Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du venin pour lutter contre les tumeurs ?
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2014

Parmi les protéines et les peptides qui composent les venins, certaines molécules ont un effet bloquant sur la croissance des tumeurs. Une équipe américaine est même parvenue à acheminer ces produits jusque dans les cellules cancéreuses, sans risquer de contaminer les tissus sains. Tout le monde sait que les abeilles fabriquent de la cire et du miel, mais leur rôle dans un traitement contre le cancer en surprendra plus d'un.
Parmi les protéines et les peptides qui composent les venins, certaines molécules ont un effet bloquant sur la croissance des tumeurs. Une équipe américaine est même parvenue à acheminer ces produits jusque dans les cellules cancéreuses, sans risquer de contaminer les tissus sains. Tout le monde sait que les abeilles fabriquent de la cire et du miel, mais leur rôle dans un traitement contre le cancer en surprendra plus d'un.
Une équipe de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign se sert en effet de différents venins pour bloquer la croissance des tumeurs. Le docteur Dipanjan Pan et ses collègues ont ainsi présenté leurs travaux le 11 août lors du 248e meeting annuel de la société américaine de chimie, la plus grande société scientifique du monde. Concrètement, ces chercheurs ont réussi à traiter des tumeurs en utilisant des venins incorporés dans de minuscules particules.
"Nous avons utilisé en toute sécurité des toxines de venins dans des particules nanométriques pour traiter in-vitro des cancers du sein et des mélanomes", se réjouit Dipanjan Pan. Si la technique est si innovante, c'est que bien qu'il s'agisse de venin, cela ne présenterait pas de risque pour les tissus non cancéreux.
En effet, les scientifiques ont trouvé un moyen d'amener les substances directement aux tumeurs sans que cela n'affecte les autres tissus. "Ces particules, que nous avons camouflées au système immunitaire, amènent les toxines directement dans les cellules cancéreuses et épargnent les tissus sains", poursuit-il.
Du venin dans la membrane
Au cours des ses recherches, l'équipe a étudié des venins d'abeille, de serpents et de scorpions. Ils contiennent des protéines et des peptides dont certains, une fois isolés, peut s'accrocher à la membrane des cellules cancéreuses.
Il s'agit d'une solide piste pour en bloquer la croissance. Il faut néanmoins arriver à y injecter le venin sans toucher les cellules adjacentes. Une mauvaise application de ces produits peut attaquer le coeur et les nerfs, provoquer des caillots ou, au contraire, des hémorragies.
Ici, les chercheurs ont extrait de la mélittine du venin des abeilles pour bloquer les tumeurs. Mais comme ces insectes ne produisent pas assez de leur poison pour qu'il soit extrait manuellement, c'est une version synthétique qui a été utilisée. Ce peptide a ensuite été injecté avec des nanoparticules qui l'empêchent de se disperser lorsqu'il transite dans les vaisseaux sanguins. Cela permet de libérer cet extrait de venin uniquement en présence des cellules cancéreuses visées.
Des tests en vue
Pour savoir comment la mélittine fonctionnerait à l'intérieur de la nanoparticule, les chercheurs ont conduit des études informatiques. Ils ont ensuite réalisé des tests en injectant la toxine dans les nanoparticules et les résultats se sont avérés concluants. Reste maintenant à passer des réussites in-vitro à des tests grandeur nature concluants.
Le traitement devrait être prochainement testé sur des rats et des cochons avant de voir la faisabilité sur des humains. Cette dernière étape n'est pas prévue avant encore trois à cinq ans, mais beaucoup espèrent que les chercheurs obtiendront les résultats escomptés, ouvrant peut-être la voie à de nouveaux traitements destinés à ralentir la croissance des tumeurs.
Une équipe de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign se sert en effet de différents venins pour bloquer la croissance des tumeurs. Le docteur Dipanjan Pan et ses collègues ont ainsi présenté leurs travaux le 11 août lors du 248e meeting annuel de la société américaine de chimie, la plus grande société scientifique du monde. Concrètement, ces chercheurs ont réussi à traiter des tumeurs en utilisant des venins incorporés dans de minuscules particules.
"Nous avons utilisé en toute sécurité des toxines de venins dans des particules nanométriques pour traiter in-vitro des cancers du sein et des mélanomes", se réjouit Dipanjan Pan. Si la technique est si innovante, c'est que bien qu'il s'agisse de venin, cela ne présenterait pas de risque pour les tissus non cancéreux.
En effet, les scientifiques ont trouvé un moyen d'amener les substances directement aux tumeurs sans que cela n'affecte les autres tissus. "Ces particules, que nous avons camouflées au système immunitaire, amènent les toxines directement dans les cellules cancéreuses et épargnent les tissus sains", poursuit-il.
Du venin dans la membrane
Au cours des ses recherches, l'équipe a étudié des venins d'abeille, de serpents et de scorpions. Ils contiennent des protéines et des peptides dont certains, une fois isolés, peut s'accrocher à la membrane des cellules cancéreuses.
Il s'agit d'une solide piste pour en bloquer la croissance. Il faut néanmoins arriver à y injecter le venin sans toucher les cellules adjacentes. Une mauvaise application de ces produits peut attaquer le coeur et les nerfs, provoquer des caillots ou, au contraire, des hémorragies.
Ici, les chercheurs ont extrait de la mélittine du venin des abeilles pour bloquer les tumeurs. Mais comme ces insectes ne produisent pas assez de leur poison pour qu'il soit extrait manuellement, c'est une version synthétique qui a été utilisée. Ce peptide a ensuite été injecté avec des nanoparticules qui l'empêchent de se disperser lorsqu'il transite dans les vaisseaux sanguins. Cela permet de libérer cet extrait de venin uniquement en présence des cellules cancéreuses visées.
Des tests en vue
Pour savoir comment la mélittine fonctionnerait à l'intérieur de la nanoparticule, les chercheurs ont conduit des études informatiques. Ils ont ensuite réalisé des tests en injectant la toxine dans les nanoparticules et les résultats se sont avérés concluants. Reste maintenant à passer des réussites in-vitro à des tests grandeur nature concluants.
Le traitement devrait être prochainement testé sur des rats et des cochons avant de voir la faisabilité sur des humains. Cette dernière étape n'est pas prévue avant encore trois à cinq ans, mais beaucoup espèrent que les chercheurs obtiendront les résultats escomptés, ouvrant peut-être la voie à de nouveaux traitements destinés à ralentir la croissance des tumeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.