LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    OL : Marcelo veut partir. Il ne supporte plus sa situation    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Présidentielle: toutes les conditions réunies pour le bon déroulement du scrutin    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Subsistance de divergences    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    LA COULEE DE LAVE    Les conditions d'inscription fixées    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    A quoi s'attendre pour l'économie nationale en 2020 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS isolé
Son initiative entre rejet et scepticisme
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 02 - 2015

L'initiative du FFS est de plus en plus menacée par l'échec. Rejetée par une grande partie de l'opposition, elle ne suscite pas non plus l'adhésion des partis affiliés au pouvoir.
L'initiative du FFS est de plus en plus menacée par l'échec. Rejetée par une grande partie de l'opposition, elle ne suscite pas non plus l'adhésion des partis affiliés au pouvoir.
La Conférence nationale de consensus, prévue les 23 et 24 février prochains, et dont le FFS a fait son cheval de bataille politique depuis de longs mois maintenant, risque fort bien de ne pas se tenir à la date prévue. Après l'espoir, le temps est désormais au désespoir au FFS. La dernière sortie publique du secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, qui a présenté de nouvelles conditions à la participation de son parti à la Conférence nationale de consensus après avoir dit oui dans un premier temps, est considérée, à juste titre d'ailleurs, comme le coup de glas à l'initiative du FFS.
Le RND, l'autre grand parti allié du FLN a, lui, fait montre de son scepticisme. Lors de la rencontre, avant-hier samedi, d'une délégation du RND avec la direction politique du FFS, le parti que dirige Abdelkader Bensalah a réservé sa réponse quant à sa participation ou non à la Conférence nationale de consensus. Mais d'aucuns, se basant sur les nombreuses réserves présentées par le RND relatives à l'ordre du jour de la conférence et les participants, estiment que la réponse sera selon toute vraisemblance négative.
Le RND est apparemment sur les traces du FLN. Ce dernier parti a, pour rappel, donné dans un premier temps son accord pour participer à la conférence. Le FLN a seulement posé comme condition la non remise en question de la légitimité des institutions élues. Pour le FLN, il est ainsi hors de question de discuter de la légitimité du président de la République ou des assemblées élues dont, à l'évidence, l'APN. Mais, malgré cette condition, le FFS, qui a pourtant présenté une feuille blanche refusant ainsi tous les préalables, s'est montré satisfait.
Et pour cause, la participation du FLN à la conférence est considérée comme le premier grand acquis depuis le lancement de l'initiative, ce d'autant que cette dernière a été presque d'emblée rejetée par une grande partie de l'opposition, la CNMTD et le pôle du changement notamment. Mais coup de théâtre, le FLN change de fusil d'épaule et énonce de nouvelles conditions. Amar Saïdani dit clairement que son parti ne veut pas de la participation des associations de la société civile et de personnalités nationales.
Le secrétaire général du vieux parti accepte seulement de discuter avec les partis politiques. Or le FFS a fait de la participation des associations et des personnalités, en plus des partis politiques bien sûr, une condition sine qua non pour la réussite de la conférence qui doit associer toutes les forces vives du pays. Il a d'ailleurs, lors de ses consultations rencontré les organisations de la société civile et les personnalités. Autant dire qu'avec ces nouvelles conditions le FLN est en train de mettre carrément en déroute l'initiative du FFS.
Il est dès lors évident que le RND ne s'écartera pas, lui non plus, de cette position de son allié le FLN. Une position qui risque aussi d'être suivie par d'autres partis de la mouvance présidentielle, à, l'exemple du MPA, de TAJ ou de l'ANR. Il faut dire que l'opposition s'est depuis longtemps démarquée de l'initiative du FFS qu'elle a même considéré comme une « manoeuvre » du pouvoir. Le FFS est décidément dans une inconfortable position car son initiative ne suscite pas l'adhésion. Ce parti, qui évoque d'ores et déjà le report de la conférence et ce, à une autre date, est tenu de revoir sa copie car son échec semble patent.
La Conférence nationale de consensus, prévue les 23 et 24 février prochains, et dont le FFS a fait son cheval de bataille politique depuis de longs mois maintenant, risque fort bien de ne pas se tenir à la date prévue. Après l'espoir, le temps est désormais au désespoir au FFS. La dernière sortie publique du secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, qui a présenté de nouvelles conditions à la participation de son parti à la Conférence nationale de consensus après avoir dit oui dans un premier temps, est considérée, à juste titre d'ailleurs, comme le coup de glas à l'initiative du FFS.
Le RND, l'autre grand parti allié du FLN a, lui, fait montre de son scepticisme. Lors de la rencontre, avant-hier samedi, d'une délégation du RND avec la direction politique du FFS, le parti que dirige Abdelkader Bensalah a réservé sa réponse quant à sa participation ou non à la Conférence nationale de consensus. Mais d'aucuns, se basant sur les nombreuses réserves présentées par le RND relatives à l'ordre du jour de la conférence et les participants, estiment que la réponse sera selon toute vraisemblance négative.
Le RND est apparemment sur les traces du FLN. Ce dernier parti a, pour rappel, donné dans un premier temps son accord pour participer à la conférence. Le FLN a seulement posé comme condition la non remise en question de la légitimité des institutions élues. Pour le FLN, il est ainsi hors de question de discuter de la légitimité du président de la République ou des assemblées élues dont, à l'évidence, l'APN. Mais, malgré cette condition, le FFS, qui a pourtant présenté une feuille blanche refusant ainsi tous les préalables, s'est montré satisfait.
Et pour cause, la participation du FLN à la conférence est considérée comme le premier grand acquis depuis le lancement de l'initiative, ce d'autant que cette dernière a été presque d'emblée rejetée par une grande partie de l'opposition, la CNMTD et le pôle du changement notamment. Mais coup de théâtre, le FLN change de fusil d'épaule et énonce de nouvelles conditions. Amar Saïdani dit clairement que son parti ne veut pas de la participation des associations de la société civile et de personnalités nationales.
Le secrétaire général du vieux parti accepte seulement de discuter avec les partis politiques. Or le FFS a fait de la participation des associations et des personnalités, en plus des partis politiques bien sûr, une condition sine qua non pour la réussite de la conférence qui doit associer toutes les forces vives du pays. Il a d'ailleurs, lors de ses consultations rencontré les organisations de la société civile et les personnalités. Autant dire qu'avec ces nouvelles conditions le FLN est en train de mettre carrément en déroute l'initiative du FFS.
Il est dès lors évident que le RND ne s'écartera pas, lui non plus, de cette position de son allié le FLN. Une position qui risque aussi d'être suivie par d'autres partis de la mouvance présidentielle, à, l'exemple du MPA, de TAJ ou de l'ANR. Il faut dire que l'opposition s'est depuis longtemps démarquée de l'initiative du FFS qu'elle a même considéré comme une « manoeuvre » du pouvoir. Le FFS est décidément dans une inconfortable position car son initiative ne suscite pas l'adhésion. Ce parti, qui évoque d'ores et déjà le report de la conférence et ce, à une autre date, est tenu de revoir sa copie car son échec semble patent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.