Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du venin pour lutter contre les tumeurs ?
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2014

Parmi les protéines et les peptides qui composent les venins, certaines molécules ont un effet bloquant sur la croissance des tumeurs. Une équipe américaine est même parvenue à acheminer ces produits jusque dans les cellules cancéreuses, sans risquer de contaminer les tissus sains. Tout le monde sait que les abeilles fabriquent de la cire et du miel, mais leur rôle dans un traitement contre le cancer en surprendra plus d'un.
Parmi les protéines et les peptides qui composent les venins, certaines molécules ont un effet bloquant sur la croissance des tumeurs. Une équipe américaine est même parvenue à acheminer ces produits jusque dans les cellules cancéreuses, sans risquer de contaminer les tissus sains. Tout le monde sait que les abeilles fabriquent de la cire et du miel, mais leur rôle dans un traitement contre le cancer en surprendra plus d'un.
Une équipe de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign se sert en effet de différents venins pour bloquer la croissance des tumeurs. Le docteur Dipanjan Pan et ses collègues ont ainsi présenté leurs travaux le 11 août lors du 248e meeting annuel de la société américaine de chimie, la plus grande société scientifique du monde. Concrètement, ces chercheurs ont réussi à traiter des tumeurs en utilisant des venins incorporés dans de minuscules particules.
"Nous avons utilisé en toute sécurité des toxines de venins dans des particules nanométriques pour traiter in-vitro des cancers du sein et des mélanomes", se réjouit Dipanjan Pan. Si la technique est si innovante, c'est que bien qu'il s'agisse de venin, cela ne présenterait pas de risque pour les tissus non cancéreux.
En effet, les scientifiques ont trouvé un moyen d'amener les substances directement aux tumeurs sans que cela n'affecte les autres tissus. "Ces particules, que nous avons camouflées au système immunitaire, amènent les toxines directement dans les cellules cancéreuses et épargnent les tissus sains", poursuit-il.
Du venin dans la membrane
Au cours des ses recherches, l'équipe a étudié des venins d'abeille, de serpents et de scorpions. Ils contiennent des protéines et des peptides dont certains, une fois isolés, peut s'accrocher à la membrane des cellules cancéreuses.
Il s'agit d'une solide piste pour en bloquer la croissance. Il faut néanmoins arriver à y injecter le venin sans toucher les cellules adjacentes. Une mauvaise application de ces produits peut attaquer le coeur et les nerfs, provoquer des caillots ou, au contraire, des hémorragies.
Ici, les chercheurs ont extrait de la mélittine du venin des abeilles pour bloquer les tumeurs. Mais comme ces insectes ne produisent pas assez de leur poison pour qu'il soit extrait manuellement, c'est une version synthétique qui a été utilisée. Ce peptide a ensuite été injecté avec des nanoparticules qui l'empêchent de se disperser lorsqu'il transite dans les vaisseaux sanguins. Cela permet de libérer cet extrait de venin uniquement en présence des cellules cancéreuses visées.
Des tests en vue
Pour savoir comment la mélittine fonctionnerait à l'intérieur de la nanoparticule, les chercheurs ont conduit des études informatiques. Ils ont ensuite réalisé des tests en injectant la toxine dans les nanoparticules et les résultats se sont avérés concluants. Reste maintenant à passer des réussites in-vitro à des tests grandeur nature concluants.
Le traitement devrait être prochainement testé sur des rats et des cochons avant de voir la faisabilité sur des humains. Cette dernière étape n'est pas prévue avant encore trois à cinq ans, mais beaucoup espèrent que les chercheurs obtiendront les résultats escomptés, ouvrant peut-être la voie à de nouveaux traitements destinés à ralentir la croissance des tumeurs.
Une équipe de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign se sert en effet de différents venins pour bloquer la croissance des tumeurs. Le docteur Dipanjan Pan et ses collègues ont ainsi présenté leurs travaux le 11 août lors du 248e meeting annuel de la société américaine de chimie, la plus grande société scientifique du monde. Concrètement, ces chercheurs ont réussi à traiter des tumeurs en utilisant des venins incorporés dans de minuscules particules.
"Nous avons utilisé en toute sécurité des toxines de venins dans des particules nanométriques pour traiter in-vitro des cancers du sein et des mélanomes", se réjouit Dipanjan Pan. Si la technique est si innovante, c'est que bien qu'il s'agisse de venin, cela ne présenterait pas de risque pour les tissus non cancéreux.
En effet, les scientifiques ont trouvé un moyen d'amener les substances directement aux tumeurs sans que cela n'affecte les autres tissus. "Ces particules, que nous avons camouflées au système immunitaire, amènent les toxines directement dans les cellules cancéreuses et épargnent les tissus sains", poursuit-il.
Du venin dans la membrane
Au cours des ses recherches, l'équipe a étudié des venins d'abeille, de serpents et de scorpions. Ils contiennent des protéines et des peptides dont certains, une fois isolés, peut s'accrocher à la membrane des cellules cancéreuses.
Il s'agit d'une solide piste pour en bloquer la croissance. Il faut néanmoins arriver à y injecter le venin sans toucher les cellules adjacentes. Une mauvaise application de ces produits peut attaquer le coeur et les nerfs, provoquer des caillots ou, au contraire, des hémorragies.
Ici, les chercheurs ont extrait de la mélittine du venin des abeilles pour bloquer les tumeurs. Mais comme ces insectes ne produisent pas assez de leur poison pour qu'il soit extrait manuellement, c'est une version synthétique qui a été utilisée. Ce peptide a ensuite été injecté avec des nanoparticules qui l'empêchent de se disperser lorsqu'il transite dans les vaisseaux sanguins. Cela permet de libérer cet extrait de venin uniquement en présence des cellules cancéreuses visées.
Des tests en vue
Pour savoir comment la mélittine fonctionnerait à l'intérieur de la nanoparticule, les chercheurs ont conduit des études informatiques. Ils ont ensuite réalisé des tests en injectant la toxine dans les nanoparticules et les résultats se sont avérés concluants. Reste maintenant à passer des réussites in-vitro à des tests grandeur nature concluants.
Le traitement devrait être prochainement testé sur des rats et des cochons avant de voir la faisabilité sur des humains. Cette dernière étape n'est pas prévue avant encore trois à cinq ans, mais beaucoup espèrent que les chercheurs obtiendront les résultats escomptés, ouvrant peut-être la voie à de nouveaux traitements destinés à ralentir la croissance des tumeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.