NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ARPT tranchera bientôt
Affaire 4G LTE d'Algérie télécom
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 06 - 2017

L'accélération de la cadence de la numérisation de l'économie est le sujet à propos duquel a eu à s'exprimer, ce mercredi, la ministre des Technologies de l'information, de la communication et de l'économie numérique.
L'accélération de la cadence de la numérisation de l'économie est le sujet à propos duquel a eu à s'exprimer, ce mercredi, la ministre des Technologies de l'information, de la communication et de l'économie numérique.
Accueillie à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Imane Houda Faraoun rappelle que la numérisation globale des systèmes financiers, de l'administration, des services publics et des entreprises, figurent parmi les objectifs que s'est fixé son département. A ce titre, elle signale que les " E-commerce, E-paiement, Mobile-paiement et les partages de données sont parmi les activités qui attendent d'être encadrées par une loi sur le commerce électronique et d'autres textes réglementaires" .
Prenant l'exemple du commerce en ligne, la ministre relève cependant la réticence des détaillants à s'impliquer dans le E-paiement, en raison, dit-elle "de leur manque de confiance vis-à-vis du système financier, mais également de leurs habitudes à préférer le paiement cash pour faire solder leurs prestations" .
Se refusant à toute sorte de contrainte par rapport à ces derniers et afin de les amener à adopter le mode de règlement électronique, elle annonce le déploiement d'un vaste réseau de paiement électronique pour la réalisation duquel Algérie Poste s'apprête à acquérir 50.000 terminaux.
Mme Faraoun estime que cette première expérience poussera, petit à petit, les Algériens à s'acquitter de leurs achats par le biais d'une carte bancaire et, par un "effet boule de neige", à amener progressivement les commerçants à adopter, à leur tour, ce moyen de paiement.
Par ailleurs la ministre a affirmé que l'Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) s'est autosaisie du dossier de la révision de la tarification de la 4G LTE (téléphonie fixe). Les clients le de la 4G LTE, rappelons le, ont protesté après avoir constaté un changement dans la tarification des abonnements et des débits contractés. Ainsi, il a été question de la suppression du forfait de 1.000 DA pour un débit de 1 Go mensuellement qui se réduit à 512 ko à l'épuisement du crédit.
Les clients sont ainsi contraints de recharger leur crédit dès son épuisement faute de quoi ils seront privés de la connexion. L'organisme qui se charge des aspects relatifs à la tarification et aux prix "rendra son verdict souverain dans les prochains jours" , a assuré la ministre. Houda Faraoun est revenue sur le déploiement du réseau 4G LTE, son objectif et les erreurs constatées sur le terrain depuis le lancement de ce projet.
Selon elle, Algérie Télécom a été autorisée par le gouvernement à déployer la 4G LTE pour "connecter les zones où la fibre optique ne peut pas arriver qu'à des prix exorbitants, c'est-à-dire les zones enclavées et là où le relief est difficile et accidenté. Malheureusement, on constate sur le terrain aujourd'hui que la plus grande partie des BTS et antennes de 4G LTE a été déployée là où il y déjà le réseau ADSL" , a noté la ministre. Résultat: la majorité des clients de la 4G LTE se retrouve avec "une double connexion" ,
le réseau ADSL étant également opérationnel. "Ces clients ont donc le choix pendant que ceux habitant les zones qui nécessitent le déploiement de la 4G en sont privés", a-t-elle expliqué. De ce fait, l'effort de l'Etat en matière d'investissement et d'acquisition d'équipements extrêmement coûteux de la 4G LTE "a servi les zones urbaines raccordées à la fibre optique au lieu de servir les zones reculées" a-t-elle ajouté.
Accueillie à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Imane Houda Faraoun rappelle que la numérisation globale des systèmes financiers, de l'administration, des services publics et des entreprises, figurent parmi les objectifs que s'est fixé son département. A ce titre, elle signale que les " E-commerce, E-paiement, Mobile-paiement et les partages de données sont parmi les activités qui attendent d'être encadrées par une loi sur le commerce électronique et d'autres textes réglementaires" .
Prenant l'exemple du commerce en ligne, la ministre relève cependant la réticence des détaillants à s'impliquer dans le E-paiement, en raison, dit-elle "de leur manque de confiance vis-à-vis du système financier, mais également de leurs habitudes à préférer le paiement cash pour faire solder leurs prestations" .
Se refusant à toute sorte de contrainte par rapport à ces derniers et afin de les amener à adopter le mode de règlement électronique, elle annonce le déploiement d'un vaste réseau de paiement électronique pour la réalisation duquel Algérie Poste s'apprête à acquérir 50.000 terminaux.
Mme Faraoun estime que cette première expérience poussera, petit à petit, les Algériens à s'acquitter de leurs achats par le biais d'une carte bancaire et, par un "effet boule de neige", à amener progressivement les commerçants à adopter, à leur tour, ce moyen de paiement.
Par ailleurs la ministre a affirmé que l'Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) s'est autosaisie du dossier de la révision de la tarification de la 4G LTE (téléphonie fixe). Les clients le de la 4G LTE, rappelons le, ont protesté après avoir constaté un changement dans la tarification des abonnements et des débits contractés. Ainsi, il a été question de la suppression du forfait de 1.000 DA pour un débit de 1 Go mensuellement qui se réduit à 512 ko à l'épuisement du crédit.
Les clients sont ainsi contraints de recharger leur crédit dès son épuisement faute de quoi ils seront privés de la connexion. L'organisme qui se charge des aspects relatifs à la tarification et aux prix "rendra son verdict souverain dans les prochains jours" , a assuré la ministre. Houda Faraoun est revenue sur le déploiement du réseau 4G LTE, son objectif et les erreurs constatées sur le terrain depuis le lancement de ce projet.
Selon elle, Algérie Télécom a été autorisée par le gouvernement à déployer la 4G LTE pour "connecter les zones où la fibre optique ne peut pas arriver qu'à des prix exorbitants, c'est-à-dire les zones enclavées et là où le relief est difficile et accidenté. Malheureusement, on constate sur le terrain aujourd'hui que la plus grande partie des BTS et antennes de 4G LTE a été déployée là où il y déjà le réseau ADSL" , a noté la ministre. Résultat: la majorité des clients de la 4G LTE se retrouve avec "une double connexion" ,
le réseau ADSL étant également opérationnel. "Ces clients ont donc le choix pendant que ceux habitant les zones qui nécessitent le déploiement de la 4G en sont privés", a-t-elle expliqué. De ce fait, l'effort de l'Etat en matière d'investissement et d'acquisition d'équipements extrêmement coûteux de la 4G LTE "a servi les zones urbaines raccordées à la fibre optique au lieu de servir les zones reculées" a-t-elle ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.