Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbès acculé
Réunion du comité central du Fln
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 06 - 2018

Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.