Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enigme et interrogations
Remplacement d'Ould Abbes
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 11 - 2018

Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.