CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





David Trueba a tout raflé !
28e édition des prix Goya en Espagne
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 02 - 2014

Le réalisateur David Trueba a été le grand vainqueur de la 28e édition des prix Goya, plus hautes distinctions annuelles du cinéma espagnol, en remportant six récompenses, dont celle du meilleur film et de la meilleure mise en scène, dimanche soir à Madrid. David Trueba, frère cadet du cinéaste Fernando Trueba, a été primé pour son film Vivir es facil con los ojos cerrados (Il est facile de vivre avec les yeux fermés).
Le réalisateur David Trueba a été le grand vainqueur de la 28e édition des prix Goya, plus hautes distinctions annuelles du cinéma espagnol, en remportant six récompenses, dont celle du meilleur film et de la meilleure mise en scène, dimanche soir à Madrid. David Trueba, frère cadet du cinéaste Fernando Trueba, a été primé pour son film Vivir es facil con los ojos cerrados (Il est facile de vivre avec les yeux fermés).
Ecrit par Trueba à partir de faits réels, le film retrace l'histoire d'Antonio San Roman, un professeur d'anglais qui, pendant la dictature franquiste dans les années soixante, donnait ses cours en utilisant des chansons des Beatles. Incarné par Javier Camara, qui a obtenu pour ce rôle le Goya du meilleur acteur, le héros du film se lance dans un voyage improbable dans l'Espagne autoritaire, intransigeante et sexuellement réprimée de l'époque, afin de rencontrer John Lennon, qui tourne How I won The War, un film de Richard Lester, à Alméria (sud).
Le film vénézuélien Azul y no tan rosa (Bleu et pourtant pas si rose) de Miguel Ferrari a obtenu le Goya du meilleur film latino-américain et Amour, de l'Autrichien Michael Haneke, a été sacré meilleur film européen. Enfin, le Prix Goya de la meilleure actrice est allé à Marian Alvarez pour son rôle dans La herida (La blessure), du débutant Fernando Franco, qui raconte l'histoire d'une conductrice d'ambulance qui souffre de troubles de la personnalité.
Cette 28e édition des Goya, qui s'est déroulée en l'absence très remarquée du ministre de la Culture, José Ignacio Wert, a vu le président de l'Académie du cinéma espagnol, Enrique González Macho, critiquer vivement l'augmentation de la TVA sur le prix des billets de cinéma de 8 à 21%, décidée par l'actuel gouvernement conservateur espagnol.
Ecrit par Trueba à partir de faits réels, le film retrace l'histoire d'Antonio San Roman, un professeur d'anglais qui, pendant la dictature franquiste dans les années soixante, donnait ses cours en utilisant des chansons des Beatles. Incarné par Javier Camara, qui a obtenu pour ce rôle le Goya du meilleur acteur, le héros du film se lance dans un voyage improbable dans l'Espagne autoritaire, intransigeante et sexuellement réprimée de l'époque, afin de rencontrer John Lennon, qui tourne How I won The War, un film de Richard Lester, à Alméria (sud).
Le film vénézuélien Azul y no tan rosa (Bleu et pourtant pas si rose) de Miguel Ferrari a obtenu le Goya du meilleur film latino-américain et Amour, de l'Autrichien Michael Haneke, a été sacré meilleur film européen. Enfin, le Prix Goya de la meilleure actrice est allé à Marian Alvarez pour son rôle dans La herida (La blessure), du débutant Fernando Franco, qui raconte l'histoire d'une conductrice d'ambulance qui souffre de troubles de la personnalité.
Cette 28e édition des Goya, qui s'est déroulée en l'absence très remarquée du ministre de la Culture, José Ignacio Wert, a vu le président de l'Académie du cinéma espagnol, Enrique González Macho, critiquer vivement l'augmentation de la TVA sur le prix des billets de cinéma de 8 à 21%, décidée par l'actuel gouvernement conservateur espagnol.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.