L'INTERSYNDICALE BOYCOTTE LA RENCONTRE AVEC LA MINISTRE : La menace plane sur les écoles d'Oran    Abderrazak Dourari, professeur de linguistique au Temps d'Algérie : « Pourquoi j'ai quitté l'Académie Tamazight »    Projet d'une «Route de l'olivier» pour développer le tourisme rural    La déclaration de la main-d'œuvre étrangère, un autre souci pour la Cnas    Dieu peut-il offrir une Ferrari ?    Tirs de gaz lacrymogènes sur des manifestants près du Parlement    Le WA Tlemcen retrouve le podium, l'ASO Chlef trébuche à Kouba    Nette victoire du CS Constantine devant le TP Mazembe (3-0)    L'ES Sétif s'enfonce dans la crise    La démarche prudente de Ali Benflis    Terrible accident entre deux autobus à Sidi Amar    Vers le remboursement des sondes urinaires    Baisse sensible des candidats aux cours d'alphabétisation    Convocation du corps électoral : fin de récréation ?    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Ich Liebe Dich Frau Angela !    Accidents de la route : Moins de décès en 2018    Le Mossad se déploie au Sahel via le Tchad    Migration: Mettre en place une nouvelle gouvernance    En 2017 en Algérie: Le salaire net moyen à plus de 40.300 dinars    Ouled Rahmoune: 26 milliards pour l'aménagement urbain    Relizane: Projets AADL attendent réalisation    Coupe d'Algérie «Réserves» : 1/8e de finale: PAC - WAT et NAHD - ASO, principaux duels    La présidentielle lancée    Tiaret: Un ancien bâtonnier tire sa révérence    « L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani    El-Bayadh: 25 milliards pour la restauration du ksar de Boussemghoun    Des organisations appellent à la mobilisation citoyenne    Une production de plus de 1 000 tonnes en 2018    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    Dix chargeurs et une quantité de munitions saisis à Jijel    APN : La convocation du corps électoral a barré la route aux aventuristes    Le FLN salue la décision du Président Bouteflika    Accord Maroc-UE : Un processus entaché d"'irrégularités et d'illégalité"    RDC : La Cour constitutionnelle proclame Félix Tshisekedi président de la République    Russie : Le procureur Mueller qualifie d'"inexactes" des allégations explosives contre Trump    Iñigo Errejon s'affranchit de Podemos    La police se dote du systéme afis    Chine : La croissance devrait avoir freiné à 6,4% au 4e trimestre    Retour sur le CES 2019 : À Las Vegas, du concret pour ménager la planète    Le chef de la diplomatie allemande : "Personne ne peut arrêter" le Nord Stream 2    La Haute instance indépendante de surveillance des élections installée    La JS Saoura n'avait pas bien compris le jeu adverse    Le MCO a sorti la tête de l'eau, mais le plus dur reste à faire    Darfalou se blesse au genou    L'Algérie favorable...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assurances du ministère de l'Agriculture
Fiévre aphteuse
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2018

Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.