«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition forme une coalition pour les législatives
Sénégal
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 05 - 2017

Dix partis d'opposition sénégalais se sont unis jeudi soir pour les législatives à venir en juillet. Une liste unique de dix partis d'opposition s'est formée jeudi 4 mai au soir à Dakar, dans le but d'imposer une cohabition au président sénégalais Macky Sall après les législatives du 30 juillet.
Dix partis d'opposition sénégalais se sont unis jeudi soir pour les législatives à venir en juillet. Une liste unique de dix partis d'opposition s'est formée jeudi 4 mai au soir à Dakar, dans le but d'imposer une cohabition au président sénégalais Macky Sall après les législatives du 30 juillet.
Composée notamment du PDS de l'ancien président Abdoulaye Wade, du parti Rewmi de l'ancien Premier ministre Idrissa Seck ou encore de la branche dissidente du PS dont le leader Khalifa Sall est actuellement en détention préventive, la coalition entend rétablir l'Etat de droit, une justice équitable, la bonne gouvernance. Ses membres dénoncent ce qu'ils qualifient de "gestion clanique du pouvoir", rapporte Sarah Sakho, correspondante de France 24 à Dakar. Seydou Gueye, le porte-parole du gouvernement, a rapidement répondu à ces accusations :
"Ils nous parlent du Sénégal qu'ils nous ont laissé, le Sénégal de la corruption (...) Mais je pense que le président Abdoulaye Wade a été définitivement sorti par les Sénégalais du jeu politique sénégalais. Il est un homme du passé et du passif."
Composée notamment du PDS de l'ancien président Abdoulaye Wade, du parti Rewmi de l'ancien Premier ministre Idrissa Seck ou encore de la branche dissidente du PS dont le leader Khalifa Sall est actuellement en détention préventive, la coalition entend rétablir l'Etat de droit, une justice équitable, la bonne gouvernance. Ses membres dénoncent ce qu'ils qualifient de "gestion clanique du pouvoir", rapporte Sarah Sakho, correspondante de France 24 à Dakar. Seydou Gueye, le porte-parole du gouvernement, a rapidement répondu à ces accusations :
"Ils nous parlent du Sénégal qu'ils nous ont laissé, le Sénégal de la corruption (...) Mais je pense que le président Abdoulaye Wade a été définitivement sorti par les Sénégalais du jeu politique sénégalais. Il est un homme du passé et du passif."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.