La dette fiscale hors amendes judiciaires dépassait les 3.600 milliards de DA à la fin 2016    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    Coupe d'Algérie de Football : la FAF arrête le calendrier jusqu'aux demi-finales    «L'ANP veillera à la sécurisation totale de ces élections»    Interdiction des appareils énergivores    Une manif violemment empêchée à Alger : «Nous sommes des étudiants, pas des terroristes !»    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    El-Oued : les populations des zones éparses de la bande frontalière votent pour la présidentielle    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    La FAF reporte tous les matches à cause du scrutin présidentiel    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    La grève, la Kabylie et les faits    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Vols en provenance et à destination de la France: Air Algérie annonce de nouvelles perturbations    Montage de véhicules et financement de la campagne de Bouteflika: Le verdict rendu aujourd'hui    Mobilis : attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Constantine: Plus de 2200 comprimés psychotropes saisis, cinq arrestations    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Une marche de soutien improvisée à Alger    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Elections présidentielles – proposition    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le deal des deux fronts
LE FLN DIT OUI AU FFS POUR LA CONFERENCE DU CONSENSUS NATIONAL
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2015


Le siège du FFS
Amar Saâdani a fait savoir que «le président cautionne cette initiative ainsi que toutes les démarches qui visent à unir la classe politique nationale».
Les deux fronts s'unissent. Le parti majoritaire et le plus vieux parti de l'opposition se lient par un pacte. Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a annoncé jeudi dernier la participation du FLN à la conférence du consensus national du FFS, après avoir reçu des garanties relatives à l'évacuation des débats de la conférence nationale du 23 et 24 février, tout ce qui remet en cause la légitimité des institution élues. Il s'agit notamment de l' APN, des assemblées locales ainsi que la légitimité du mandat du président de la République. C'est avec ces garanties que le FLN a pris la décision de prendre part à ce conclave. Pour Saâdani, la conférence «doit se tenir dans le respect de toutes les institutions de l'Etat qui constituent une ligne rouge à ne pas dépasser». Et d'insister «le conseil national du FFS devra tenir compte de cette position ou préalables». Ainsi, «il a été convenu avec le FFS de certains principes fondamentaux à ne pas transgresser en ce qui concerne l'unité nationale et la protection du territoire national», a-t-il ajouté. En outre, concernant la révision constitutionnelle, le patron du FLN a indiqué que «la préparation de ce dossier est en cours au niveau de la Présidence». Et que «son parti était prêt à échanger les vues avec l'ensemble de la classe politique à ce propos». Dans ce contexte, il a remercié le FFS d'avoir accepté ses conditions: «Je vous remercie d'avoir pris en considération ce point à l'occasion de la dernière réunion de votre conseil national», a-t-il indiqué à l'adresse de la délégation du FFS, qui s'est déplacée au siège du FLN dans le cadre de la deuxième phase de ses rencontre bilatérales avec les partis politiques déjà consultés.
Il va sans dire que le fait de rallier le parti majoritaire à cette initiative est déjà en soi un grand «acquis» politique pour le FFS.
Ce n'est pas sans raison d'ailleurs que le premier secrétaire national du parti d'Aït Ahmed, Mohamed Nebbou, s'est réjoui de la participation du FLN à la conférence nationale du consensus. Cette «adhésion est importante», a-t-il précisé. Il a souligné qu' «au regard du contexte national et international actuel, l'Algérie doit relever les défis qui mettent en jeu son avenir dans les domaines politique, économique, social, culturel et environnemental». Il considère la conférence comme «une étape fondamentale dans le processus de reconstruction du consensus national». Il a exprimé sa volonté d'y associer un plus grand nombre d'acteurs politiques et sociaux. «Nous voulons redonner confiance et espoir à notre société», a-t-il dit. En tout état de cause, une question s'impose d'elle-même. En sera-t-il de même avec le deuxième appareil du pouvoir, à savoir le RND? Même si a priori le parti de Bensalah a rejeté cette offre, tout porte à croire qu'il reviendra sur sa position et fera de même que le FLN. L'écho positif du FLN, s'ajoute à lui du TAJ de Amar Ghoul. A ces partis, qui, il faut le dire, représentent une majorité parlementaire, d'autres organisations viendront se joindre à l'initiative du FFS comme le Cnes et probablement l'Ugta. Il faut également compter avec de grands politiques nationaux qui seront au rendez-vous du consensus national. tels l'ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche et le célèbre avocat et militant des droits de l'homme, Mokrane Aït Larbi.
Le FFS compte également sur l'appui de la population pour réussir sa conférence nationale. A titre de rappel, en faisant allusion aux partis de la Cnltd, le FFS par le truchement de l'un de ses membres de l'instance présidentielle, M.Halit, que «le vrai clivage est entre ceux qui veulent le consensus national et ceux qui ne le veulent pas. Ces derniers, en l'occurrence les formations politiques dites de l'opposition sont catalogués comme de vrais adversaires du consensus national, lesquels s'adonnent à des manoeuvres de division et de diversion». A propos de la question de la participation au gouvernement de coalition ou d'union nationale, le FFS n'écarte pas l'éventualité de sa participation au gouvernement dans cette période charnière, pour peu que le pouvoir manifeste, d'une façon claire, une volonté de l'associer à la définition des politiques à venir. Par ailleurs, tous les partis constituant la Cnltd et le Pôle des forces de changement, ont catégoriquement rejeté l'initiative du FFS qualifiée de manoeuvre pour diviser l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.