Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbès acculé
Réunion du comité central du Fln
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 06 - 2018

Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, va sans cesse s'élargissant. Les anciensmembres du bureau politique, limogés il y a juste quelques semaines, viennent, en effet, de rejoindre le camp des frondeurs.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.
Dans un communiqué, rendu publichier, ils exigent la tenue dans les plus brefs délais de la session ordinaire du comité central (CC) du parti. Cette réaction, la première depuis leur éviction de la plus haute instance exécutive lors qu'ils ont ardé le silencejusque-là, était très prévisible, eu égardaux tergiversations du chef de filecontesté du vieux parti. En effet DjamalOuldAbbès fait de la résistance et refuse, pour des raisons inavouées, de convoquerune session du CC.
"Ce qu'a fait le secrétairegénéral constitue un dangereux précédentdans l'histoire du parti, uneatteinte et une confiscation des prérogativesdu comité central qui est la plus haute institution entre deux congrès"notent les signataires dudit communiqué qui estiment que leur limogeage est antistatutaire puisque, de leur point de vue, seul le comité central est habilité à le faire. Pour eux le secrétaire général, Djamel OuldAbbès "s'est autorisé à désigner un nouveau bureau politique en dehors d'une session et de la volonté du comité central, bloqué (depuis vingt mois)".
Alors que, ont-ils encore ajoutédans leur communiqué, que "c'est la seuleinstitution habilitée, selon les statuts, à retirer la confiance au bureau politique ou au secrétaire général qui sont responsables devant elle". Exigeant que le CC tienne sa session le 30 juin prochain, ils rappellent que cela a été décidé le 19 avril dernier lors d'une réunion du bureau politique. Eux, en tout cas, se considèrent, par voie de conséquence, comme membres de cette instance exécutive puisque le CC n'a pas encore entériné les décisions contestées du secrétaire général. Face à ce blocage et au refus d'OuldAbbès à convoquer le CC ils appellent à l'intervention des pouvoirs publics. En effet ils "espèrent que les autorités publiques du pays vont veiller à appliquer et à respecter les dispositions de la loi organique des partis politique qui oblige tous les partis à gérer leurs affaires de manière démocratique et transparente et à respecter leurs statuts".
L'appel est lancé en direction du ministre de l'Interieur, Nouredine Bedoui, dont leministère veille à l'application de la loi s'agissant des partis politiques. Et sur ce plan force est de considérer que le FLN est en porte-à-faux avec ses statuts et donc avec la loi, ce qui autorise le ministère de l'Intérieur à intervenir. Selon les statuts du FLN le comité central tient une session chaque année. Or, depuis le 22 octobre 2016, qui a vu l'intronisation d'Ould Abbès suite à ladémission d'Amar Saadani, cette instance n'a tenu aucune session. Ould Abbès refuse d'accéder aux appels multiples des dirigeants du parti pour réunir le CC.
A chaque fois il annonce un nouveau report finissant par gacer beaucoup de monde au FLN. Il fait face, depuis, aux pressions, vaines jusque-là. Ses détracteurs ont même initié une pétition tendant à réunir les signaturesdes 2/3 des membres du CC pour luiforcer la main. Mais rien à faire Ould Abbès campe sur sa position de refus. Craignant sans doute d'être évincé par le CC il persiste dans ses tergiversations en invoquant, souvent, le soutien du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par ailleurs président du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.