Les électeurs des zones éparses de Bordj Badji Mokhtar accomplissent leur devoir    La marche des étudiants réprimée à Sidi Bel Abbès    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    La dette fiscale hors amendes judiciaires dépassait les 3.600 milliards de DA à la fin 2016    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    Coupe d'Algérie de Football : la FAF arrête le calendrier jusqu'aux demi-finales    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Interdiction des appareils énergivores    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    La FAF reporte tous les matches à cause du scrutin présidentiel    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Nâama : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Affaire de montage automobile : Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Mobilis : attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Vols en provenance et à destination de la France: Air Algérie annonce de nouvelles perturbations    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    Elections présidentielles – proposition    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Sit-in de soutien à la présidentielle et à l'Institution militaire    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les APC et les adjudicataires pointés du doigt
Désorganisation des marchés de gros
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 12 - 2013

Les assemblées populaires communales (APC) et les adjudicataires sont les responsables directs de la situation d'anarchie dans laquelle sont plongés les marchés de gros de fruits et légumes, a estimé samedi un responsable au ministère du Commerce.
Les assemblées populaires communales (APC) et les adjudicataires sont les responsables directs de la situation d'anarchie dans laquelle sont plongés les marchés de gros de fruits et légumes, a estimé samedi un responsable au ministère du Commerce.
"L‘anarchie qui règne dans ces espaces est due au non-respect, par les APC propriétaires des marchés et les adjudicataires qui les prennent en location, des lois définissant les conditions et modalités d‘organisation et de fonctionnement des marchés de gros de fruits et légumes", a indiqué à l‘APS le directeur général de la régulation et de l‘organisation des activités au ministère du Commerce, Abdelaziz Ait Abderrahmane.
Sur les 43 marchés existants, 32 appartiennent aux communes et loués par adjudication pour des montants allant de 1,5 à 2 milliards de DA par an, selon ce responsable. "L‘adjudicataire ne cherche qu‘à assurer des gains pour payer l‘APC et garantir ses marges bénéficiaires sans donner, cependant, aucune importance au respect des règles d‘organisation", a-t-il dit.
Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada avait souligné la nécessité de réaliser de nouveaux marchés de gros des fruits et légumes, qui répondent aux normes internationales, relevant l‘important déficit en Algérie en offre d‘espaces.
L‘Algérie ne compte que 43 marchés de gros de fruits et légumes à l‘échelle nationale dont 15 marchés ont une superficie inférieure à 1 hectare avec une superficie moyenne pour les marchés fonctionnels ne dépassant pas les 2,5 hectares au moment où celle-ci atteint les 9 hectares au Maroc et les 18 hectares en France.
L‘insuffisance avérée en infrastructures adéquates par rapport à l‘offre en fruits et légumes et la gestion défaillante de ces infrastructures a créé une congestion de ces marchés en plus de la configuration des infrastructures existantes qui ne répondent pas aux normes internationales.
Les mandataires des marchés de gros dénoncent, de leur part, l‘absence "totale" d‘organisation et de sécurité dans ces espaces d‘où l‘activité est plongée dans une "anarchie flagrante" échappant à tout contrôle.
"Ces marchés sont des espaces non aménagés ne disposant pas du minimum requis pour l‘exercice de cette activité", dénonce le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes, Mustapha Achour.
Un nouveau décret fixant les conditions et modalités d‘implantation, d‘organisation et de fonctionnement des espaces commerciaux notamment du commerce de gros de fruits et légumes est entré en vigueur en avril 2012.
Ce nouveau texte a été élaboré dans le but de remédier à la situation critique qui caractérise la gestion, l‘organisation, le fonctionnement et l‘état général dans lesquels sont exercées les activités au sein des marchés.
Une stratégie pour le développement du réseau de distribution
Ainsi la législation stipule, entre autres, que ‘‘les marchés de gros doivent être aménagés en carreaux et/ou locaux qui peuvent faire l‘objet de cession ou de location au profit d‘opérateurs économiques ayant le statut de personnes physiques ou morales et habilités à effectuer des opérations d‘achat et de vente en gros‘‘.
A ce titre, seuls les mandataires grossistes, les collecteurs livreurs des produits agricoles, ainsi que les prestataires de services sont autorisés à effectuer des transactions commerciales au stade de gros, selon ce décret.
Cette mesure devait contribuer à lutter contre la multiplication des intermédiaires qui opèrent dans le circuit de distribution des fruits et légumes.
"Les APC et les adjudicataires ne suivent pas les mesures prises par cette réglementation qui situe les responsabilités de chacun. Dans quelques années, s‘ils ne font pas l‘effort d‘organiser le marché, la gestion peut être confiée à d‘autres entreprises à l‘instar de Magros", a averti M. Ait Abderrahmane.
Une stratégie de développement du réseau de distribution des produits agricoles frais a été arrêtée, avait indiqué M. Benbada qui a précisé que la première phase de cette stratégie porte sur le lancement d‘un programme d‘urgence pour pallier aux insuffisances actuelles et répondre aux besoins immédiats.
Ainsi, il a été décidé de développer les espaces de commerce de 76 hectares, extensibles à 153 hectares à moyen terme, et l‘augmentation de la capacité de réception des infrastructures existantes de 30 millions de qx par an de fruits et légumes, soit 25% de la production nationale en plus de la capacité actuelle de 31% soit un total de 56%.
Quant à la deuxième phase de cette stratégie, celle-ci "découlera des études et évaluations" qui seront réalisées dans le cadre du schéma directeur national des infrastructures commerciales.
Un programme de réhabilitation des marchés de gros de fruits et légumes avec une enveloppe financière de 1,5 milliard DA a été lancé dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009, et un autre programme de réalisation de nouveaux marchés modernes conformément à la décision du Conseil des ministres du 11 mai 2011 sera lancé.
En outre, huit grands projets portant sur la création d‘espaces commerciaux de gros seront réalisés au niveau national pour combler le déficit en infrastructures répondant aux normes et pour améliorer la distribution des produits agricoles frais.
Ces projets seront réalisés à Ain Defla, Mascara, Sétif, Ouargla, Mila, Djelfa, Guelma et Biskra.
Les pouvoirs publics ont procédé à la création de l‘entreprise "Magros", qui sera chargée de la réalisation et de la gestion des marchés de gros et de trois filiales.
"L‘anarchie qui règne dans ces espaces est due au non-respect, par les APC propriétaires des marchés et les adjudicataires qui les prennent en location, des lois définissant les conditions et modalités d‘organisation et de fonctionnement des marchés de gros de fruits et légumes", a indiqué à l‘APS le directeur général de la régulation et de l‘organisation des activités au ministère du Commerce, Abdelaziz Ait Abderrahmane.
Sur les 43 marchés existants, 32 appartiennent aux communes et loués par adjudication pour des montants allant de 1,5 à 2 milliards de DA par an, selon ce responsable. "L‘adjudicataire ne cherche qu‘à assurer des gains pour payer l‘APC et garantir ses marges bénéficiaires sans donner, cependant, aucune importance au respect des règles d‘organisation", a-t-il dit.
Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada avait souligné la nécessité de réaliser de nouveaux marchés de gros des fruits et légumes, qui répondent aux normes internationales, relevant l‘important déficit en Algérie en offre d‘espaces.
L‘Algérie ne compte que 43 marchés de gros de fruits et légumes à l‘échelle nationale dont 15 marchés ont une superficie inférieure à 1 hectare avec une superficie moyenne pour les marchés fonctionnels ne dépassant pas les 2,5 hectares au moment où celle-ci atteint les 9 hectares au Maroc et les 18 hectares en France.
L‘insuffisance avérée en infrastructures adéquates par rapport à l‘offre en fruits et légumes et la gestion défaillante de ces infrastructures a créé une congestion de ces marchés en plus de la configuration des infrastructures existantes qui ne répondent pas aux normes internationales.
Les mandataires des marchés de gros dénoncent, de leur part, l‘absence "totale" d‘organisation et de sécurité dans ces espaces d‘où l‘activité est plongée dans une "anarchie flagrante" échappant à tout contrôle.
"Ces marchés sont des espaces non aménagés ne disposant pas du minimum requis pour l‘exercice de cette activité", dénonce le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes, Mustapha Achour.
Un nouveau décret fixant les conditions et modalités d‘implantation, d‘organisation et de fonctionnement des espaces commerciaux notamment du commerce de gros de fruits et légumes est entré en vigueur en avril 2012.
Ce nouveau texte a été élaboré dans le but de remédier à la situation critique qui caractérise la gestion, l‘organisation, le fonctionnement et l‘état général dans lesquels sont exercées les activités au sein des marchés.
Une stratégie pour le développement du réseau de distribution
Ainsi la législation stipule, entre autres, que ‘‘les marchés de gros doivent être aménagés en carreaux et/ou locaux qui peuvent faire l‘objet de cession ou de location au profit d‘opérateurs économiques ayant le statut de personnes physiques ou morales et habilités à effectuer des opérations d‘achat et de vente en gros‘‘.
A ce titre, seuls les mandataires grossistes, les collecteurs livreurs des produits agricoles, ainsi que les prestataires de services sont autorisés à effectuer des transactions commerciales au stade de gros, selon ce décret.
Cette mesure devait contribuer à lutter contre la multiplication des intermédiaires qui opèrent dans le circuit de distribution des fruits et légumes.
"Les APC et les adjudicataires ne suivent pas les mesures prises par cette réglementation qui situe les responsabilités de chacun. Dans quelques années, s‘ils ne font pas l‘effort d‘organiser le marché, la gestion peut être confiée à d‘autres entreprises à l‘instar de Magros", a averti M. Ait Abderrahmane.
Une stratégie de développement du réseau de distribution des produits agricoles frais a été arrêtée, avait indiqué M. Benbada qui a précisé que la première phase de cette stratégie porte sur le lancement d‘un programme d‘urgence pour pallier aux insuffisances actuelles et répondre aux besoins immédiats.
Ainsi, il a été décidé de développer les espaces de commerce de 76 hectares, extensibles à 153 hectares à moyen terme, et l‘augmentation de la capacité de réception des infrastructures existantes de 30 millions de qx par an de fruits et légumes, soit 25% de la production nationale en plus de la capacité actuelle de 31% soit un total de 56%.
Quant à la deuxième phase de cette stratégie, celle-ci "découlera des études et évaluations" qui seront réalisées dans le cadre du schéma directeur national des infrastructures commerciales.
Un programme de réhabilitation des marchés de gros de fruits et légumes avec une enveloppe financière de 1,5 milliard DA a été lancé dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009, et un autre programme de réalisation de nouveaux marchés modernes conformément à la décision du Conseil des ministres du 11 mai 2011 sera lancé.
En outre, huit grands projets portant sur la création d‘espaces commerciaux de gros seront réalisés au niveau national pour combler le déficit en infrastructures répondant aux normes et pour améliorer la distribution des produits agricoles frais.
Ces projets seront réalisés à Ain Defla, Mascara, Sétif, Ouargla, Mila, Djelfa, Guelma et Biskra.
Les pouvoirs publics ont procédé à la création de l‘entreprise "Magros", qui sera chargée de la réalisation et de la gestion des marchés de gros et de trois filiales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.