Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que propose Macron
Relations Algéro-Françaises
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 04 - 2017

Emmanuel Macron est qualifié pour le deuxième tour de l'élection présidentielle française. Contre Marine le Pen, candidate du Front national.
Emmanuel Macron est qualifié pour le deuxième tour de l'élection présidentielle française. Contre Marine le Pen, candidate du Front national.
Le leader de la France en Marche part largement favori puisque les appels, de la droite à la gauche, à voter en sa faveur pour faire barrage à la candidate de l'extrême droite se sont multipliés dès l'annonce des résultats du 1er tour. Autant dire qu'Emmanuel Macron est presque quasi certain d'être le futur président de la République française. Une issue plutôt bien accueillie par Alger où Emmanuel Macron jouit de préjugés favorables.
De par ses positions sur les relations entre les deux pays le futur locataire de l'Elysée est, en effet, très apprécié par les dirigeants algériens. C'est dire que les relations entre l'Algérie et la France sont certainement à l'orée d'une nouvelle ère. Lors de sa dernière visite à Alger, au mois de février dernier, Macron a administré la preuve qu'il veut aller de l'avant dans les rapports autant passionnés que passionnants entre les deux pays.
C'est à partir d'Alger d'ailleurs qu'il a marqué les esprits en fustigeant le colonialisme qu'il n'a pas hésité à assimiler à un crime contre l'humanité. "Je pense qu'il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certains ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m'entendrez tenir ce genre de propos. J'ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie(....) La colonisation fait partie de l'histoire française.
C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l'égard de celles et ceux envers qui nous avons commis ces gestes." dira sur un ton péremptoire Macron.
Des propos qui ont provoqué, on s'en doute, un tollé général en France où les nostalgiques de l'Algérie française sont montés au créneau pour le descendre en flammes. Jamais un politique francais n'a été aussi clair et tranchant à propos de cette question de l'histoire qui a tant empoisonné les relations entre les deux pays.
En franchissant ainsi le rubicon, en attendant bien sûr qu'il aille jusqu'au bout de sa logique en présentant les excuses de l'Etat français au peuple algérien pour les crimes commis durant la colonisation, Macron a, incontestablement, marqué des points auprès des dirigeants algériens. Celui qui sera certainement le plus jeune président de la 5e République française semble avoir une vision très claire et dépoussiérée du poids de l'histoire des relations entre Alger et Paris.
Une vision franchement tournée vers l'avenir. "Ma volonté est de porter une vision ouverte, dynamique et d'avenir (pour) donner plus de densité au partenariat entre l'Algérie et la France", a indiqué Macron dans une déclaration à la presse au terme de l'audience que lui a accordée le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.
C'était lors de sa visite à Alger en février dernier où il a pu rencontrer plusieurs hauts responsables algériens, dont le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. "Mon souhait est de porter une vision dynamique, volontaire à la hauteur de nos histoires communes, tout en regardant l'avenir autour d'un axe de développement stratégique" dira-t-il encore en précisant que les deux pays ont des "des perspectives communes". Il a aussi dit souhaiter "qu'avec l'Algérie nous développions une vision commune de notre stratégie au Maghreb".
La volonté de Macron "c'est qu'il y ait dans cette région, importante pour la Méditerranée et l'Afrique, davantage de solidarité, de rapprochement et de structuration pour pouvoir coopérer avec le reste de l'Afrique" car, pour lui, "l'Algérie demeure un grand pays et une grande diplomatie".
Le leader de la France en Marche part largement favori puisque les appels, de la droite à la gauche, à voter en sa faveur pour faire barrage à la candidate de l'extrême droite se sont multipliés dès l'annonce des résultats du 1er tour. Autant dire qu'Emmanuel Macron est presque quasi certain d'être le futur président de la République française. Une issue plutôt bien accueillie par Alger où Emmanuel Macron jouit de préjugés favorables.
De par ses positions sur les relations entre les deux pays le futur locataire de l'Elysée est, en effet, très apprécié par les dirigeants algériens. C'est dire que les relations entre l'Algérie et la France sont certainement à l'orée d'une nouvelle ère. Lors de sa dernière visite à Alger, au mois de février dernier, Macron a administré la preuve qu'il veut aller de l'avant dans les rapports autant passionnés que passionnants entre les deux pays.
C'est à partir d'Alger d'ailleurs qu'il a marqué les esprits en fustigeant le colonialisme qu'il n'a pas hésité à assimiler à un crime contre l'humanité. "Je pense qu'il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certains ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m'entendrez tenir ce genre de propos. J'ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie(....) La colonisation fait partie de l'histoire française.
C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l'égard de celles et ceux envers qui nous avons commis ces gestes." dira sur un ton péremptoire Macron.
Des propos qui ont provoqué, on s'en doute, un tollé général en France où les nostalgiques de l'Algérie française sont montés au créneau pour le descendre en flammes. Jamais un politique francais n'a été aussi clair et tranchant à propos de cette question de l'histoire qui a tant empoisonné les relations entre les deux pays.
En franchissant ainsi le rubicon, en attendant bien sûr qu'il aille jusqu'au bout de sa logique en présentant les excuses de l'Etat français au peuple algérien pour les crimes commis durant la colonisation, Macron a, incontestablement, marqué des points auprès des dirigeants algériens. Celui qui sera certainement le plus jeune président de la 5e République française semble avoir une vision très claire et dépoussiérée du poids de l'histoire des relations entre Alger et Paris.
Une vision franchement tournée vers l'avenir. "Ma volonté est de porter une vision ouverte, dynamique et d'avenir (pour) donner plus de densité au partenariat entre l'Algérie et la France", a indiqué Macron dans une déclaration à la presse au terme de l'audience que lui a accordée le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.
C'était lors de sa visite à Alger en février dernier où il a pu rencontrer plusieurs hauts responsables algériens, dont le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. "Mon souhait est de porter une vision dynamique, volontaire à la hauteur de nos histoires communes, tout en regardant l'avenir autour d'un axe de développement stratégique" dira-t-il encore en précisant que les deux pays ont des "des perspectives communes". Il a aussi dit souhaiter "qu'avec l'Algérie nous développions une vision commune de notre stratégie au Maghreb".
La volonté de Macron "c'est qu'il y ait dans cette région, importante pour la Méditerranée et l'Afrique, davantage de solidarité, de rapprochement et de structuration pour pouvoir coopérer avec le reste de l'Afrique" car, pour lui, "l'Algérie demeure un grand pays et une grande diplomatie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.