Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tout accord de paix avec Israël sera soumis à référendum
Mahmoud Abbas souligne la nécessité de deux Etats
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 07 - 2013

Le président de l'Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, a affirmé que tout accord de paix signé avec Israël serait soumis à un référendum, et souligné la nécessité d'une solution à deux Etats.
Le président de l'Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, a affirmé que tout accord de paix signé avec Israël serait soumis à un référendum, et souligné la nécessité d'une solution à deux Etats.
"Les Etats-Unis visent sérieusement une solution politique à la cause palestinienne en établissant un Etat palestinien sur les lignes de 1967 avec El Qdos-Est comme capitale", a-t-il ajouté.
Le président palestinien a affirmé à Al-Raï que toute solution "devra exclure Israël de façon permanente des terres palestiniennes, sachant que l'Etat juif a le droit de préserver la sécurité au sein de ses frontières avec l'assentiment des pays voisins".
"Nous voulons une solution à deux Etats et cette idée existe au sein de l'administration américaine. Mais jusqu'à maintenant, rien n'est fait", a-t-il poursuivi. "Nous insistons sur notre position selon laquelle les colonies sont illégales depuis 1967", a réitéré Mahmoud Abbas dans l'interview. A plusieurs reprises, le président palestinien a affirmé que ses demandes pour le gel de la colonisation et la libération de prisonniers détenus par Israël devaient être satisfaites pour que les discussions reprennent.
A l'issue de son sixième voyage dans la région, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé vendredi un accord de principe pour une reprise des pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens. John Kerry a annoncé que des négociateurs israéliens et palestiniens devaient se rencontrer à Washington la semaine prochaine suite à l'accord de vendredi.
Palestiniens et Israéliens ne se sont pas rencontrés officiellement pour négocier depuis septembre 2010, quand ces pourparlers avaient très rapidement tourné court en raison, notamment, de la colonisation israélienne en Cisjordanie.
"Les Etats-Unis visent sérieusement une solution politique à la cause palestinienne en établissant un Etat palestinien sur les lignes de 1967 avec El Qdos-Est comme capitale", a-t-il ajouté.
Le président palestinien a affirmé à Al-Raï que toute solution "devra exclure Israël de façon permanente des terres palestiniennes, sachant que l'Etat juif a le droit de préserver la sécurité au sein de ses frontières avec l'assentiment des pays voisins".
"Nous voulons une solution à deux Etats et cette idée existe au sein de l'administration américaine. Mais jusqu'à maintenant, rien n'est fait", a-t-il poursuivi. "Nous insistons sur notre position selon laquelle les colonies sont illégales depuis 1967", a réitéré Mahmoud Abbas dans l'interview. A plusieurs reprises, le président palestinien a affirmé que ses demandes pour le gel de la colonisation et la libération de prisonniers détenus par Israël devaient être satisfaites pour que les discussions reprennent.
A l'issue de son sixième voyage dans la région, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé vendredi un accord de principe pour une reprise des pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens. John Kerry a annoncé que des négociateurs israéliens et palestiniens devaient se rencontrer à Washington la semaine prochaine suite à l'accord de vendredi.
Palestiniens et Israéliens ne se sont pas rencontrés officiellement pour négocier depuis septembre 2010, quand ces pourparlers avaient très rapidement tourné court en raison, notamment, de la colonisation israélienne en Cisjordanie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.