L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La guerre des olives
Israël-Palestine
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 12 - 2013

Des décennies de violence et de colonisation ont fait de l'olivier, symbole de paix planétaire, un objet de discorde entre Israéliens et Palestiniens.
Des décennies de violence et de colonisation ont fait de l'olivier, symbole de paix planétaire, un objet de discorde entre Israéliens et Palestiniens.
Quotidiennement, les oliviers sont sources de tensions entre agriculteurs palestiniens et Israéliens, colons comme militaires. Le mois de novembre annonce en Cisjordanie la fin de la récolte de l'olive. Les arbres qui recouvrent le territoire se dégarnissent, et, dans les 250 petites coopératives palestiniennes, on s'active pour extraire l'huile, véritable or vert du pays.
Une ressource qui fait vivre 100.000 familles arabes et qui, à elle seule, couvre 25% du PIB agricole palestinien (100 millions de dollars). Une véritable aubaine annuelle, donc, pour des milliers de personnes qui trouvent là "un revenu d'appoint et un supplément alimentaire", analyse Arnaud Garcette, doctorant à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (CNRS-Aix-Marseille).
Mais novembre devait également apporter son lot de bonnes nouvelles pour l'Autorité palestinienne. A Ramallah, on attendait avec impatience l'intégration de la Palestine dans l'Opep de l'huile d'olive : le Conseil oléicole international (COI). Une organisation qui rassemble les 18 principaux producteurs d'huile d'olive de la planète (98% de la production mondiale).
C'était sans compter sur la délégation européenne au COI, qui a préféré bloquer cette adhésion afin de ne pas "saboter les discussions israélo-palestiniennes" sur un accord de paix, selon le quotidien Haaretz. Un accord reposant sur des gages de bonne volonté de part et d'autre :
la libération par Israël de prisonniers arabes et la promesse par l'Autorité palestinienne de "ne pas candidater pour des organisations onusiennes". Le COI a été fondé en 1959 sous l'égide de l'Onu, qui souhaitait favoriser la coopération technique entre pays producteurs.
"9 400 oliviers arrachés en 2013"
"Sans formation adéquate et sans réglementation sanitaire", la Palestine ne peut espérer exporter son huile vers les marchés émergents (Europe, Amérique du Nord ou Asie de l'Est), estime Arnaud Garcette. "Cette annonce, si elle n'aggrave pas la situation des Palestiniens, va cependant être un obstacle de plus pour le développement économique de la région." D'autant que la question de l'olive soulève déjà de nombreuses inquiétudes au sein même du territoire palestinien. Pour les producteurs, cultiver le précieux fruit relève parfois du sacerdoce.
Depuis 2002, court sur près de 700 kilomètres un mur de séparation entre la Cisjordanie et l'Israël, censé prémunir l'Etat hébreu d'infiltrations de terroristes arabes. Pour le construire, il aura fallu à l'armée israélienne déraciner des milliers d'oliviers présents sur son tracé. Depuis, des centaines d'agriculteurs palestiniens sont coupés de leurs terres. Impossible de s'y rendre sans un laissez-passer, sésame rarement accordé par les forces de sécurité israéliennes.
Pis, les vastes étendues d'oliviers sont les victimes quotidiennes d'attaques de colons israéliens vivant en Cisjordanie à proximité des Palestiniens et de leurs cultures. Des colons qui n'hésitent pas à déraciner et à brûler des arbres centenaires. En reportage en Cisjordanie, Gideon Levy, écrivain et journaliste israélien, se souvient : "Il y avait des dizaines, peut-être des centaines d'oliviers tués par la chaleur des flammes qui léchaient leur tronc. Des arbres calcinés, comme autant de preuves carbonisées étendues dans le champ."
Un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en Palestine estime que, en 2013, 9.400 arbres ont été déracinés ou endommagés dans "des incidents avec les colons", 1.000 de plus qu'en 2012.
"Depuis 1967, 800.000 oliviers ont été arrachés, dont 550.000 rien qu'entre 2000 et 2008 [période de fortes tensions entre Palestiniens et Israéliens, NDLR]", rappelle Arnaud Garcette.
Face à cela, les agriculteurs sont bien désarmés. La voie judiciaire ? Autant ne pas y penser. L'ONG israélienne Yesh Din rappelle qu'entre 2005 et 2013, plus 97% des plaintes déposées pour dénoncer des dommages sur des oliviers ont été rejetées par les autorités judiciaires israéliennes. Reste alors pour certains la voie des armes et de la vengeance.
La guerre des arbres
Dépassant le simple enjeu économique, l'olivier revêt aujourd'hui dans cette région du monde une symbolique toute particulière qu'Israéliens et Palestiniens se disputent jalousement. Après avoir détrôné le figuier de Barbarie et l'oranger dans le cœur des populations arabes, l'olivier, robuste et millénaire, a été ainsi dressé au rang d'emblème national chez les Palestiniens.
Un symbole qui n'était pas du goût des premiers Israéliens, qui lui ont préféré le pin, arbre résistant, à la croissance rapide, à l'image de l'Etat hébreu naissant, rappelle Arnaud Garcette. Il fallait alors faire disparaître l'olivier, trace d'une civilisation sur une terre qui devait être "sans peuple". En un siècle, des milliers d'oliviers sont déracinés, et à la place, "250 millions de pins sont plantés par le Fonds national juif (gestionnaire de milliers d'hectares de terre en Israël)".
Avant qu'Israël ne réalise que sa tentative est vaine et que, dans l'imaginaire, l'arbre emblématique ne se laissera pas déraciner. Ils décident alors, selon le doctorant, de se "l'approprier" : en 2002, une "route de l'olivier" est créée : elle guide les touristes "sur les traces des anciens pressoirs et hauts lieux de l'oléiculture, présentés comme israéliens", tandis qu'un festival de l'olivier est organisé au nord d'Israël. Surtout, le Fonds national juif change son fusil d'épaule et finance la plantation d'oliveraies en Israël : l'arbre doit redevenir le signe du lien indissoluble qui unit le jeune Etat et l'histoire millénaire des Juifs sur cette terre.
Quotidiennement, les oliviers sont sources de tensions entre agriculteurs palestiniens et Israéliens, colons comme militaires. Le mois de novembre annonce en Cisjordanie la fin de la récolte de l'olive. Les arbres qui recouvrent le territoire se dégarnissent, et, dans les 250 petites coopératives palestiniennes, on s'active pour extraire l'huile, véritable or vert du pays.
Une ressource qui fait vivre 100.000 familles arabes et qui, à elle seule, couvre 25% du PIB agricole palestinien (100 millions de dollars). Une véritable aubaine annuelle, donc, pour des milliers de personnes qui trouvent là "un revenu d'appoint et un supplément alimentaire", analyse Arnaud Garcette, doctorant à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (CNRS-Aix-Marseille).
Mais novembre devait également apporter son lot de bonnes nouvelles pour l'Autorité palestinienne. A Ramallah, on attendait avec impatience l'intégration de la Palestine dans l'Opep de l'huile d'olive : le Conseil oléicole international (COI). Une organisation qui rassemble les 18 principaux producteurs d'huile d'olive de la planète (98% de la production mondiale).
C'était sans compter sur la délégation européenne au COI, qui a préféré bloquer cette adhésion afin de ne pas "saboter les discussions israélo-palestiniennes" sur un accord de paix, selon le quotidien Haaretz. Un accord reposant sur des gages de bonne volonté de part et d'autre :
la libération par Israël de prisonniers arabes et la promesse par l'Autorité palestinienne de "ne pas candidater pour des organisations onusiennes". Le COI a été fondé en 1959 sous l'égide de l'Onu, qui souhaitait favoriser la coopération technique entre pays producteurs.
"9 400 oliviers arrachés en 2013"
"Sans formation adéquate et sans réglementation sanitaire", la Palestine ne peut espérer exporter son huile vers les marchés émergents (Europe, Amérique du Nord ou Asie de l'Est), estime Arnaud Garcette. "Cette annonce, si elle n'aggrave pas la situation des Palestiniens, va cependant être un obstacle de plus pour le développement économique de la région." D'autant que la question de l'olive soulève déjà de nombreuses inquiétudes au sein même du territoire palestinien. Pour les producteurs, cultiver le précieux fruit relève parfois du sacerdoce.
Depuis 2002, court sur près de 700 kilomètres un mur de séparation entre la Cisjordanie et l'Israël, censé prémunir l'Etat hébreu d'infiltrations de terroristes arabes. Pour le construire, il aura fallu à l'armée israélienne déraciner des milliers d'oliviers présents sur son tracé. Depuis, des centaines d'agriculteurs palestiniens sont coupés de leurs terres. Impossible de s'y rendre sans un laissez-passer, sésame rarement accordé par les forces de sécurité israéliennes.
Pis, les vastes étendues d'oliviers sont les victimes quotidiennes d'attaques de colons israéliens vivant en Cisjordanie à proximité des Palestiniens et de leurs cultures. Des colons qui n'hésitent pas à déraciner et à brûler des arbres centenaires. En reportage en Cisjordanie, Gideon Levy, écrivain et journaliste israélien, se souvient : "Il y avait des dizaines, peut-être des centaines d'oliviers tués par la chaleur des flammes qui léchaient leur tronc. Des arbres calcinés, comme autant de preuves carbonisées étendues dans le champ."
Un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en Palestine estime que, en 2013, 9.400 arbres ont été déracinés ou endommagés dans "des incidents avec les colons", 1.000 de plus qu'en 2012.
"Depuis 1967, 800.000 oliviers ont été arrachés, dont 550.000 rien qu'entre 2000 et 2008 [période de fortes tensions entre Palestiniens et Israéliens, NDLR]", rappelle Arnaud Garcette.
Face à cela, les agriculteurs sont bien désarmés. La voie judiciaire ? Autant ne pas y penser. L'ONG israélienne Yesh Din rappelle qu'entre 2005 et 2013, plus 97% des plaintes déposées pour dénoncer des dommages sur des oliviers ont été rejetées par les autorités judiciaires israéliennes. Reste alors pour certains la voie des armes et de la vengeance.
La guerre des arbres
Dépassant le simple enjeu économique, l'olivier revêt aujourd'hui dans cette région du monde une symbolique toute particulière qu'Israéliens et Palestiniens se disputent jalousement. Après avoir détrôné le figuier de Barbarie et l'oranger dans le cœur des populations arabes, l'olivier, robuste et millénaire, a été ainsi dressé au rang d'emblème national chez les Palestiniens.
Un symbole qui n'était pas du goût des premiers Israéliens, qui lui ont préféré le pin, arbre résistant, à la croissance rapide, à l'image de l'Etat hébreu naissant, rappelle Arnaud Garcette. Il fallait alors faire disparaître l'olivier, trace d'une civilisation sur une terre qui devait être "sans peuple". En un siècle, des milliers d'oliviers sont déracinés, et à la place, "250 millions de pins sont plantés par le Fonds national juif (gestionnaire de milliers d'hectares de terre en Israël)".
Avant qu'Israël ne réalise que sa tentative est vaine et que, dans l'imaginaire, l'arbre emblématique ne se laissera pas déraciner. Ils décident alors, selon le doctorant, de se "l'approprier" : en 2002, une "route de l'olivier" est créée : elle guide les touristes "sur les traces des anciens pressoirs et hauts lieux de l'oléiculture, présentés comme israéliens", tandis qu'un festival de l'olivier est organisé au nord d'Israël. Surtout, le Fonds national juif change son fusil d'épaule et finance la plantation d'oliveraies en Israël : l'arbre doit redevenir le signe du lien indissoluble qui unit le jeune Etat et l'histoire millénaire des Juifs sur cette terre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.