Abderrezak Makri active pour une transition politique    Mobilisation pour la libération de Salim Yezza    Rassemblement en soutien au militant Salim Yezza    Double gain pour Sonelgaz    Le Brent au-dessous des 72 dollars mardi à Londres    Les industriels boudent la filière    Pétrole : le FMI prévoit une baisse des prix    Le surprenant optimisme du président amériain    Tunisie : réunion des plus hauts responsables de l'Etat    Franchir la citadelle de Lubumbashi    Premier test pour les Canaris    Medouar soumet ses propositions à Zetchi    EN: Renard a tranché pour son avenir    82 tonnes de pain dans les poubelles d'Alger !    Une foule massacre 300 crocodiles    Le wali se substitue à l'APC et confie les affaires au chef de daïra    Meilleur ambassadeur de l'art plastique algérien en Europe    ...sortir...    Le wali "remet" les clés de la Maison de la culture aux organisateurs    L'Algérien Oussama Cherrad disqualifié    Coup d'envoi aujourd'hui    Mahmoud Abbas est reçu par Poutine    50% de réduction aux "Sables d'or" pour les adhérents Ugta    Trahison de juges    Reddition d'un terroriste à Adrar    Campagne de sensibilisation et d'information sur le rituel du pèlerinage    Le vieux parti monte au front    L'UE souligne "l'immense" expérience de l'Algérie    Poutine a réussi son opération séduction    Création d'une école supérieure des mathématiques pour l'année prochaine    Hommage à Beloufa et Chadia    Le caractère obligatoire sera-t-il imposé?    Un Regard, autrement    Soudani impressionne déjà son entraineur !    40 wilayas sous "les feux" de la rampe    Récolte de plus de 926 000 qx de pomme de terre d'arrière-saison    Le général Remli installé à la tête du 4ème Commandement    Près de 590 cas de piqûres de scorpion depuis le début de l'année    Décès : L'ancien journaliste de l'APS Abdelhadi Merad n'est plus    Carte Chifa : Déficit de plusieurs milliards de centimes pour la CNAS d'Alger    Dialogue stratégique Algérie-UE: Réunion à Alger sur les questions de sécurité    Sahara occidental : Le Polisario met en garde contre les tentatives de violer les décisions de la CJUE    Trous d'air    Des «casques blancs» dont le sort embarrasse l'Occident    Malgré le tollé politique aux Etats-Unis : Le chinois ZTE reprend ses activités    Approbation d'un plan de sauvegarde    «Les Lettres de prison» de Nelson Mandela    Bouteflika écrit à Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le retour à la protesta ?
Université
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2015

Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévue ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévue ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage.
A l'université, le marasme est de nouveau très perceptible. La fronde des enseignants est en train d'aller crescendo depuis quelques semaines. Une colère qui risque fort de déboucher sur un mouvement de protestation. Autant dire qu'une nouvelle grève est loin d'être une simple vue de l'esprit. D'ailleurs on ne va pas tarder à le savoir puisque le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), de loin le syndicat le plus représentatif du corps enseignant, donne d'ores et déjà l'impression d'être sur le pied de guerre.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévu ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage. Ce syndicat a en effet attiré, à maintes reprises, l'attention du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur le marasme dans lequel est plongé l'univesié et sur l'urgente nécessité de trouver les solutions les meilleures à même de répondre favorablement aux préoccupations des enseignants.
Mais apparemment tous les appels de pied lancés par le Cnes, n'ont trouvé aucun écho favorable puisque, à en croire le syndicat, la tutelle, en faisant la sourde oreille, a indéniablement privilégié la politique de la fuite en avant. En vérité l'ultimatum lancé par le Cnes en direction du département ministériel de Tahar Hadjar a pris fin le 15 novembre dernier.
Et jusqu'à cette date le syndicat a espéré, en vain, un signe positif du ministère qui, hélas, n'a pas daigné bouger le petit doigt en ouvrant le dialogue, ce qui n'a fait que multiplier la frustration du syndicat qui est ainsi poussé dans ses derniers retranchements. Le Cnes n'a, par voie de conséquence, que très peu d'options qu'il lui reste à faire valoir pour amener le ministère de l'Enseignement supérieur à prendre en charge sa plateforme de revendications, ce d'autant que la base s'impatiente pour en découdre, une nouvelle fois, et faire valoir ses droits.
L'option de la grève devient pour ainsi dire la seule perspective pour l'état- major du syndicat s'il ne veut pas perdre la face et préserver un tant soit peu le soupçon de crédibilité qui lui reste auprès de la famille universitaire. Mais que revendique le CNES ? Dans un communiqué rendu public il y'a une quinzaine de jours à l'issue de la réunion de son conseil national ce syndicat dresse un bilan fort eu reluisant de la situation dans laquelle se débat l'université algérienne.
IL n'a pas, à l'évidence, manqué de charger le ministère de tutelle à qui il est reproché d'être le "seul responsable de ce marasme". En plus du délabrement avancé dans lequel est plongé l'université et du bricolage dans la gestion, le Cnes accuse la tutelle de "faire délibérément fi de ses promesses et engagements".
Le syndicat dénonce aussi "les recteurs des universités et les doyens des facultés de fouler au pied les lois et la réglementation en optant pour l'improvisation qui a un incommensurable impact négatif sur le fonctionnement de l‘université". Il est de même reproché à l'administration de faire dans le harcèlement des enseignants et l'intimidation des syndicalistes.
Dans ce cadre-là le Cnes a fait cas des poursuites judicaires engagées contre des enseignants dans certaines universités, à l'exemple de celles de Constantine, Laghouat et Saïda. En somme, pour le Cnes, qui remet sur le tapis la question du logement et de la revalorisation salariale, les 40.000 enseignants universitaires se débattent dans une insupportable situation de précarité.
A l'université, le marasme est de nouveau très perceptible. La fronde des enseignants est en train d'aller crescendo depuis quelques semaines. Une colère qui risque fort de déboucher sur un mouvement de protestation. Autant dire qu'une nouvelle grève est loin d'être une simple vue de l'esprit. D'ailleurs on ne va pas tarder à le savoir puisque le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), de loin le syndicat le plus représentatif du corps enseignant, donne d'ores et déjà l'impression d'être sur le pied de guerre.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévu ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage. Ce syndicat a en effet attiré, à maintes reprises, l'attention du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur le marasme dans lequel est plongé l'univesié et sur l'urgente nécessité de trouver les solutions les meilleures à même de répondre favorablement aux préoccupations des enseignants.
Mais apparemment tous les appels de pied lancés par le Cnes, n'ont trouvé aucun écho favorable puisque, à en croire le syndicat, la tutelle, en faisant la sourde oreille, a indéniablement privilégié la politique de la fuite en avant. En vérité l'ultimatum lancé par le Cnes en direction du département ministériel de Tahar Hadjar a pris fin le 15 novembre dernier.
Et jusqu'à cette date le syndicat a espéré, en vain, un signe positif du ministère qui, hélas, n'a pas daigné bouger le petit doigt en ouvrant le dialogue, ce qui n'a fait que multiplier la frustration du syndicat qui est ainsi poussé dans ses derniers retranchements. Le Cnes n'a, par voie de conséquence, que très peu d'options qu'il lui reste à faire valoir pour amener le ministère de l'Enseignement supérieur à prendre en charge sa plateforme de revendications, ce d'autant que la base s'impatiente pour en découdre, une nouvelle fois, et faire valoir ses droits.
L'option de la grève devient pour ainsi dire la seule perspective pour l'état- major du syndicat s'il ne veut pas perdre la face et préserver un tant soit peu le soupçon de crédibilité qui lui reste auprès de la famille universitaire. Mais que revendique le CNES ? Dans un communiqué rendu public il y'a une quinzaine de jours à l'issue de la réunion de son conseil national ce syndicat dresse un bilan fort eu reluisant de la situation dans laquelle se débat l'université algérienne.
IL n'a pas, à l'évidence, manqué de charger le ministère de tutelle à qui il est reproché d'être le "seul responsable de ce marasme". En plus du délabrement avancé dans lequel est plongé l'université et du bricolage dans la gestion, le Cnes accuse la tutelle de "faire délibérément fi de ses promesses et engagements".
Le syndicat dénonce aussi "les recteurs des universités et les doyens des facultés de fouler au pied les lois et la réglementation en optant pour l'improvisation qui a un incommensurable impact négatif sur le fonctionnement de l‘université". Il est de même reproché à l'administration de faire dans le harcèlement des enseignants et l'intimidation des syndicalistes.
Dans ce cadre-là le Cnes a fait cas des poursuites judicaires engagées contre des enseignants dans certaines universités, à l'exemple de celles de Constantine, Laghouat et Saïda. En somme, pour le Cnes, qui remet sur le tapis la question du logement et de la revalorisation salariale, les 40.000 enseignants universitaires se débattent dans une insupportable situation de précarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.