Un remplaçant pour Ouyahia    Les étudiants ne désarment pas    Les avocats en grève aujourd'hui    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans la fuite d'argent vers l'étranger    En quête de modularité    En l'absence des titulaires    Sikazwé au sifflet    Belmadi maintient la pression sur ses troupes    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer «à 100%»    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Plusieurs festivités au menu    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    La Fondation Casbah condamne    Qui protège la députée de la "honte" ?    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Drame à Azeffoun : Trois adolescents meurent noyés à Aït Chaffaâ    CAF - Supporters expulsés d'Egypte: La FAF écope d'une sanction financière    L'immonde troc proposé aux Palestiniens à Bahreïn    Chlef: Comment prévenir les feux de forêts    Appel à «mettre un terme» à la «grave dérive» que vit le FFS    Coupe d'Afrique des nations: La vente des récepteurs satellitaires et des téléviseurs boostée    LA PRIMEUR A L'HISTOIRE    Tribune - Les discours de haine embrasent le monde    La démocratie est la solution    Ouled Gacem (Oum El Bouaghi)    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    D'énormes potentialités    Trump annonce des sanctions «dures» visant le Guide suprême iranien    Les propriétaires d'exploitation agricole réclament l'électrification agricole    Assassinat d'un jeune homme    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Salon du Bourget : L'A321 XLR, le " game-changer " d'Airbus débute sa carrière en fanfare    Bourses : Les actions en Europe varient peu dans un climat prudent    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    Les étudiants toujours mobilisés    Gaïd Salah en visite, à partir d'aujourd'hui    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enigme et interrogations
Remplacement d'Ould Abbes
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 11 - 2018

Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.