La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





‘'Imsouraf'' de Djanet décroche le premier prix
Clôture de la 7e édition Festival de la musique et chanson amazighes à Tamanrasset
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 12 - 2014

Les lampions de la 7e édition du Festival de la musique et chanson amazighes se sont éteints tard dans la soirée de jeudi dernier dans une ambiance riche en couleurs et sonorités et dont l'animation a été l'œuvre de vedettes de la danse takouba et des troupes Amaoudhane Antoufat et Djorf de Tébessa sur l'esplanade du 1er-novembre jouxtant la maison de la culture.
Les lampions de la 7e édition du Festival de la musique et chanson amazighes se sont éteints tard dans la soirée de jeudi dernier dans une ambiance riche en couleurs et sonorités et dont l'animation a été l'œuvre de vedettes de la danse takouba et des troupes Amaoudhane Antoufat et Djorf de Tébessa sur l'esplanade du 1er-novembre jouxtant la maison de la culture.
La cérémonie s'est déroulée dans une ambiance de fête que les habitants de la capitale de Tinhinan et leurs hôtes, n'oublieront pas de sitôt, cette édition marquée par la participation à la fois quantitative et qualitative.
La clôture à laquelle ont pris part les autorités locales, l'attaché culturel à l'ambassade de la République populaire de Chine en Algérie et des hommes de culture, a donné lieu à l'interprétation de morceaux de musique par la virtuose de l'Imzad Chetima de la région de Tin Tarabine, et du genre Tindi par la chanteuse Negzou, de la région de Silet.
Le concours, l'essence même de ce rendez-vous, a mis en complétion plus d'une dizaine de troupes et chanteurs amateurs lauréats des concours régionaux, kabyle, targui, chaoui, mozabite, issus de plusieurs wilayas du pays.
Durant ce moment propice et tant attendu par les participants, le président du jury du festival, Nadjib Chichoune, a indiqué que les critères d'évaluation des œuvres artistiques répondent aux objectifs du Festival, à savoir notamment la revivification du patrimoine lyrique amazighe, tous genres d'expression confondus.
Ainsi, cette manifestation artistique, a été sanctionnée par une cérémonie de remise des prix aux trois premières troupes, dont celle d'Imsouraf de la ville de Djanet (Illizi), en première place, suivie par la troupe de Tritnit de la wilaya de Béjaïa et celle de Nesrine de la wilaya de Bouira, en 3eme position. La troupe de Karroudj de Bejaïa a été gratifiée du prix de la meilleure voix cantatrice, alors que celle de Youba, wilaya de Batna, a décroché le prix du meilleur texte.
Les joueuses de l'Imzad, Khawlen et du genre Tindi, l'artiste Aminata, ont également été distinguées. Ce rendez-vous a vu le brassage d'algériens venus de plusieurs coins qui ont été régalés avec des soirées artistiques dans les genres musicaux traditionnels. Ainsi, l'échange et la création d'un cadre d'émulation entre participants en vu de promouvoir ce legs artistique algérien et, surtout préserver un pan entier de l'identité nationale.
Pour rappel, outre des soirées artistiques prévues au niveau du chef lieu et à travers d'autres daïras de cette région frontalière, des communications et exposés ont été, à cette occasion, animés par des chercheurs en anthropologie et musicologie ayant trait notamment à la situation de la chanson amazighe et à la nécessaire préservation et promotion du patrimoine immatériel, partie intégrante de l'identité nationale. D'autres activités connexes ont également été organisées, telle que la projection du film Fadhma n'Soumeur de Belkacem Hadjadj.
La cérémonie s'est déroulée dans une ambiance de fête que les habitants de la capitale de Tinhinan et leurs hôtes, n'oublieront pas de sitôt, cette édition marquée par la participation à la fois quantitative et qualitative.
La clôture à laquelle ont pris part les autorités locales, l'attaché culturel à l'ambassade de la République populaire de Chine en Algérie et des hommes de culture, a donné lieu à l'interprétation de morceaux de musique par la virtuose de l'Imzad Chetima de la région de Tin Tarabine, et du genre Tindi par la chanteuse Negzou, de la région de Silet.
Le concours, l'essence même de ce rendez-vous, a mis en complétion plus d'une dizaine de troupes et chanteurs amateurs lauréats des concours régionaux, kabyle, targui, chaoui, mozabite, issus de plusieurs wilayas du pays.
Durant ce moment propice et tant attendu par les participants, le président du jury du festival, Nadjib Chichoune, a indiqué que les critères d'évaluation des œuvres artistiques répondent aux objectifs du Festival, à savoir notamment la revivification du patrimoine lyrique amazighe, tous genres d'expression confondus.
Ainsi, cette manifestation artistique, a été sanctionnée par une cérémonie de remise des prix aux trois premières troupes, dont celle d'Imsouraf de la ville de Djanet (Illizi), en première place, suivie par la troupe de Tritnit de la wilaya de Béjaïa et celle de Nesrine de la wilaya de Bouira, en 3eme position. La troupe de Karroudj de Bejaïa a été gratifiée du prix de la meilleure voix cantatrice, alors que celle de Youba, wilaya de Batna, a décroché le prix du meilleur texte.
Les joueuses de l'Imzad, Khawlen et du genre Tindi, l'artiste Aminata, ont également été distinguées. Ce rendez-vous a vu le brassage d'algériens venus de plusieurs coins qui ont été régalés avec des soirées artistiques dans les genres musicaux traditionnels. Ainsi, l'échange et la création d'un cadre d'émulation entre participants en vu de promouvoir ce legs artistique algérien et, surtout préserver un pan entier de l'identité nationale.
Pour rappel, outre des soirées artistiques prévues au niveau du chef lieu et à travers d'autres daïras de cette région frontalière, des communications et exposés ont été, à cette occasion, animés par des chercheurs en anthropologie et musicologie ayant trait notamment à la situation de la chanson amazighe et à la nécessaire préservation et promotion du patrimoine immatériel, partie intégrante de l'identité nationale. D'autres activités connexes ont également été organisées, telle que la projection du film Fadhma n'Soumeur de Belkacem Hadjadj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.