Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Pour des raisons financières: Les projets d'autoroutes des Hauts-Plateaux gelés    Régularisation foncière: Une commission multi-sectorielle pour régler le problème des 2ème et 3ème mains    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Equipe nationale: Belmadi entame un grand chantier en prévision de la CAN    Tlemcen - Clubs de la wilaya: Des aides financières bienvenues    Accidents de la route: 7 morts et 13 blessés en 24 heures    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Ooredoo Sponsor de l'étape d'Alger de la Coupe du monde d'Escrime By Ooredoo    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    L'ONG Crisis Group met en garde contre "l'impasse politique"    BOMARE COMPANY présente au Salon international de la sous-traitance industrielle    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le ministère du Commerce saisit la justice    Ouyahia bientôt face aux députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le "Onze" gagnant de Belmadi    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    De Mistura insiste sur un accord d'ici fin décembre, pourparlers à Astana les 28-29 novembre    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Arrestation de quatre individus à Tiaret,Chlef et Boumerdès    Accusé d'avoir dissimulé des revenus Nissan propose le départ de Ghosn    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    Installation de la nouvelle chef de daïra    Le rapport inquiétant de Crisis Group    Prémices d'une nouvelle ère    Dhouibi dément tout changement de cap    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Entre réforme set continuité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbès acculé
Réunion du comité central du Fln
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 06 - 2018

Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.