POUR DISSIPATION ET RECEL D'ARMES ET DE MUNITIONS DE GUERRE : Mandat d'arrêt contre les généraux Saïd Bey et Chentouf    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    El Tarf.. Un réseau de cambrioleurs démantelé    Vol de véhicules.. Arrestation d'un groupe de malfaiteurs    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Baromètre.. En Hausse : Mokrane Aït Larbi    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    Un sit-in de commémoration a été tenu    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS perd son enthousiasme
Consensus national
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 09 - 2015

Apparemment l''initiative du FFS relative au consensus national est toujours de mise. Le plus vieux parti de l'opposition s'accroche encore à cette démarche entreprise depuis une année maintenant.
Apparemment l''initiative du FFS relative au consensus national est toujours de mise. Le plus vieux parti de l'opposition s'accroche encore à cette démarche entreprise depuis une année maintenant.
La résolution du conseil national de ce parti vient en effet de confirmer cet attachement même si il est vrai l'enthousiasme semble relativement nettement moindre. La résolution de la plus haute instance entre deux congrès de ce parti politique, le conseil national en l'occurrence, réuni en session ordinaire le week-end passé, n'a pas omis d'évoquer cette sensible question pour laquelle le parti s'est engagé corps et âme depuis de longs mois.
Cette résolution recommande ainsi « de poursuivre dans la sérénité et la détermination le travail d'élaboration d'un cadre de concertation pour renforcer le dialogue avec les acteurs politiques et sociaux, et élargir aux citoyens le débat sur le consensus national ». Un paragraphe qui atteste bel et bien que malgré les aléas et l'adversité le FFS maintient le cap. Mais cette résolution apporte un nouvel élément, celui relatif à l'élargissement du débat sur la question du consensus national aux citoyens.
Car jusque-là le FFS s'en tenait exclusivement aux partis politiques, aux organisations de la société civile et aux personnalités qui ont un certain poids sur l'échiquier national. Certes, le FFS ne dit pas comment il compte associer les citoyens au débat, mais cela prouve s'il en est encore besoin, l'amertume que ressent encore le parti vis à-vis de la classe politique en général qui n'a pas, il faut le dire , bien accueilli cette initiative de conférence nationale de consensus. Dès son lancement, en effet, une partie de l'opposition l'a vertement critiquée.
La coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD), qui regroupe en son sein de nombreux partis politiques qui comptent sur la scène nationale, à l'exemple du MSP et du RCD, a d'emblée affiché son scepticisme, sa méfiance et son opposition à cette idée. On se rappelle en effet que la CLTD a même accusé le FFS de faire, à travers son initiative, le jeu du pouvoir. Le plus vieux parti d'opposition a été accusé, en somme de servir les desseins du pouvoir.
La CNLTD considère donc que la conférence du consensus national n'est autre qu' « une manoeuvre » du pouvoir. Manoeuvre qui visait surtout à entraver la démarche de la CLTD qui a appelé à une transition démocratique, à l'institution d'une commission indépendante de surveillance des élections et à des élections présidentielles anticipées. Cette fin de nonrecevoir de la CLTD s'est aussi associée au rejet de la conférence nationale de consensus par les partis affiliés au pouvoir.
Le FLN et le RND, les deux principaux partis politiques soutenant le pouvoir ont pourtant dans un premier temps montré de bien meilleures dispositions à l'égard de l'initiative du FFS avant de finir par la rejeter dans la forme et dans le fond. Un rejet qui n'a fait qu'accentuer l'isolement du FFS lequel, de désillusion en désillusion, a de nouveau radicalisé son discours à l'égard du pouvoir sans pour autant abandonner totalement cette initiative. Car pour le FFS, le consensus national demeure la seule voie de salut pour l'Algérie.
La résolution du conseil national de ce parti vient en effet de confirmer cet attachement même si il est vrai l'enthousiasme semble relativement nettement moindre. La résolution de la plus haute instance entre deux congrès de ce parti politique, le conseil national en l'occurrence, réuni en session ordinaire le week-end passé, n'a pas omis d'évoquer cette sensible question pour laquelle le parti s'est engagé corps et âme depuis de longs mois.
Cette résolution recommande ainsi « de poursuivre dans la sérénité et la détermination le travail d'élaboration d'un cadre de concertation pour renforcer le dialogue avec les acteurs politiques et sociaux, et élargir aux citoyens le débat sur le consensus national ». Un paragraphe qui atteste bel et bien que malgré les aléas et l'adversité le FFS maintient le cap. Mais cette résolution apporte un nouvel élément, celui relatif à l'élargissement du débat sur la question du consensus national aux citoyens.
Car jusque-là le FFS s'en tenait exclusivement aux partis politiques, aux organisations de la société civile et aux personnalités qui ont un certain poids sur l'échiquier national. Certes, le FFS ne dit pas comment il compte associer les citoyens au débat, mais cela prouve s'il en est encore besoin, l'amertume que ressent encore le parti vis à-vis de la classe politique en général qui n'a pas, il faut le dire , bien accueilli cette initiative de conférence nationale de consensus. Dès son lancement, en effet, une partie de l'opposition l'a vertement critiquée.
La coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD), qui regroupe en son sein de nombreux partis politiques qui comptent sur la scène nationale, à l'exemple du MSP et du RCD, a d'emblée affiché son scepticisme, sa méfiance et son opposition à cette idée. On se rappelle en effet que la CLTD a même accusé le FFS de faire, à travers son initiative, le jeu du pouvoir. Le plus vieux parti d'opposition a été accusé, en somme de servir les desseins du pouvoir.
La CNLTD considère donc que la conférence du consensus national n'est autre qu' « une manoeuvre » du pouvoir. Manoeuvre qui visait surtout à entraver la démarche de la CLTD qui a appelé à une transition démocratique, à l'institution d'une commission indépendante de surveillance des élections et à des élections présidentielles anticipées. Cette fin de nonrecevoir de la CLTD s'est aussi associée au rejet de la conférence nationale de consensus par les partis affiliés au pouvoir.
Le FLN et le RND, les deux principaux partis politiques soutenant le pouvoir ont pourtant dans un premier temps montré de bien meilleures dispositions à l'égard de l'initiative du FFS avant de finir par la rejeter dans la forme et dans le fond. Un rejet qui n'a fait qu'accentuer l'isolement du FFS lequel, de désillusion en désillusion, a de nouveau radicalisé son discours à l'égard du pouvoir sans pour autant abandonner totalement cette initiative. Car pour le FFS, le consensus national demeure la seule voie de salut pour l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.