Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le RCD tend la main aux islamistes
Le parti recentre sa ligne politique
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 07 - 2013

Le Rassemblement pour la démocratie et la culture (RCD), est il en train d'opérer un recentrage de sa ligne politique ? Il y a tout lieu de le croire comme l'atteste si bien le «rapprochement» avec les partis islamistes.
Le Rassemblement pour la démocratie et la culture (RCD), est il en train d'opérer un recentrage de sa ligne politique ? Il y a tout lieu de le croire comme l'atteste si bien le «rapprochement» avec les partis islamistes.
En effet, après avoir rencontré une délégation du MSP conduite par son président, Abderrazak Makri, les dirigeants du RCD s'apprêtent à en faire de même avec le mouvement Enahda. Le secrétaire général de ce dernier parti, Fateh Rebai, sera en effet reçu aujourd'hui même au siège du RCD.
«Le dialogue et l'échange entre les acteurs de la classe politique permettront de libérer la scène politique des contraintes et obstructions actuelles pour parvenir à un accord minimal à même de garantir les conditions d'une compétition démocratique sur la base de projets et de programmes politiques» a indiqué le président du RCD, Mohcen Belabes, à son hote, Makri lorsque il l'a reçu mardi dernier a alors précisé un communique du Rassemblement. Fateh Rebai sera lui aussi reçu au siège du RCD aujourd'hui.
Ces consultations, qui seront certainement élargies à d'autres formations politiques comme l'ont souhaités le RCD et le MSP, interviennent dans un contexte politique fort particulier. Un contexte essentiellement marqué par la maladie du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a permis d'ouvrir grand le débat sur les élections présidentielles prévues, normalement , au printemps de 2014. La scène politique est dans tous ses états et l'opposition, toutes tendances confondues, tente de peser sur le cours des éventements en multipliant notamment, les initiatives politique.
Le RCD a d'ailleurs soumis au MSP sa proposition d'une convention nationale pour une Constitution de compromis. Son adoption sera nécessaire et Abderrazak Makri, a promis de donner une réponse après l'avoir bien examinée. Le MSP s'apprêterait lui aussi à rendre public une initiative politique. Et à en croire le communiqué du RCD, le MSP serait favorable à une période de transition consensuelle. Cela dit, beaucoup d'observateurs s'interrogent, à juste titre d'ailleurs, sur cette nouvelle approche du RCD qui n'hésite plus à prendre langue avec les partis islamistes.
Car dans un passé encore récent cela aurait été inimaginable de voir les dirigeants du RCD en conciliabule avec des responsables de partis islamistes. En effet, le RCD, du temps où il était dirigé par Said Sadi, avait très peu d'estime pour les islamistes contre lesquels il était pratiquement en guerre permanente. De longues années durant les deux camps se sont affrontés durement tant leurs projets de sociétés étaient diamétralement opposés. Les deux camps semblent avoir changé comme l'attestent le RCD et le MSP qui ont, à un moment donné fait partie du gouvernement.
Le RCD n'a pas mis longtemps pour quitter le gouvernement puisque la lune de miel avec le pouvoir n'a duré que deux années. Le MSP a fait partie de la coalition gouvernementale durant plus de quinze ans. Le mouvement islamiste n'a quitté cette coalition pour passer à l'opposition que tout récemment. Un recentrage qui s'est confirmé lors du dernier congrès avec l'accès aux commandes de Abderrazak Makri.
En effet, après avoir rencontré une délégation du MSP conduite par son président, Abderrazak Makri, les dirigeants du RCD s'apprêtent à en faire de même avec le mouvement Enahda. Le secrétaire général de ce dernier parti, Fateh Rebai, sera en effet reçu aujourd'hui même au siège du RCD.
«Le dialogue et l'échange entre les acteurs de la classe politique permettront de libérer la scène politique des contraintes et obstructions actuelles pour parvenir à un accord minimal à même de garantir les conditions d'une compétition démocratique sur la base de projets et de programmes politiques» a indiqué le président du RCD, Mohcen Belabes, à son hote, Makri lorsque il l'a reçu mardi dernier a alors précisé un communique du Rassemblement. Fateh Rebai sera lui aussi reçu au siège du RCD aujourd'hui.
Ces consultations, qui seront certainement élargies à d'autres formations politiques comme l'ont souhaités le RCD et le MSP, interviennent dans un contexte politique fort particulier. Un contexte essentiellement marqué par la maladie du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a permis d'ouvrir grand le débat sur les élections présidentielles prévues, normalement , au printemps de 2014. La scène politique est dans tous ses états et l'opposition, toutes tendances confondues, tente de peser sur le cours des éventements en multipliant notamment, les initiatives politique.
Le RCD a d'ailleurs soumis au MSP sa proposition d'une convention nationale pour une Constitution de compromis. Son adoption sera nécessaire et Abderrazak Makri, a promis de donner une réponse après l'avoir bien examinée. Le MSP s'apprêterait lui aussi à rendre public une initiative politique. Et à en croire le communiqué du RCD, le MSP serait favorable à une période de transition consensuelle. Cela dit, beaucoup d'observateurs s'interrogent, à juste titre d'ailleurs, sur cette nouvelle approche du RCD qui n'hésite plus à prendre langue avec les partis islamistes.
Car dans un passé encore récent cela aurait été inimaginable de voir les dirigeants du RCD en conciliabule avec des responsables de partis islamistes. En effet, le RCD, du temps où il était dirigé par Said Sadi, avait très peu d'estime pour les islamistes contre lesquels il était pratiquement en guerre permanente. De longues années durant les deux camps se sont affrontés durement tant leurs projets de sociétés étaient diamétralement opposés. Les deux camps semblent avoir changé comme l'attestent le RCD et le MSP qui ont, à un moment donné fait partie du gouvernement.
Le RCD n'a pas mis longtemps pour quitter le gouvernement puisque la lune de miel avec le pouvoir n'a duré que deux années. Le MSP a fait partie de la coalition gouvernementale durant plus de quinze ans. Le mouvement islamiste n'a quitté cette coalition pour passer à l'opposition que tout récemment. Un recentrage qui s'est confirmé lors du dernier congrès avec l'accès aux commandes de Abderrazak Makri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.