Santé de Bouteflika et relations algéro-françaises : Quand Bajolet se lâche…    ANP : Gaïd Salah installe le nouveau commandant des forces terrestres    «Nous craignons un règlement de comptes»    Le RCD réaffirme sa position    Reddition de deux terroristesà Tamanrasset    ETRHB va obtenir la totalité des actifs du groupe espagnol Villar Mir dans Fertial : Les travailleurs protestent et interpellent le ministre de l'energie    Entre les menaces de Trump et les divisions au sein de l'OPEP : Difficile et houleuse sera la réunion d'Alger    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Caisse nationale des assurances sociales La situation financière de l'institution est "équilibrée"    L'Algérie "resserre l'étau sur les groupes armés terroristes dans la région"    Syrie : Un sommet russo-turc pour déterminer l'avenir de la province d'Idlib    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Guerre commerciale : La Chine ne dévaluera "jamais" le yuan    L'Algérie suspend la protection policière    Jaafari dénonce l'agression israélienne    Le MCA en péril à Oran    Engloutissement de deux enfants dans l'oued Mellah    2 morts et sauvetage de 11 personnes bloquées dans leurs voitures    Coups de couteau, viols et rixes mortelles… c'est l'été meurtrier La France est-elle devenue un pays violent ?    Pluies torrentielles à Bouira : Routes coupées et commerces inondés à Ighrem    Catastrophes naturelles en Algérie : 25 milliards de dinars de pertes en 2018    La bravoure des habitants d'El Kantouli    "Achoura" noire à Constantine    A Alger, les femmes ne sont en sécurité nulle part !    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    Les promesses des dirigeants déjouent la grève des joueurs    Le supporter serait-il pris par la mauvaise gestion ?    Bendjemil désigné nouvel entraîneur national    Un appel au don de sang entendu    Les gagnants du Leapfrog Hack intègrent Sofrecom Tunisie pour un stage d'été    Des milliers d'employés de l'Unrwa manifestent à Ghaza contre des licenciements    Plus de prérogatives aux élus ?    Les habitants de Djanet fêtent la S'beiba    Gaïd Salah à l'installation du nouveau commandant des Forces Terrestres: «La sécurité de l'Algérie est au centre de nos priorités»    Ligue 1 Mobilis MCO – MCA, gare au perdant!    Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?    Leader de la Ligue 1 Mobilis: La JSK enfonce le CRB    La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    Le football national… au plus bas    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Djamel Allam vu par ses proches et ses amis : Un poète d'une grande sensibilité et immense générosité    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    L'histoire est écrite par les vainqueurs mais l'histoire des vainqueurs n'est pas l'histoire qui finit, tôt ou tard, par reprendre ses droits    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbès acculé
Réunion du comité central du Fln
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 06 - 2018

Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.