JSK : Tout pour garder la première place    Ligue 2 : les deux leaders en appel    Championnat algérien : La Fifa enquête sur la corruption dans le football, selon BBC Arabic    Amazigh Legend's… c'est parti    La Chine ne dévaluera «jamais» le yuan    Des sujets sensibles à l'ordre du jour    Assises sociales ce samedi    La présidentielle 2019 au menu    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Les Sétifiens ne jurent que par la qualif' !    Instruction ignorée    Le niet de Hasbellaoui    Il étouffe, il faut agir vite !    Benalla, ex-collaborateur de Macron, s'explique devant le Sénat    ACTUCULT    Tous ont combattu ! Qui a trahi ?    A la découverte d'un métier en or    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    En perspective des Jeux méditerranéens de 2021: Plus de 1 milliard DA pour la réhabilitation des infrastructures sportives    Inter-régions: Les choses sérieuses commencent    Mascara: La DJS vole au secours des clubs de la wilaya    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Procès Salsabile à Oran: Peine capitale requise contre les deux accusés    Vers l'éradication du site de stockage de «la jumenterie»: Plus de 100 tonnes de déchets hospitaliers du CHUO traitées    Bousfer: 17 constructions et extensions démolies    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable    L'événement Maurice Audin : Macron ouvre des brèches en Algérie    Eric Zemmour et sa philosophie du prenom gallicisé    Vente du groupe Echorouk    Le gouvernement et sa logique d'étouffement de la presse    Paiement électronique : La voie de secours qui tarde à s'ouvrir    Un policier tue deux personnes à Oran    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Premières tendances des élections législatives et locales    Le RCD répond «aux marchands de versets assaisonnés à la cocaïne»    Scandaleux !    Belmadi prépare déjà le Bénin    Pari difficile pour Benghabrit    Ould Kablia brise le silence    Commandement des Forces Aériennes: Gaïd Salah installe Hamid Boumaïza    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assurances du ministère de l'Agriculture
Fiévre aphteuse
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2018

Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.