AC Milan: un futur rôle au club pour Kaká ?    AS Monaco - Jardim: «Ghezzal et Diakhaby n'ont pas apporté un plus face à Leipzing»    Palestine - USA : Les lignes de communication coupées ?    La réponse de Buffon à Rakitic    Violences sur enfants - Bilan des 9 premiers mois de 2017 : Plus de 4 000 cas enregistrés !    Blida : Les roses et les gourbis    Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates    Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    Opérette «Maâlim» : Sur les traces des héros de la Révolution algérienne    LFP – Sanctions : Huis clos pour l'US Biskra    En bref...    Equipe Nationale : Le programme des matchs amicaux sera arrêté après le 1er décembre    NATIONALISTE, MILITANT ENGAGE, ABDELKADER HACHANI Un seigneur de la politique    Après 37 ans de règne : Mugabe lâche le pouvoir    Le syndrome de l'abstention    Rassemblement samedi à Alger    Etudes en post-graduation : Près de 16 000 diplômés des ENS recrutés depuis 2014    «On a mis en place plusieurs mécanismes pour permettre à l'élève de mieux réagir»    Un monopole qui n'a que trop duré    Ils vous accompagnent...    The Mountain between us en ouverture    Théâtre régional d'oran : Houari Benchenet dévoile au public son tout dernier titre en hommage à Blaoui El Houari    SOIT DIT EN PASSANT    Ligue des champions d’Europe (phase de poules, 5e journée)    Gendarmerie nationale    Tendances    Promotion du cinéma    Entretien à New York entre Horst Kohler et une délégation du Front Polisario    Niger : 34 morts dans une bagarre entre agriculteurs et éleveurs    Inde: un journaliste tué par balle    La stratégie d'innovation sera prête début 2018    La campagne reprend le 21 décembre    «Les cycles» ou l'ode à l'ésotérisme    Algérie : Les vidéos anti-élections se multiplient    Crise du Golfe: Bouteflika écrit au roi d'Arabie Saoudite    Mostaganem: 22 harraga, dont des femmes et des enfants, interceptés    Orchestration de la tension au Moyen Orient    L'élite doit s'enraciner dans la douleur de la société    Sonelgaz somme ses clients de payer leurs dettes    Le rapport controversé de la commission des finances    La médecine traditionnelle chinoise revient    "Je suis pessimiste pour Madjer avec l'Algérie"    Programme de 8 millions de logements : Impératif de prendre en considération la qualité du cadre de vie    Et Poutine félicite Bachar al Assad    AADL : Des opérations administratives "à distance" à partir de 2018    Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Promotion du tourisme : Priorité de dynamiser le programme national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean Chamoun s'en est allé sur la pointe des pieds le 9 août
Réalisateur discret et engagé
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 08 - 2017

Disparu le mercredi 9 août, Jean Chamoun, réalisateur discret et engagé, est l'un des pionniers du cinéma libanais contemporain. Il laisse derrière lui un legs cinématographique, marqué par la guerre. Né en 1944, détenteur d'une licence en cinéma de l'université Vincennes à Saint-Denis (Paris 8) et d'un diplôme en art dramatique au Liban, le cinéaste a commencé sa carrière en tant que professeur de cinéma à l'Académie des beauxarts de Beyrouth, de 1976 à 1983.
Disparu le mercredi 9 août, Jean Chamoun, réalisateur discret et engagé, est l'un des pionniers du cinéma libanais contemporain. Il laisse derrière lui un legs cinématographique, marqué par la guerre. Né en 1944, détenteur d'une licence en cinéma de l'université Vincennes à Saint-Denis (Paris 8) et d'un diplôme en art dramatique au Liban, le cinéaste a commencé sa carrière en tant que professeur de cinéma à l'Académie des beauxarts de Beyrouth, de 1976 à 1983.
Avec sa femme, Maï Masri, cinéaste palestinienne, il formera un tandem exceptionnel. À euxdeux, ils fondent Media for Televison and Cinema (MTC) etNour Productions. Il collabore également avec elle sur de nombreux documentaires primés dans les festivals internationaux.
"Nous portions simultanément la casquette de producteur et de réalisateur", dira-t-il lors d'une entrevueen 1998. Sous les décombres en1983, Fleur d'Ajonc, Femmes du Sud-Liban en 1986, Beyrouth,Génération de la guerre en 1988. Mais aussi Les enfants du feu, unfilm sur l'intifada, en 1990, etRêves suspendus, en 1992, sontautant de films sur les effets de laguerre au Liban, notamment du point de vue des femmes et desenfants. L'ombre de la ville est sonpremier long métrage de fiction.
Mais son film le plus connu est Terre des femmes réalisé en 2004. Jean Chamoun a longtemps été parmi les figures incontournables du cinéma arabe, souvent présentes aux Journées cinématographiquesde Carthage (JCC) et a reçuplusieurs distinctions internationales,notamment le prix italien Luchino-Visconti pour ses oeuvres complètes.
Avec sa femme, Maï Masri, cinéaste palestinienne, il formera un tandem exceptionnel. À euxdeux, ils fondent Media for Televison and Cinema (MTC) etNour Productions. Il collabore également avec elle sur de nombreux documentaires primés dans les festivals internationaux.
"Nous portions simultanément la casquette de producteur et de réalisateur", dira-t-il lors d'une entrevueen 1998. Sous les décombres en1983, Fleur d'Ajonc, Femmes du Sud-Liban en 1986, Beyrouth,Génération de la guerre en 1988. Mais aussi Les enfants du feu, unfilm sur l'intifada, en 1990, etRêves suspendus, en 1992, sontautant de films sur les effets de laguerre au Liban, notamment du point de vue des femmes et desenfants. L'ombre de la ville est sonpremier long métrage de fiction.
Mais son film le plus connu est Terre des femmes réalisé en 2004. Jean Chamoun a longtemps été parmi les figures incontournables du cinéma arabe, souvent présentes aux Journées cinématographiquesde Carthage (JCC) et a reçuplusieurs distinctions internationales,notamment le prix italien Luchino-Visconti pour ses oeuvres complètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.