Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelques exemples de maladies à transmission vectorielle
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 04 - 2014

-Le chikungunya Le chikungunya est une maladie virale transmise à l'homme via une piqûre de moustique femelle infectée (genre Aèdes). Cette maladie sévit sous forme d'importantes flambées épidémiques.
-Le chikungunya Le chikungunya est une maladie virale transmise à l'homme via une piqûre de moustique femelle infectée (genre Aèdes). Cette maladie sévit sous forme d'importantes flambées épidémiques.
Elle se manifeste par l'apparition brutale d'une fièvre et par des douleurs articulaires, mais aussi par des céphalées, des nausées, des éruptions cutanées, de la fatigue...
On ne sait pas guérir le chikungunya. Le traitement consiste à atténuer les symptômes.
La prévention repose sur l'élimination des moustiques vectoriels (élimination des eaux stagnantes où les moustiques se reproduisent) et la protection contre les piqûres de moustiques.
-La dengue
La dengue est une maladie transmise par la piqûre d'un moustique Aèdes porteur de l'un des quatre virus de la dengue. Les symptômes sont proches de ceux du chikungunya, avec notamment une forte fièvre.
Selon l'OMS, la dengue représente « une des grandes causes de maladie grave et de mortalité ». Cette maladie a progressé de façon spectaculaire : actuellement, 40 % de la population mondiale est exposée au risque de contracter la dengue (2,5 milliards de personnes).
Comme pour le chikungunya, il n'existe pas de traitement spécifique. Cette maladie peut entraîner des complications hémorragiques potentiellement mortelles chez les nourrissons, les enfants et les adultes.
-La fièvre jaune
Il s'agit encore d'une maladie virale véhiculée par les piqûres des moustiques du genre aèdes.
La maladie se manifeste par de la fièvre, des douleurs musculaires, des céphalées, des nausées, des vomissements. Dans certains cas, les symptômes réapparaissent accompagnés d'hémorragies parfois mortelles. Il n'existe pas de traitement. La prévention des épidémies repose sur la vaccination des populations et des voyageurs.
-Le paludisme
En 2012, 207 millions de cas de paludisme ont été estimés, et 627.000 décès, la plupart survenant en Afrique subsaharienne. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au paludisme.Le paludisme est dû à un parasite (plasmodium) transmis par les piqûres de moustiques (genre anophèles). Le parasite se multiplie dans le foie et détruit les globules rouges. L'infection se traduit par des épisodes fébriles accompagnés de maux de tête et de vomissements.
En l'absence de prise en charge, le paludisme évolue vers une affection sévère souvent mortelle. Il s'agit d'une maladie guérissable à condition d'administrer précocement le traitement (artémisinine). Cependant, des résistances aux antipaludiques se développent.
La prévention est le principal moyen de se protéger du paludisme : élimination des eaux stagnantes, prévention des piqûres de moustiques et traitement antipaludique préventif (chimioprophylaxie) des populations les plus exposées et des voyageurs.
La fièvre hémorragique de Crimée-Congo
Cette maladie virale endémique en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Asie se transmet par l'intermédiaire des tiques (et des animaux d'élevage eux-mêmes infectés par les piqûres de tiques).
Il existe également une transmission interhumaine via un contact direct avec le sang ou les sécrétions d'une personne infectée. Elle provoque des flambées de fièvre hémorragique, mortelle dans 10 à 40 % des cas. On ne dispose ni de traitement ni de vaccin contre cette maladie.
-La filariose lymphatique
Egalement appelée « éléphantiasis », la filariose lymphatique est due à trois types de parasites filaires (des nématodes ou vers ronds) transmis à l'homme par les piqûres de moustiques, souvent dès l'enfance.
Cette maladie « défigurante » altère progressivement le système lymphatique et provoque une hypertrophie de certaines parties du corps, à l'origine de douleurs, de graves incapacités et de stigmatisation sociale.
L'OMS estime à 1,4 milliard le nombre de personnes menacées par cette maladie.
Elle peut être prévenue en administrant chaque année un traitement aux personnes exposées (association albendazole et ivermectine ou citrate de diéthylcarbamazine).
La bilharziose (schistosomiase)
Cette maladie chronique est due à des vers parasites, des gastropodes (genre Schistosoma), qui libèrent des larves dans l'eau douce. Au contact d'une eau infectée, ces larves pénètrent dans la peau et se développent dans les vaisseaux sanguins.
Selon les organes touchés, la schistosomiase provoque des réactions immunitaires et des lésions évolutives. La schistosomiase intestinale se manifeste par des douleurs abdominales, des diarrhées et du sang dans les selles. La présence de sang dans les urines indique une atteinte urogénitale (vessie, urètre, vagin, prostate...).
Des traitements réguliers des populations exposées permettent de guérir les symptômes bénins et de prévenir l'évolution de la maladie vers un stade chronique sévère. La lutte contre les gastéropodes et l'amélioration de l'assainissement font partie des mesures préventives contre cette affection.
-La maladie de Chagas (trypanosomiase américaine)
La maladie de Chagas est due à un parasite (Trypanosoma cruzi) transmis par une variété de punaises.
Cette affection peut provoquer des troubles cardiaques, digestifs et neurologiques. Elle est guérissable à condition d'un traitement très précoce après l'infection (benznidazole, nifurtimox). À défaut, elle peut être mortelle.
Cette maladie sévit essentiellement en Amérique latine, mais elle se propage sur d'autres continents. Elle touche 7 à 8 millions de personnes dans le monde. La prévention repose sur l'élimination du vecteur et la prévention des piqûres de punaises.
-La maladie du sommeil
(trypanosomiase africaine)
La maladie du sommeil est transmise par des mouches tsé-tsé (glossine) porteuses d'un parasite protozoaire (genre Trypanosoma). Très fréquente et à l'origine de grandes épidémies, la trypanosomiase sévit uniquement en Afrique subsaharienne.
Elle provoque de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, du prurit, etc., et à un stade avancé des troubles du système nerveux central (troubles du sommeil, de la personnalité, de l'élocution, confusion, troubles de la marche, convulsions, etc.).
En l'absence de traitement, la maladie du sommeil peut être mortelle. D'où l'importance de faciliter l'accès au diagnostic précoce et au traitement médicamenteux.
-L'onchocercose
Cette maladie est due à un vers nommé Onchocerca volvulus, transmis par les piqûres d'une petite mouche noire (simulie). Cette maladie qui sévit essentiellement en Afrique subsaharienne, mais aussi au Yémen et en Amérique latine, est la deuxième cause infectieuse de cécité dans le monde (on estime à un demi-million le nombre de personnes devenues aveugles à cause de l'onchocercose).
En effet, outre des démangeaisons puis des lésions cutanées, le parasite provoque des complications oculaires conduisant à une cécité irréversible. Aujourd'hui, cette maladie se traite avec une dose annuelle de médicament (ivermectine).
Sources : OMS
Elle se manifeste par l'apparition brutale d'une fièvre et par des douleurs articulaires, mais aussi par des céphalées, des nausées, des éruptions cutanées, de la fatigue...
On ne sait pas guérir le chikungunya. Le traitement consiste à atténuer les symptômes.
La prévention repose sur l'élimination des moustiques vectoriels (élimination des eaux stagnantes où les moustiques se reproduisent) et la protection contre les piqûres de moustiques.
-La dengue
La dengue est une maladie transmise par la piqûre d'un moustique Aèdes porteur de l'un des quatre virus de la dengue. Les symptômes sont proches de ceux du chikungunya, avec notamment une forte fièvre.
Selon l'OMS, la dengue représente « une des grandes causes de maladie grave et de mortalité ». Cette maladie a progressé de façon spectaculaire : actuellement, 40 % de la population mondiale est exposée au risque de contracter la dengue (2,5 milliards de personnes).
Comme pour le chikungunya, il n'existe pas de traitement spécifique. Cette maladie peut entraîner des complications hémorragiques potentiellement mortelles chez les nourrissons, les enfants et les adultes.
-La fièvre jaune
Il s'agit encore d'une maladie virale véhiculée par les piqûres des moustiques du genre aèdes.
La maladie se manifeste par de la fièvre, des douleurs musculaires, des céphalées, des nausées, des vomissements. Dans certains cas, les symptômes réapparaissent accompagnés d'hémorragies parfois mortelles. Il n'existe pas de traitement. La prévention des épidémies repose sur la vaccination des populations et des voyageurs.
-Le paludisme
En 2012, 207 millions de cas de paludisme ont été estimés, et 627.000 décès, la plupart survenant en Afrique subsaharienne. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au paludisme.Le paludisme est dû à un parasite (plasmodium) transmis par les piqûres de moustiques (genre anophèles). Le parasite se multiplie dans le foie et détruit les globules rouges. L'infection se traduit par des épisodes fébriles accompagnés de maux de tête et de vomissements.
En l'absence de prise en charge, le paludisme évolue vers une affection sévère souvent mortelle. Il s'agit d'une maladie guérissable à condition d'administrer précocement le traitement (artémisinine). Cependant, des résistances aux antipaludiques se développent.
La prévention est le principal moyen de se protéger du paludisme : élimination des eaux stagnantes, prévention des piqûres de moustiques et traitement antipaludique préventif (chimioprophylaxie) des populations les plus exposées et des voyageurs.
La fièvre hémorragique de Crimée-Congo
Cette maladie virale endémique en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Asie se transmet par l'intermédiaire des tiques (et des animaux d'élevage eux-mêmes infectés par les piqûres de tiques).
Il existe également une transmission interhumaine via un contact direct avec le sang ou les sécrétions d'une personne infectée. Elle provoque des flambées de fièvre hémorragique, mortelle dans 10 à 40 % des cas. On ne dispose ni de traitement ni de vaccin contre cette maladie.
-La filariose lymphatique
Egalement appelée « éléphantiasis », la filariose lymphatique est due à trois types de parasites filaires (des nématodes ou vers ronds) transmis à l'homme par les piqûres de moustiques, souvent dès l'enfance.
Cette maladie « défigurante » altère progressivement le système lymphatique et provoque une hypertrophie de certaines parties du corps, à l'origine de douleurs, de graves incapacités et de stigmatisation sociale.
L'OMS estime à 1,4 milliard le nombre de personnes menacées par cette maladie.
Elle peut être prévenue en administrant chaque année un traitement aux personnes exposées (association albendazole et ivermectine ou citrate de diéthylcarbamazine).
La bilharziose (schistosomiase)
Cette maladie chronique est due à des vers parasites, des gastropodes (genre Schistosoma), qui libèrent des larves dans l'eau douce. Au contact d'une eau infectée, ces larves pénètrent dans la peau et se développent dans les vaisseaux sanguins.
Selon les organes touchés, la schistosomiase provoque des réactions immunitaires et des lésions évolutives. La schistosomiase intestinale se manifeste par des douleurs abdominales, des diarrhées et du sang dans les selles. La présence de sang dans les urines indique une atteinte urogénitale (vessie, urètre, vagin, prostate...).
Des traitements réguliers des populations exposées permettent de guérir les symptômes bénins et de prévenir l'évolution de la maladie vers un stade chronique sévère. La lutte contre les gastéropodes et l'amélioration de l'assainissement font partie des mesures préventives contre cette affection.
-La maladie de Chagas (trypanosomiase américaine)
La maladie de Chagas est due à un parasite (Trypanosoma cruzi) transmis par une variété de punaises.
Cette affection peut provoquer des troubles cardiaques, digestifs et neurologiques. Elle est guérissable à condition d'un traitement très précoce après l'infection (benznidazole, nifurtimox). À défaut, elle peut être mortelle.
Cette maladie sévit essentiellement en Amérique latine, mais elle se propage sur d'autres continents. Elle touche 7 à 8 millions de personnes dans le monde. La prévention repose sur l'élimination du vecteur et la prévention des piqûres de punaises.
-La maladie du sommeil
(trypanosomiase africaine)
La maladie du sommeil est transmise par des mouches tsé-tsé (glossine) porteuses d'un parasite protozoaire (genre Trypanosoma). Très fréquente et à l'origine de grandes épidémies, la trypanosomiase sévit uniquement en Afrique subsaharienne.
Elle provoque de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, du prurit, etc., et à un stade avancé des troubles du système nerveux central (troubles du sommeil, de la personnalité, de l'élocution, confusion, troubles de la marche, convulsions, etc.).
En l'absence de traitement, la maladie du sommeil peut être mortelle. D'où l'importance de faciliter l'accès au diagnostic précoce et au traitement médicamenteux.
-L'onchocercose
Cette maladie est due à un vers nommé Onchocerca volvulus, transmis par les piqûres d'une petite mouche noire (simulie). Cette maladie qui sévit essentiellement en Afrique subsaharienne, mais aussi au Yémen et en Amérique latine, est la deuxième cause infectieuse de cécité dans le monde (on estime à un demi-million le nombre de personnes devenues aveugles à cause de l'onchocercose).
En effet, outre des démangeaisons puis des lésions cutanées, le parasite provoque des complications oculaires conduisant à une cécité irréversible. Aujourd'hui, cette maladie se traite avec une dose annuelle de médicament (ivermectine).
Sources : OMS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.