EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    «L'arrestation de Louisa Hanoune est une atteinte aux libertés démocratiques»    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    L'appui de Benflis    Paidoyer pour une conférence de concertation    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les APC et les adjudicataires pointés du doigt
Désorganisation des marchés de gros
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 12 - 2013

Les assemblées populaires communales (APC) et les adjudicataires sont les responsables directs de la situation d'anarchie dans laquelle sont plongés les marchés de gros de fruits et légumes, a estimé samedi un responsable au ministère du Commerce.
Les assemblées populaires communales (APC) et les adjudicataires sont les responsables directs de la situation d'anarchie dans laquelle sont plongés les marchés de gros de fruits et légumes, a estimé samedi un responsable au ministère du Commerce.
"L‘anarchie qui règne dans ces espaces est due au non-respect, par les APC propriétaires des marchés et les adjudicataires qui les prennent en location, des lois définissant les conditions et modalités d‘organisation et de fonctionnement des marchés de gros de fruits et légumes", a indiqué à l‘APS le directeur général de la régulation et de l‘organisation des activités au ministère du Commerce, Abdelaziz Ait Abderrahmane.
Sur les 43 marchés existants, 32 appartiennent aux communes et loués par adjudication pour des montants allant de 1,5 à 2 milliards de DA par an, selon ce responsable. "L‘adjudicataire ne cherche qu‘à assurer des gains pour payer l‘APC et garantir ses marges bénéficiaires sans donner, cependant, aucune importance au respect des règles d‘organisation", a-t-il dit.
Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada avait souligné la nécessité de réaliser de nouveaux marchés de gros des fruits et légumes, qui répondent aux normes internationales, relevant l‘important déficit en Algérie en offre d‘espaces.
L‘Algérie ne compte que 43 marchés de gros de fruits et légumes à l‘échelle nationale dont 15 marchés ont une superficie inférieure à 1 hectare avec une superficie moyenne pour les marchés fonctionnels ne dépassant pas les 2,5 hectares au moment où celle-ci atteint les 9 hectares au Maroc et les 18 hectares en France.
L‘insuffisance avérée en infrastructures adéquates par rapport à l‘offre en fruits et légumes et la gestion défaillante de ces infrastructures a créé une congestion de ces marchés en plus de la configuration des infrastructures existantes qui ne répondent pas aux normes internationales.
Les mandataires des marchés de gros dénoncent, de leur part, l‘absence "totale" d‘organisation et de sécurité dans ces espaces d‘où l‘activité est plongée dans une "anarchie flagrante" échappant à tout contrôle.
"Ces marchés sont des espaces non aménagés ne disposant pas du minimum requis pour l‘exercice de cette activité", dénonce le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes, Mustapha Achour.
Un nouveau décret fixant les conditions et modalités d‘implantation, d‘organisation et de fonctionnement des espaces commerciaux notamment du commerce de gros de fruits et légumes est entré en vigueur en avril 2012.
Ce nouveau texte a été élaboré dans le but de remédier à la situation critique qui caractérise la gestion, l‘organisation, le fonctionnement et l‘état général dans lesquels sont exercées les activités au sein des marchés.
Une stratégie pour le développement du réseau de distribution
Ainsi la législation stipule, entre autres, que ‘‘les marchés de gros doivent être aménagés en carreaux et/ou locaux qui peuvent faire l‘objet de cession ou de location au profit d‘opérateurs économiques ayant le statut de personnes physiques ou morales et habilités à effectuer des opérations d‘achat et de vente en gros‘‘.
A ce titre, seuls les mandataires grossistes, les collecteurs livreurs des produits agricoles, ainsi que les prestataires de services sont autorisés à effectuer des transactions commerciales au stade de gros, selon ce décret.
Cette mesure devait contribuer à lutter contre la multiplication des intermédiaires qui opèrent dans le circuit de distribution des fruits et légumes.
"Les APC et les adjudicataires ne suivent pas les mesures prises par cette réglementation qui situe les responsabilités de chacun. Dans quelques années, s‘ils ne font pas l‘effort d‘organiser le marché, la gestion peut être confiée à d‘autres entreprises à l‘instar de Magros", a averti M. Ait Abderrahmane.
Une stratégie de développement du réseau de distribution des produits agricoles frais a été arrêtée, avait indiqué M. Benbada qui a précisé que la première phase de cette stratégie porte sur le lancement d‘un programme d‘urgence pour pallier aux insuffisances actuelles et répondre aux besoins immédiats.
Ainsi, il a été décidé de développer les espaces de commerce de 76 hectares, extensibles à 153 hectares à moyen terme, et l‘augmentation de la capacité de réception des infrastructures existantes de 30 millions de qx par an de fruits et légumes, soit 25% de la production nationale en plus de la capacité actuelle de 31% soit un total de 56%.
Quant à la deuxième phase de cette stratégie, celle-ci "découlera des études et évaluations" qui seront réalisées dans le cadre du schéma directeur national des infrastructures commerciales.
Un programme de réhabilitation des marchés de gros de fruits et légumes avec une enveloppe financière de 1,5 milliard DA a été lancé dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009, et un autre programme de réalisation de nouveaux marchés modernes conformément à la décision du Conseil des ministres du 11 mai 2011 sera lancé.
En outre, huit grands projets portant sur la création d‘espaces commerciaux de gros seront réalisés au niveau national pour combler le déficit en infrastructures répondant aux normes et pour améliorer la distribution des produits agricoles frais.
Ces projets seront réalisés à Ain Defla, Mascara, Sétif, Ouargla, Mila, Djelfa, Guelma et Biskra.
Les pouvoirs publics ont procédé à la création de l‘entreprise "Magros", qui sera chargée de la réalisation et de la gestion des marchés de gros et de trois filiales.
"L‘anarchie qui règne dans ces espaces est due au non-respect, par les APC propriétaires des marchés et les adjudicataires qui les prennent en location, des lois définissant les conditions et modalités d‘organisation et de fonctionnement des marchés de gros de fruits et légumes", a indiqué à l‘APS le directeur général de la régulation et de l‘organisation des activités au ministère du Commerce, Abdelaziz Ait Abderrahmane.
Sur les 43 marchés existants, 32 appartiennent aux communes et loués par adjudication pour des montants allant de 1,5 à 2 milliards de DA par an, selon ce responsable. "L‘adjudicataire ne cherche qu‘à assurer des gains pour payer l‘APC et garantir ses marges bénéficiaires sans donner, cependant, aucune importance au respect des règles d‘organisation", a-t-il dit.
Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada avait souligné la nécessité de réaliser de nouveaux marchés de gros des fruits et légumes, qui répondent aux normes internationales, relevant l‘important déficit en Algérie en offre d‘espaces.
L‘Algérie ne compte que 43 marchés de gros de fruits et légumes à l‘échelle nationale dont 15 marchés ont une superficie inférieure à 1 hectare avec une superficie moyenne pour les marchés fonctionnels ne dépassant pas les 2,5 hectares au moment où celle-ci atteint les 9 hectares au Maroc et les 18 hectares en France.
L‘insuffisance avérée en infrastructures adéquates par rapport à l‘offre en fruits et légumes et la gestion défaillante de ces infrastructures a créé une congestion de ces marchés en plus de la configuration des infrastructures existantes qui ne répondent pas aux normes internationales.
Les mandataires des marchés de gros dénoncent, de leur part, l‘absence "totale" d‘organisation et de sécurité dans ces espaces d‘où l‘activité est plongée dans une "anarchie flagrante" échappant à tout contrôle.
"Ces marchés sont des espaces non aménagés ne disposant pas du minimum requis pour l‘exercice de cette activité", dénonce le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes, Mustapha Achour.
Un nouveau décret fixant les conditions et modalités d‘implantation, d‘organisation et de fonctionnement des espaces commerciaux notamment du commerce de gros de fruits et légumes est entré en vigueur en avril 2012.
Ce nouveau texte a été élaboré dans le but de remédier à la situation critique qui caractérise la gestion, l‘organisation, le fonctionnement et l‘état général dans lesquels sont exercées les activités au sein des marchés.
Une stratégie pour le développement du réseau de distribution
Ainsi la législation stipule, entre autres, que ‘‘les marchés de gros doivent être aménagés en carreaux et/ou locaux qui peuvent faire l‘objet de cession ou de location au profit d‘opérateurs économiques ayant le statut de personnes physiques ou morales et habilités à effectuer des opérations d‘achat et de vente en gros‘‘.
A ce titre, seuls les mandataires grossistes, les collecteurs livreurs des produits agricoles, ainsi que les prestataires de services sont autorisés à effectuer des transactions commerciales au stade de gros, selon ce décret.
Cette mesure devait contribuer à lutter contre la multiplication des intermédiaires qui opèrent dans le circuit de distribution des fruits et légumes.
"Les APC et les adjudicataires ne suivent pas les mesures prises par cette réglementation qui situe les responsabilités de chacun. Dans quelques années, s‘ils ne font pas l‘effort d‘organiser le marché, la gestion peut être confiée à d‘autres entreprises à l‘instar de Magros", a averti M. Ait Abderrahmane.
Une stratégie de développement du réseau de distribution des produits agricoles frais a été arrêtée, avait indiqué M. Benbada qui a précisé que la première phase de cette stratégie porte sur le lancement d‘un programme d‘urgence pour pallier aux insuffisances actuelles et répondre aux besoins immédiats.
Ainsi, il a été décidé de développer les espaces de commerce de 76 hectares, extensibles à 153 hectares à moyen terme, et l‘augmentation de la capacité de réception des infrastructures existantes de 30 millions de qx par an de fruits et légumes, soit 25% de la production nationale en plus de la capacité actuelle de 31% soit un total de 56%.
Quant à la deuxième phase de cette stratégie, celle-ci "découlera des études et évaluations" qui seront réalisées dans le cadre du schéma directeur national des infrastructures commerciales.
Un programme de réhabilitation des marchés de gros de fruits et légumes avec une enveloppe financière de 1,5 milliard DA a été lancé dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009, et un autre programme de réalisation de nouveaux marchés modernes conformément à la décision du Conseil des ministres du 11 mai 2011 sera lancé.
En outre, huit grands projets portant sur la création d‘espaces commerciaux de gros seront réalisés au niveau national pour combler le déficit en infrastructures répondant aux normes et pour améliorer la distribution des produits agricoles frais.
Ces projets seront réalisés à Ain Defla, Mascara, Sétif, Ouargla, Mila, Djelfa, Guelma et Biskra.
Les pouvoirs publics ont procédé à la création de l‘entreprise "Magros", qui sera chargée de la réalisation et de la gestion des marchés de gros et de trois filiales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.