dessin à l'aide de crayon sur papier, la peinture sur toile et… autres sont parmi les techniques utilisées par les artistes.
Plusieurs musiciens, figures d'histoires et journalistes, leur ont dédié des portraits sur l'espace de l'Etablissement. L'artiste peintre Mouloud Tebbache a consacré trois de ses œuvres à ses idoles, à savoir un portrait de Taous Amrouche, le chanteur de l'exil Slimane Azem et Terguie Anonyme. A ce titre, l'artiste Mouloud Tebbache nous a avoué que «réaliser un portrait sur Slimane Azem c'est un honneur. Car il chante pour l'Algérie et les gens qui vivent en exil dont il fait partie ; c'est quelqu'un qu'on ne peut pas oublier». Chaque artiste s'est influencé d'un musicien ou écrivain, comme c'est le cas de l'artiste Lalami Ouaîba Merahi qui présente un portrait d'un illustre journaliste algérien tombé sous des balles assassines : Tahar Djaout, sous le titre : «Les artistes sont là». Cette dernière utilise une technique bien connue, à savoir le collage, réunissant ainsi plusieurs artistes dans une même œuvre. D'autres artistes ont dédié l'une de leurs œuvres à Chérif Kheddam, à savoir l'artiste samia Amri de Béjaïa, Badreddine Bedidi et Madjid Guermoud. Un ancien de la musique andalouse algérienne de la période coloniale, en l'occurrence Mohamed Ben Ali Sfindja, de l'artiste peintre Hafida Sedira qui nous a affirmé que «cette artiste est peu connue dans la scène artistique actuelle. C'est pour cela que j'ai voulu lui rendre cet hommage». Quant aux autres artistes d'autres pays, on trouve Djamila Khamachou qui nous a montré l'une de ses œuvres, un portrait d'Abdelhalim Hafed, qui remonte dans sa réalisation aux années quatre-vingt.
L'exposition se poursuit jusqu'au 6 mars dont la dernière journée sera marquée par une conférence de la Fédération des artistes algériens avec Mourad El Baz. Une rencontre à travers laquelle on pourra qualifier le travail de ces artistes honorifique et symbolique : car il n'y pas plus beau hommage aux artistes que celui rendu par leurs confrères.
Le hall de l'Etablissement Arts et culture est envahi par des portraits des figures illustres de la musique et l'histoire algérienne ainsi que de la vie poétique et journalistique. Des géants incontournables luttant, avec un verbe acéré, contre tous les abus de la société algérienne de l'époque. Dans chaque tableau, une remarque se jette sur la vivacité et le point de musicien. Ces artistes qui font actuellement partie du patrimoine culturel algérien, dont chacun a laissé sa trace sur l'art et l'histoire de l'Algérie. L'exposition est une occasion au public pour aller voire en image ce que l'art de la peinture rend aux musiciens algériens.
Une dizaine d'artistes (femmes et hommes) venant de l'Ecole des beaux-arts ont marqué l'événement dédié en hommage aux artistes algériens. A travers des portraits picturaux exposés sur la plupart des grands musiciens algériens, chaque artiste a fait un écho sur son artiste préféré lui rendant un hommage à sa manière, à savoir «l'art de la peinture». Des portraits qui expriment ainsi le sentiment profond de l'artiste peintre vis-à-vis des grands musiciens algériens. Malgré les diverses techniques entreprises par chaque artiste mais le thème est généré sur «les illustres musiciens algériens en image». Le dessin à l'aide de crayon sur papier, la peinture sur toile et… autres sont parmi les techniques utilisées par les artistes.
Plusieurs musiciens, figures d'histoires et journalistes, leur ont dédié des portraits sur l'espace de l'Etablissement. L'artiste peintre Mouloud Tebbache a consacré trois de ses œuvres à ses idoles, à savoir un portrait de Taous Amrouche, le chanteur de l'exil Slimane Azem et Terguie Anonyme. A ce titre, l'artiste Mouloud Tebbache nous a avoué que «réaliser un portrait sur Slimane Azem c'est un honneur. Car il chante pour l'Algérie et les gens qui vivent en exil dont il fait partie ; c'est quelqu'un qu'on ne peut pas oublier». Chaque artiste s'est influencé d'un musicien ou écrivain, comme c'est le cas de l'artiste Lalami Ouaîba Merahi qui présente un portrait d'un illustre journaliste algérien tombé sous des balles assassines : Tahar Djaout, sous le titre : «Les artistes sont là». Cette dernière utilise une technique bien connue, à savoir le collage, réunissant ainsi plusieurs artistes dans une même œuvre. D'autres artistes ont dédié l'une de leurs œuvres à Chérif Kheddam, à savoir l'artiste samia Amri de Béjaïa, Badreddine Bedidi et Madjid Guermoud. Un ancien de la musique andalouse algérienne de la période coloniale, en l'occurrence Mohamed Ben Ali Sfindja, de l'artiste peintre Hafida Sedira qui nous a affirmé que «cette artiste est peu connue dans la scène artistique actuelle. C'est pour cela que j'ai voulu lui rendre cet hommage». Quant aux autres artistes d'autres pays, on trouve Djamila Khamachou qui nous a montré l'une de ses œuvres, un portrait d'Abdelhalim Hafed, qui remonte dans sa réalisation aux années quatre-vingt.
L'exposition se poursuit jusqu'au 6 mars dont la dernière journée sera marquée par une conférence de la Fédération des artistes algériens avec Mourad El Baz. Une rencontre à travers laquelle on pourra qualifier le travail de ces artistes honorifique et symbolique : car il n'y pas plus beau hommage aux artistes que celui rendu par leurs confrères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.