Quelques vérités bonnes à dire    harcha    Un riche programme culturel pour agrémenter les soirées de Ramadhan    Hamdi Benani en concert    Tajine malsouka au poulet    Réunion EPTV-FAF : Les droits TV au menu    Le temps de plus en plus compté    En bref…    L'USMA a son destin en main    Sport et tourisme : Signature d'une convention de partenariat aujourd'hui    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    CROYANCES ET CONVICTIONS    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Le déclic    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    L'alternative de la dernière chance    Les étudiants ont marché    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS isolé
Son initiative entre rejet et scepticisme
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 02 - 2015

L'initiative du FFS est de plus en plus menacée par l'échec. Rejetée par une grande partie de l'opposition, elle ne suscite pas non plus l'adhésion des partis affiliés au pouvoir.
L'initiative du FFS est de plus en plus menacée par l'échec. Rejetée par une grande partie de l'opposition, elle ne suscite pas non plus l'adhésion des partis affiliés au pouvoir.
La Conférence nationale de consensus, prévue les 23 et 24 février prochains, et dont le FFS a fait son cheval de bataille politique depuis de longs mois maintenant, risque fort bien de ne pas se tenir à la date prévue. Après l'espoir, le temps est désormais au désespoir au FFS. La dernière sortie publique du secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, qui a présenté de nouvelles conditions à la participation de son parti à la Conférence nationale de consensus après avoir dit oui dans un premier temps, est considérée, à juste titre d'ailleurs, comme le coup de glas à l'initiative du FFS.
Le RND, l'autre grand parti allié du FLN a, lui, fait montre de son scepticisme. Lors de la rencontre, avant-hier samedi, d'une délégation du RND avec la direction politique du FFS, le parti que dirige Abdelkader Bensalah a réservé sa réponse quant à sa participation ou non à la Conférence nationale de consensus. Mais d'aucuns, se basant sur les nombreuses réserves présentées par le RND relatives à l'ordre du jour de la conférence et les participants, estiment que la réponse sera selon toute vraisemblance négative.
Le RND est apparemment sur les traces du FLN. Ce dernier parti a, pour rappel, donné dans un premier temps son accord pour participer à la conférence. Le FLN a seulement posé comme condition la non remise en question de la légitimité des institutions élues. Pour le FLN, il est ainsi hors de question de discuter de la légitimité du président de la République ou des assemblées élues dont, à l'évidence, l'APN. Mais, malgré cette condition, le FFS, qui a pourtant présenté une feuille blanche refusant ainsi tous les préalables, s'est montré satisfait.
Et pour cause, la participation du FLN à la conférence est considérée comme le premier grand acquis depuis le lancement de l'initiative, ce d'autant que cette dernière a été presque d'emblée rejetée par une grande partie de l'opposition, la CNMTD et le pôle du changement notamment. Mais coup de théâtre, le FLN change de fusil d'épaule et énonce de nouvelles conditions. Amar Saïdani dit clairement que son parti ne veut pas de la participation des associations de la société civile et de personnalités nationales.
Le secrétaire général du vieux parti accepte seulement de discuter avec les partis politiques. Or le FFS a fait de la participation des associations et des personnalités, en plus des partis politiques bien sûr, une condition sine qua non pour la réussite de la conférence qui doit associer toutes les forces vives du pays. Il a d'ailleurs, lors de ses consultations rencontré les organisations de la société civile et les personnalités. Autant dire qu'avec ces nouvelles conditions le FLN est en train de mettre carrément en déroute l'initiative du FFS.
Il est dès lors évident que le RND ne s'écartera pas, lui non plus, de cette position de son allié le FLN. Une position qui risque aussi d'être suivie par d'autres partis de la mouvance présidentielle, à, l'exemple du MPA, de TAJ ou de l'ANR. Il faut dire que l'opposition s'est depuis longtemps démarquée de l'initiative du FFS qu'elle a même considéré comme une « manoeuvre » du pouvoir. Le FFS est décidément dans une inconfortable position car son initiative ne suscite pas l'adhésion. Ce parti, qui évoque d'ores et déjà le report de la conférence et ce, à une autre date, est tenu de revoir sa copie car son échec semble patent.
La Conférence nationale de consensus, prévue les 23 et 24 février prochains, et dont le FFS a fait son cheval de bataille politique depuis de longs mois maintenant, risque fort bien de ne pas se tenir à la date prévue. Après l'espoir, le temps est désormais au désespoir au FFS. La dernière sortie publique du secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, qui a présenté de nouvelles conditions à la participation de son parti à la Conférence nationale de consensus après avoir dit oui dans un premier temps, est considérée, à juste titre d'ailleurs, comme le coup de glas à l'initiative du FFS.
Le RND, l'autre grand parti allié du FLN a, lui, fait montre de son scepticisme. Lors de la rencontre, avant-hier samedi, d'une délégation du RND avec la direction politique du FFS, le parti que dirige Abdelkader Bensalah a réservé sa réponse quant à sa participation ou non à la Conférence nationale de consensus. Mais d'aucuns, se basant sur les nombreuses réserves présentées par le RND relatives à l'ordre du jour de la conférence et les participants, estiment que la réponse sera selon toute vraisemblance négative.
Le RND est apparemment sur les traces du FLN. Ce dernier parti a, pour rappel, donné dans un premier temps son accord pour participer à la conférence. Le FLN a seulement posé comme condition la non remise en question de la légitimité des institutions élues. Pour le FLN, il est ainsi hors de question de discuter de la légitimité du président de la République ou des assemblées élues dont, à l'évidence, l'APN. Mais, malgré cette condition, le FFS, qui a pourtant présenté une feuille blanche refusant ainsi tous les préalables, s'est montré satisfait.
Et pour cause, la participation du FLN à la conférence est considérée comme le premier grand acquis depuis le lancement de l'initiative, ce d'autant que cette dernière a été presque d'emblée rejetée par une grande partie de l'opposition, la CNMTD et le pôle du changement notamment. Mais coup de théâtre, le FLN change de fusil d'épaule et énonce de nouvelles conditions. Amar Saïdani dit clairement que son parti ne veut pas de la participation des associations de la société civile et de personnalités nationales.
Le secrétaire général du vieux parti accepte seulement de discuter avec les partis politiques. Or le FFS a fait de la participation des associations et des personnalités, en plus des partis politiques bien sûr, une condition sine qua non pour la réussite de la conférence qui doit associer toutes les forces vives du pays. Il a d'ailleurs, lors de ses consultations rencontré les organisations de la société civile et les personnalités. Autant dire qu'avec ces nouvelles conditions le FLN est en train de mettre carrément en déroute l'initiative du FFS.
Il est dès lors évident que le RND ne s'écartera pas, lui non plus, de cette position de son allié le FLN. Une position qui risque aussi d'être suivie par d'autres partis de la mouvance présidentielle, à, l'exemple du MPA, de TAJ ou de l'ANR. Il faut dire que l'opposition s'est depuis longtemps démarquée de l'initiative du FFS qu'elle a même considéré comme une « manoeuvre » du pouvoir. Le FFS est décidément dans une inconfortable position car son initiative ne suscite pas l'adhésion. Ce parti, qui évoque d'ores et déjà le report de la conférence et ce, à une autre date, est tenu de revoir sa copie car son échec semble patent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.