«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assurances du ministère de l'Agriculture
Fiévre aphteuse
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2018

Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Le "cheptel ovin à travers toutes les wilayas du pays n'apas été touché par la fièvreaphteuse" a assuré, jeudi aAlger, le directeur desservices vétérinaires (DSV)auprès du ministère del'Agriculture, duDéveloppement rural et de laPêche, Kaddour Hachimi Karim.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.
Il y a une "abondance de l'offre sur le marché national avec 5millions de têtes destinées au sacrificesde l'Aïd cette année. Un cheptelqui n'est pratiquement pas concernépar le risque de contaminationpar cette maladie virale", a-t-il affirmélors d'une conférence de pressesur les préparatifs de la fête de l'Aïd. D'après ses explications, le virus atouché quelques têtes seulement ducheptel bovin et la situation a étémaîtrisée dans un délai très court. "Le virus qui a ressurgi depuis 2014 a touché en 2018, les animaux bovins encore jeunes qui n'ont pas été immunisés lors des campagnes devaccination précédentes carilsn'étaient pas encore nés", a-t-ildétaillé.
A ce jour, "8.000 têtes ont été vaccinées", selon Kaddour Hachimi, qui a annoncé en outre"une commande de deux (2) millions dedoses de vaccins bivalents auprèsde laboratoires mondiaux". "Ce type de vaccin plus efficace par rapportau précédent, agit contre les deux types de virus O et
A", a-t-il encore expliqué. Il a assuré par ailleurs que toutes les mesures sanitaires ont été prises deux mois àl'avance en prévisionde l'Aïd el-Adha. "En plus des 15.000 vétérinaires fonctionnairesmobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurerla couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion", a-t-il indiqué.
Des vétérinaires sontmobilisés au niveau des points deventes appropriés pour assurer le contrôle sanitaire du cheptel ovin commercialisé durant cette période. "Avant l'égorgement de la bête nous ne pouvons pas prévenir les risques car ces kystes sont indécelables chez les animaux vivants, d'où la nécessité d'un contrôle vétérinaire de la carcasse animale aprèsl'égorgement de la bête", a-t-il tenu à expliquer.
Quant à la gestion de ce risque,Kaddour Hachimi a vivement conseillé aux citoyens de ne pas jeter les abats parasités dans la nature, ni lesdonner aux chiens quirisquent de devenir, à leur tour, un facteur de transmission de cette maladie à l'Homme et au cheptel. A propos del'enquête sur la viande de moutons avariée qui a pénalisé certaines familles durant les deux précédentesfêtes de l'Aïd, ce responsable auprès du ministère a évoqué deux causes : "Le gavage des animaux avec une alimentation concentrée en énergie durant une courte période, conjuguéaux mauvaises conditions d'hygiène", a-t-il avancé. "Il n'existe aucune preuve pouvant incriminerles médicaments à usage animal commercialisés par les grossistes oules vétérinaires", a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.