Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affrontements entre Palestiniens pro-et anti-Assad
Syrie, camps de réfugiés de Yarmouk
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 12 - 2012

Palestiniens partisans et adversaires de Bachar al Assad s'affrontaient lundi dans le camp de réfugiés de Yarmouk, dans le sud de Damas, encerclé par l'armée gouvernementale syrienne, tandis que des centaines d'autres fuyaient vers le Liban.
Palestiniens partisans et adversaires de Bachar al Assad s'affrontaient lundi dans le camp de réfugiés de Yarmouk, dans le sud de Damas, encerclé par l'armée gouvernementale syrienne, tandis que des centaines d'autres fuyaient vers le Liban.
Depuis deux semaines, la bataille de Damas s'est étendue au camp de Yarmouk, où se combattent des milices palestiniennes fidèles au régime syrien et des insurgés au sein desquels figure une unité palestinienne, la brigade Liwaa al Asifah (Brigade Tempête).
Un demi-million de réfugiés palestiniens vivent en Syrie, la plupart à Yarmouk, qui tombe ainsi dans l'arc allant de l'est au sud-ouest de la capitale, à partir duquel les rebelles espèrent s'approcher jusqu'au cœur de Damas.
La Syrie a de tous temps été à l'avant-garde de la lutte en faveur des Palestiniens, armant et finançant plusieurs factions.
Gouvernement syrien et rebelles ont chacun de leur côté enrôlé et armé des Palestiniens dans le conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis mars 2011.
Dimanche, au moins 25 personnes ont été tuées dans le bombardement d'une mosquée du camp par des chasseurs de l'armée de l'air syrienne. Des milliers d'habitants de Yarmouk ont cherché refuge lundi dans les quartiers voisins.
Le Hamas et l'OLP critiquent Assad
Le Hamas, dont certains dirigeants en exil vivaient dans la capitale syrienne avant le soulèvement, a "vivement condamné la poursuite de l'agression contre le peuple syrien, et nous condamnons fermement le bombardement des camps palestiniens en Syrie". Yasser Abed Rabbo, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré que son mouvement tiendrait Assad responsable des morts provoquées par le bombardement de Yarmouk.
Les Palestiniens ne doivent pas "abriter ou aider des groupes terroristes", a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères lors d'un entretien avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, pour justifier la présence de chars et de soldats aux abords du camp.
Selon la télévision syrienne, Walid al Moualem a ajouté que les Palestiniens devaient aider à expulser les "terroristes", le terme utilisé par Damas pour qualifier les insurgés.Dans un communiqué, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Elarabi, a exhorté les parties au conflit syrien à protéger les Palestiniens et à faire en sorte qu'ils ne soient pas victimes des violences.Les combattants du Front populaire pour la libération de la Palestine-Commandement Général (FPLP-CG), une organisation restée fidèle à Assad, forment le gros des troupes palestiniennes combattant les rebelles dans le camp.
Leur chef, Ahmed Djibril (84 ans), a quitté Yarmouk en fin de semaine dernière pour se réfugier à Tartous, une ville côtière dominée par les Alaouites, la communauté religieuse du président syrien.
Parvenu lundi avec sa femme et ses quatre enfants à la frontière libanaise, Abou Taha a raconté que des responsables du FPLP-CG avaient fait le tour des maisons à Yarmouk en disant aux gens de partir.
"Je pense que 80% ont fui. Tous ne sont pas venus au Liban; certains sont restés à Damas", a-t-il dit.
Depuis deux semaines, la bataille de Damas s'est étendue au camp de Yarmouk, où se combattent des milices palestiniennes fidèles au régime syrien et des insurgés au sein desquels figure une unité palestinienne, la brigade Liwaa al Asifah (Brigade Tempête).
Un demi-million de réfugiés palestiniens vivent en Syrie, la plupart à Yarmouk, qui tombe ainsi dans l'arc allant de l'est au sud-ouest de la capitale, à partir duquel les rebelles espèrent s'approcher jusqu'au cœur de Damas.
La Syrie a de tous temps été à l'avant-garde de la lutte en faveur des Palestiniens, armant et finançant plusieurs factions.
Gouvernement syrien et rebelles ont chacun de leur côté enrôlé et armé des Palestiniens dans le conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis mars 2011.
Dimanche, au moins 25 personnes ont été tuées dans le bombardement d'une mosquée du camp par des chasseurs de l'armée de l'air syrienne. Des milliers d'habitants de Yarmouk ont cherché refuge lundi dans les quartiers voisins.
Le Hamas et l'OLP critiquent Assad
Le Hamas, dont certains dirigeants en exil vivaient dans la capitale syrienne avant le soulèvement, a "vivement condamné la poursuite de l'agression contre le peuple syrien, et nous condamnons fermement le bombardement des camps palestiniens en Syrie". Yasser Abed Rabbo, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré que son mouvement tiendrait Assad responsable des morts provoquées par le bombardement de Yarmouk.
Les Palestiniens ne doivent pas "abriter ou aider des groupes terroristes", a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères lors d'un entretien avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, pour justifier la présence de chars et de soldats aux abords du camp.
Selon la télévision syrienne, Walid al Moualem a ajouté que les Palestiniens devaient aider à expulser les "terroristes", le terme utilisé par Damas pour qualifier les insurgés.Dans un communiqué, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Elarabi, a exhorté les parties au conflit syrien à protéger les Palestiniens et à faire en sorte qu'ils ne soient pas victimes des violences.Les combattants du Front populaire pour la libération de la Palestine-Commandement Général (FPLP-CG), une organisation restée fidèle à Assad, forment le gros des troupes palestiniennes combattant les rebelles dans le camp.
Leur chef, Ahmed Djibril (84 ans), a quitté Yarmouk en fin de semaine dernière pour se réfugier à Tartous, une ville côtière dominée par les Alaouites, la communauté religieuse du président syrien.
Parvenu lundi avec sa femme et ses quatre enfants à la frontière libanaise, Abou Taha a raconté que des responsables du FPLP-CG avaient fait le tour des maisons à Yarmouk en disant aux gens de partir.
"Je pense que 80% ont fui. Tous ne sont pas venus au Liban; certains sont restés à Damas", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.