Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le retour à la protesta ?
Université
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2015

Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévue ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévue ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage.
A l'université, le marasme est de nouveau très perceptible. La fronde des enseignants est en train d'aller crescendo depuis quelques semaines. Une colère qui risque fort de déboucher sur un mouvement de protestation. Autant dire qu'une nouvelle grève est loin d'être une simple vue de l'esprit. D'ailleurs on ne va pas tarder à le savoir puisque le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), de loin le syndicat le plus représentatif du corps enseignant, donne d'ores et déjà l'impression d'être sur le pied de guerre.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévu ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage. Ce syndicat a en effet attiré, à maintes reprises, l'attention du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur le marasme dans lequel est plongé l'univesié et sur l'urgente nécessité de trouver les solutions les meilleures à même de répondre favorablement aux préoccupations des enseignants.
Mais apparemment tous les appels de pied lancés par le Cnes, n'ont trouvé aucun écho favorable puisque, à en croire le syndicat, la tutelle, en faisant la sourde oreille, a indéniablement privilégié la politique de la fuite en avant. En vérité l'ultimatum lancé par le Cnes en direction du département ministériel de Tahar Hadjar a pris fin le 15 novembre dernier.
Et jusqu'à cette date le syndicat a espéré, en vain, un signe positif du ministère qui, hélas, n'a pas daigné bouger le petit doigt en ouvrant le dialogue, ce qui n'a fait que multiplier la frustration du syndicat qui est ainsi poussé dans ses derniers retranchements. Le Cnes n'a, par voie de conséquence, que très peu d'options qu'il lui reste à faire valoir pour amener le ministère de l'Enseignement supérieur à prendre en charge sa plateforme de revendications, ce d'autant que la base s'impatiente pour en découdre, une nouvelle fois, et faire valoir ses droits.
L'option de la grève devient pour ainsi dire la seule perspective pour l'état- major du syndicat s'il ne veut pas perdre la face et préserver un tant soit peu le soupçon de crédibilité qui lui reste auprès de la famille universitaire. Mais que revendique le CNES ? Dans un communiqué rendu public il y'a une quinzaine de jours à l'issue de la réunion de son conseil national ce syndicat dresse un bilan fort eu reluisant de la situation dans laquelle se débat l'université algérienne.
IL n'a pas, à l'évidence, manqué de charger le ministère de tutelle à qui il est reproché d'être le "seul responsable de ce marasme". En plus du délabrement avancé dans lequel est plongé l'université et du bricolage dans la gestion, le Cnes accuse la tutelle de "faire délibérément fi de ses promesses et engagements".
Le syndicat dénonce aussi "les recteurs des universités et les doyens des facultés de fouler au pied les lois et la réglementation en optant pour l'improvisation qui a un incommensurable impact négatif sur le fonctionnement de l‘université". Il est de même reproché à l'administration de faire dans le harcèlement des enseignants et l'intimidation des syndicalistes.
Dans ce cadre-là le Cnes a fait cas des poursuites judicaires engagées contre des enseignants dans certaines universités, à l'exemple de celles de Constantine, Laghouat et Saïda. En somme, pour le Cnes, qui remet sur le tapis la question du logement et de la revalorisation salariale, les 40.000 enseignants universitaires se débattent dans une insupportable situation de précarité.
A l'université, le marasme est de nouveau très perceptible. La fronde des enseignants est en train d'aller crescendo depuis quelques semaines. Une colère qui risque fort de déboucher sur un mouvement de protestation. Autant dire qu'une nouvelle grève est loin d'être une simple vue de l'esprit. D'ailleurs on ne va pas tarder à le savoir puisque le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), de loin le syndicat le plus représentatif du corps enseignant, donne d'ores et déjà l'impression d'être sur le pied de guerre.
Une importante réunion du conseil national du Cnes est ainsi prévu ce samedi. Tout indique que le Cnes n'a d'autre choix que de décréter un nouveau mouvement de débrayage. Ce syndicat a en effet attiré, à maintes reprises, l'attention du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur le marasme dans lequel est plongé l'univesié et sur l'urgente nécessité de trouver les solutions les meilleures à même de répondre favorablement aux préoccupations des enseignants.
Mais apparemment tous les appels de pied lancés par le Cnes, n'ont trouvé aucun écho favorable puisque, à en croire le syndicat, la tutelle, en faisant la sourde oreille, a indéniablement privilégié la politique de la fuite en avant. En vérité l'ultimatum lancé par le Cnes en direction du département ministériel de Tahar Hadjar a pris fin le 15 novembre dernier.
Et jusqu'à cette date le syndicat a espéré, en vain, un signe positif du ministère qui, hélas, n'a pas daigné bouger le petit doigt en ouvrant le dialogue, ce qui n'a fait que multiplier la frustration du syndicat qui est ainsi poussé dans ses derniers retranchements. Le Cnes n'a, par voie de conséquence, que très peu d'options qu'il lui reste à faire valoir pour amener le ministère de l'Enseignement supérieur à prendre en charge sa plateforme de revendications, ce d'autant que la base s'impatiente pour en découdre, une nouvelle fois, et faire valoir ses droits.
L'option de la grève devient pour ainsi dire la seule perspective pour l'état- major du syndicat s'il ne veut pas perdre la face et préserver un tant soit peu le soupçon de crédibilité qui lui reste auprès de la famille universitaire. Mais que revendique le CNES ? Dans un communiqué rendu public il y'a une quinzaine de jours à l'issue de la réunion de son conseil national ce syndicat dresse un bilan fort eu reluisant de la situation dans laquelle se débat l'université algérienne.
IL n'a pas, à l'évidence, manqué de charger le ministère de tutelle à qui il est reproché d'être le "seul responsable de ce marasme". En plus du délabrement avancé dans lequel est plongé l'université et du bricolage dans la gestion, le Cnes accuse la tutelle de "faire délibérément fi de ses promesses et engagements".
Le syndicat dénonce aussi "les recteurs des universités et les doyens des facultés de fouler au pied les lois et la réglementation en optant pour l'improvisation qui a un incommensurable impact négatif sur le fonctionnement de l‘université". Il est de même reproché à l'administration de faire dans le harcèlement des enseignants et l'intimidation des syndicalistes.
Dans ce cadre-là le Cnes a fait cas des poursuites judicaires engagées contre des enseignants dans certaines universités, à l'exemple de celles de Constantine, Laghouat et Saïda. En somme, pour le Cnes, qui remet sur le tapis la question du logement et de la revalorisation salariale, les 40.000 enseignants universitaires se débattent dans une insupportable situation de précarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.