Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assegas amegaz à Thamazgha !
Pour que Yennayer devienne fête reconnue et fériée...
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 01 - 2016

Nous sommes en 2966 de l'an amazigh. Assegas amegaz est la formule avec laquelle tous les Berbères se souhaitent une heureuse année. Une date qui répond à tous ceux qui souhaitent effacer un patrimoine millénaire. Une date qui affiche, à elle seule, l'"énormité" de notre civilisation berbère.
Nous sommes en 2966 de l'an amazigh. Assegas amegaz est la formule avec laquelle tous les Berbères se souhaitent une heureuse année. Une date qui répond à tous ceux qui souhaitent effacer un patrimoine millénaire. Une date qui affiche, à elle seule, l'"énormité" de notre civilisation berbère.
Les anciens du village évoquent à ce jour l'adage kabyle : "Ad ffghen iberkanen, ad kecmen imellalen." Par cette fameuse phrase est annoncée le premier jour de l'an "ixef useggwas" ou yennayer dans certains villages de Kabylie.
Ce moment marque la séparation entre deux cycles solaires, passage des journées courtes "noires" (Ad ffghen iberkanen) aux journées longues, "blanches" (ad kecmen imellalen) est fêté dans la quasi-totalité des régions du Nord de l'Afrique. Malgré que cette journée soit célébrée dans tout le Nord-africain et particulièrement en Algérie avec des traditions millénaires qui ont survécu à plusieurs sortes de colonialismes, la journée n'est toujours pas reconnue par les
Pouvoirs en place, alors que la Libye a devancé les pays maghrébins avec la reconnaissance officielle de Yennayer, devenu journée chômée et payée. Avec la célébration de l'année 2966, les activistes réclament que le 12 janvier de chaque année soit érigé en fête nationale et jour férié. D'autant plus que le nouvel an hégirien et celui grégorien sont chômés et payés. Profondément enraciné dans la mémoire collective, Yennayer fait partie intégrante du patrimoine immatériel algérien.
Et si la composante amazighe de l'identité algérienne est plus ou moins reconnue par l'Etat algérien, le Nouvel An berbère est toujours ignoré par le législateur. Aujourd'hui, de nombreux Algériens réclament à ce que Yennayer, célébré depuis des siècles à travers tout le pays, soit déclaré jour férié. Pour aboutir à cet acquis, la mobilisation a d'ores et déjà commencé sur Facebook où des activistes ont lancé un appel en faveur de la reconnaissance du 12 janvier de chaque année, Yennayer, comme une fête nationale.
"Imensi n yennayer"
"Yennayer est une fête consensuelle qui réunit, en général, toute la famille autour d'un repas. Yennayer est le nouvel an autochtone par excellence, lié a un patrimoine milliaire et son officialisation consolidera notre algérianité", estiment les initiateurs de cet appel qui demandent aux Algériens d'exprimer "cette revendication avec force, notamment, en s'absentant du travail le 12 janvier prochain".
"Nos actions ne peuvent apporter leurs fruits que si un lien fort la relie au projet démocratique qui garantit la séparation du politique du religieux", arguent-ils en dernier lieu. Dans pratiquement tous les foyers maghrébins, le premier jour de l'an berbère yennayer est fêté joyeusement autour d'un bon plat préparé à l'occasion. Les enfants y trouvent ainsi une joie immense à déguster les sucreries tolérées en ce jour mais également à savourer les histoires racontées par leurs grands-parents.
Les mamans profitent aussi de cette occasion pour couper une mèche de cheveux à leurs enfants et leur mettre du henné tout en souhaitant à leur progéniture une vie paisible pleine de succès. Reste que la question posée par les enfants est celle de connaître l'origine de ces traditions. De surcroît une rafale de questions s'abat sur les adultes comme : que veut dire yennayer ? D'où est venue son origine ?
Est-il propre aux pays du Maghreb ? Ce qu'il faudrait d'abord retenir et inculquer aux enfants, c'est que yennayer est le premier jour de l'an du calendrier agraire qui est utilisé depuis l'Antiquité par nos ancêtres. Ce calendrier est utilisé à travers tout le Nord africain, ce qui démontre l'immensité de Tamazgha. Selon plusieurs sites dédiés à cette fête, nous apprenons que Yennayer correspond en réalité au premier jour de janvier du calendrier julien, qui aujourd'hui est décalé de 13 jours par rapport au calendrier grégorien, soit le 14 janvier de chaque année.
Mais en Algérie, les avis font que la date de Yennayer est le 12 janvier suite probablement à une erreur des premières associations culturelles qui ont prôné le retour à cette fête traditionnelle, menacée de disparition. D'où vient son origine ? Est-elle religieuse à l'instar des autres calendriers ou non ?
L'ère berbère
Vers 1968, l'Académie berbère a proposé de créer une "ère berbère" tout comme il y a une ère chrétienne et une islamique, et a fixé comme an zéro du calendrier berbère les premières manifestations connues de la civilisation berbère, au temps de l'Egypte ancienne, lorsque le roi numide Chechonq Ier (Cacnaq), fondateur de la 22e dynastie égyptienne, devint pharaon en Egypte. Avant d'envahir la Palestine, il réunifia l'Egypte en l'an 950 avant J.-C. À Jérusalem, il s'empara de l'or et des trésors du temple de Salomon (un grand évènement cité dans
La Bible). Le nom de yennayer provient du nom latin du mois, "ianuarius ou januarius", lui-même nommé en l'honneur de Janus (mythologie), dieu romain des portes et des ouvertures. Le premier Yennayer suivant la naissance d'un garçon était d'une grande importance. Le père ou la mère maintenant effectuent la première coupe de cheveux au nouveau-né et marquent l'événement par l'achat d'une tête de boeuf. Ce rite augure que l'enfant sera le futur responsable du village.
Il est répété lors de la première sortie du garçon au marché. Il est transposé, dans les mêmes conditions, à la fête musulmane chiite de l'Achoura, dans certaines localités berbérophones. "Amenzu n'yennayer" détermine la fin des labours et marque le milieu du cycle humide. Les aliments utilisés durant ce mois sont les mêmes que ceux de la période des labours. La nourriture prise est une bouillie, cuite à la vapeur ou levée. Les aliments augmentant de volume à la cuisson sont de bon augure.
La récolte présagée sera d'une grande quantité. Les différentes sortes de couscous, de crêpes, de bouillies, etc., et les légumes secs les agrémentant apparaissent. Les desserts servis seront les fruits secs (figues sèches, abricots secs, noix, etc.), de la récolte passée, amassés dans de grandes et grosses cruches en terre pourvues d'un nombril servant à retirer le contenu (ikufan).
Le mois de Yennayer est marqué par le retour sur terre des morts porteurs de la force de fécondité. Durant la fête, les femmes ne doivent pas porter de ceinture, symbole de fécondité. Celles transgressant la règle subiraient le sortilège de la stérilité. "Imensi n'yennayer" nécessite des préparatifs préalables. Dans les Aurès et en Kabylie, la veille, la maison est méticuleusement nettoyée et embaumée à l'aide de diverses herbes et branches d'arbres (pin, etc.).
Elle ne le sera plus, durant les trois jours suivants sinon le balai de bruyère, confectionné pour la circonstance par les femmes lors de leur sortie à la rencontre du printemps (amagar n'tefsut), blesserait les âmes errantes. On procède au changement des pierres du "kanun" (inyen n'lkanun). Tous les gestes accomplis pendant la fête se font avec générosité et abondance. Les participants à la célebration, espèrent recevoir, par leurs actions, la bénédiction des forces invisibles circonscrivant leur univers de croyance. Les masques symbolisent le retour des invisibles sur terre.
Au cours du mois de yennayer, les enfants se déguisent (chacun confectionne son propre masque) et parcourent les ruelles du village. Passant de maison en maison, ils quémandaient des beignets "sfendj" ou des feuilletés de semoule cuits "lemsemmen" que les gens s'obligent à donner. Par ce geste d'offrande, les familles tissent, avec les forces invisibles, un contrat d'alliance qui place la nouvelle année sous d'heureux auspices.
Ce rite, comme celui de la première coupe de cheveux du nouveauné, est transposé à l'Achoura et repris lors de la période des labours. Le paysan distribuait d'humbles offrandes aux passants croisés sur son chemin et dépose de petites quantités de nourritures dans des lieux saints, en se rendant dans ses champs. "Amenzu'n yennayer" marque toutes les régions berbérophones par des jeux liés aux morts de retour sur terre carnaval de Tlemcen, jeux de taâisit (os) des femmes de Ghadamès,...
La célébration de Yennayer s'articule autour de plusieurs symboliques. C'est un moment de convivialité familiale, une occasion de se souhaiter des voeux de prospérité, et elle marque le changement de saison (cette saison correspond à l'approche de la rupture des provisions gardées pour l'hiver). Assagwas Amegas.
Les anciens du village évoquent à ce jour l'adage kabyle : "Ad ffghen iberkanen, ad kecmen imellalen." Par cette fameuse phrase est annoncée le premier jour de l'an "ixef useggwas" ou yennayer dans certains villages de Kabylie.
Ce moment marque la séparation entre deux cycles solaires, passage des journées courtes "noires" (Ad ffghen iberkanen) aux journées longues, "blanches" (ad kecmen imellalen) est fêté dans la quasi-totalité des régions du Nord de l'Afrique. Malgré que cette journée soit célébrée dans tout le Nord-africain et particulièrement en Algérie avec des traditions millénaires qui ont survécu à plusieurs sortes de colonialismes, la journée n'est toujours pas reconnue par les
Pouvoirs en place, alors que la Libye a devancé les pays maghrébins avec la reconnaissance officielle de Yennayer, devenu journée chômée et payée. Avec la célébration de l'année 2966, les activistes réclament que le 12 janvier de chaque année soit érigé en fête nationale et jour férié. D'autant plus que le nouvel an hégirien et celui grégorien sont chômés et payés. Profondément enraciné dans la mémoire collective, Yennayer fait partie intégrante du patrimoine immatériel algérien.
Et si la composante amazighe de l'identité algérienne est plus ou moins reconnue par l'Etat algérien, le Nouvel An berbère est toujours ignoré par le législateur. Aujourd'hui, de nombreux Algériens réclament à ce que Yennayer, célébré depuis des siècles à travers tout le pays, soit déclaré jour férié. Pour aboutir à cet acquis, la mobilisation a d'ores et déjà commencé sur Facebook où des activistes ont lancé un appel en faveur de la reconnaissance du 12 janvier de chaque année, Yennayer, comme une fête nationale.
"Imensi n yennayer"
"Yennayer est une fête consensuelle qui réunit, en général, toute la famille autour d'un repas. Yennayer est le nouvel an autochtone par excellence, lié a un patrimoine milliaire et son officialisation consolidera notre algérianité", estiment les initiateurs de cet appel qui demandent aux Algériens d'exprimer "cette revendication avec force, notamment, en s'absentant du travail le 12 janvier prochain".
"Nos actions ne peuvent apporter leurs fruits que si un lien fort la relie au projet démocratique qui garantit la séparation du politique du religieux", arguent-ils en dernier lieu. Dans pratiquement tous les foyers maghrébins, le premier jour de l'an berbère yennayer est fêté joyeusement autour d'un bon plat préparé à l'occasion. Les enfants y trouvent ainsi une joie immense à déguster les sucreries tolérées en ce jour mais également à savourer les histoires racontées par leurs grands-parents.
Les mamans profitent aussi de cette occasion pour couper une mèche de cheveux à leurs enfants et leur mettre du henné tout en souhaitant à leur progéniture une vie paisible pleine de succès. Reste que la question posée par les enfants est celle de connaître l'origine de ces traditions. De surcroît une rafale de questions s'abat sur les adultes comme : que veut dire yennayer ? D'où est venue son origine ?
Est-il propre aux pays du Maghreb ? Ce qu'il faudrait d'abord retenir et inculquer aux enfants, c'est que yennayer est le premier jour de l'an du calendrier agraire qui est utilisé depuis l'Antiquité par nos ancêtres. Ce calendrier est utilisé à travers tout le Nord africain, ce qui démontre l'immensité de Tamazgha. Selon plusieurs sites dédiés à cette fête, nous apprenons que Yennayer correspond en réalité au premier jour de janvier du calendrier julien, qui aujourd'hui est décalé de 13 jours par rapport au calendrier grégorien, soit le 14 janvier de chaque année.
Mais en Algérie, les avis font que la date de Yennayer est le 12 janvier suite probablement à une erreur des premières associations culturelles qui ont prôné le retour à cette fête traditionnelle, menacée de disparition. D'où vient son origine ? Est-elle religieuse à l'instar des autres calendriers ou non ?
L'ère berbère
Vers 1968, l'Académie berbère a proposé de créer une "ère berbère" tout comme il y a une ère chrétienne et une islamique, et a fixé comme an zéro du calendrier berbère les premières manifestations connues de la civilisation berbère, au temps de l'Egypte ancienne, lorsque le roi numide Chechonq Ier (Cacnaq), fondateur de la 22e dynastie égyptienne, devint pharaon en Egypte. Avant d'envahir la Palestine, il réunifia l'Egypte en l'an 950 avant J.-C. À Jérusalem, il s'empara de l'or et des trésors du temple de Salomon (un grand évènement cité dans
La Bible). Le nom de yennayer provient du nom latin du mois, "ianuarius ou januarius", lui-même nommé en l'honneur de Janus (mythologie), dieu romain des portes et des ouvertures. Le premier Yennayer suivant la naissance d'un garçon était d'une grande importance. Le père ou la mère maintenant effectuent la première coupe de cheveux au nouveau-né et marquent l'événement par l'achat d'une tête de boeuf. Ce rite augure que l'enfant sera le futur responsable du village.
Il est répété lors de la première sortie du garçon au marché. Il est transposé, dans les mêmes conditions, à la fête musulmane chiite de l'Achoura, dans certaines localités berbérophones. "Amenzu n'yennayer" détermine la fin des labours et marque le milieu du cycle humide. Les aliments utilisés durant ce mois sont les mêmes que ceux de la période des labours. La nourriture prise est une bouillie, cuite à la vapeur ou levée. Les aliments augmentant de volume à la cuisson sont de bon augure.
La récolte présagée sera d'une grande quantité. Les différentes sortes de couscous, de crêpes, de bouillies, etc., et les légumes secs les agrémentant apparaissent. Les desserts servis seront les fruits secs (figues sèches, abricots secs, noix, etc.), de la récolte passée, amassés dans de grandes et grosses cruches en terre pourvues d'un nombril servant à retirer le contenu (ikufan).
Le mois de Yennayer est marqué par le retour sur terre des morts porteurs de la force de fécondité. Durant la fête, les femmes ne doivent pas porter de ceinture, symbole de fécondité. Celles transgressant la règle subiraient le sortilège de la stérilité. "Imensi n'yennayer" nécessite des préparatifs préalables. Dans les Aurès et en Kabylie, la veille, la maison est méticuleusement nettoyée et embaumée à l'aide de diverses herbes et branches d'arbres (pin, etc.).
Elle ne le sera plus, durant les trois jours suivants sinon le balai de bruyère, confectionné pour la circonstance par les femmes lors de leur sortie à la rencontre du printemps (amagar n'tefsut), blesserait les âmes errantes. On procède au changement des pierres du "kanun" (inyen n'lkanun). Tous les gestes accomplis pendant la fête se font avec générosité et abondance. Les participants à la célebration, espèrent recevoir, par leurs actions, la bénédiction des forces invisibles circonscrivant leur univers de croyance. Les masques symbolisent le retour des invisibles sur terre.
Au cours du mois de yennayer, les enfants se déguisent (chacun confectionne son propre masque) et parcourent les ruelles du village. Passant de maison en maison, ils quémandaient des beignets "sfendj" ou des feuilletés de semoule cuits "lemsemmen" que les gens s'obligent à donner. Par ce geste d'offrande, les familles tissent, avec les forces invisibles, un contrat d'alliance qui place la nouvelle année sous d'heureux auspices.
Ce rite, comme celui de la première coupe de cheveux du nouveauné, est transposé à l'Achoura et repris lors de la période des labours. Le paysan distribuait d'humbles offrandes aux passants croisés sur son chemin et dépose de petites quantités de nourritures dans des lieux saints, en se rendant dans ses champs. "Amenzu'n yennayer" marque toutes les régions berbérophones par des jeux liés aux morts de retour sur terre carnaval de Tlemcen, jeux de taâisit (os) des femmes de Ghadamès,...
La célébration de Yennayer s'articule autour de plusieurs symboliques. C'est un moment de convivialité familiale, une occasion de se souhaiter des voeux de prospérité, et elle marque le changement de saison (cette saison correspond à l'approche de la rupture des provisions gardées pour l'hiver). Assagwas Amegas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.