La déclaration de politique générale du gouvernement n'est pas programmée : Une autre violation de la Constitution !    Les Rouge et Noir éliminés à Khartoum    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    La revanche des riches    Défaitisme    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enigme et interrogations
Remplacement d'Ould Abbes
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 11 - 2018

Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Vingt quatre heures après son énigmatique départ dusecrétariat général du parti duFLN, Djamal Ould Abbes arompu le silence. "Depuisdeux années, je n'ai pas cesséde me depenser sur la scènepolitique et le Bon Dieu m'aepargné d'une mort certaine.Mercredi dernier,ss j'ai frôlé lamort et aujourd'hui, monunique souci c'est mon étatde santé", a en effet déclaréavant-hier jeudi, le désormaisex-secrétaire général du FLNà une chaine de télévisionprivée.
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec
Ould Abbes a fait de nombreuses déclarations aux medias et tous sespropos, autant brefs que laconiques,parlaient uniquement de ses "soucis desanté"comme s'il voulait éviter d'éclaircirdavantage la lanterne de l'opinion publiquesur ce départ surprenant.Il n'a pas ainsi dit un mot sur la naturemême de ce départ précipité. Est-ce unedémission ou un limogeage ? A-t-il saisiles instances du parti ? A-t-il présenté uncertificat de maladie de longue durée ? OuldAbbes n'a rien dévoilé, laissant planer lemystère et l'énigme sur ce départ quicontinue d'alimenter la chronique et desusciter des interrogations, qui restent sansréponse pour le moment. Ce d'autant que, tous les membres dirigeantsdu parti, pris de court par cette tournure,
se mûrent dans le silence. En effet,les membres du bureau politique semblentavoir perdu la langue, accablés qu'ils sont par cette légitimité qui leur fait défaut, car
ils n'ont jamais, comme le stipulaient lestextes du parti, été adoubés par la plushaute instance du parti entre deux congrès,le comité central en l'occurrence.D'ailleurs, Djamal Ould Abbes, en un peuplus de deux ans de règne, n'a jamaisconvoqué une session du coté central.Et c'est sans doute ce qui a pesé dans lechoix de designer Mouad Bouchareb, lepresident de l'APN, pour assurer l'intérimen attendant que les instances habilitées duparti ne se prononcent sur le remplacementde Djamal Ould Abbes.En tout cas, les observateurs se perdent enconjectures sur les vraies raisons, de ce quisemble bel et bien un limogeage qui ne ditpas son nom, car très peu croient en lathèse des soucis de santé qui a été invoqué pour justifier ce départ.
On considère ainsi, que la polémique qui a opposé lePremier ministre, Ahmed Ouyahia, auministre de la Justice, Tayeb Louh, serait l'élément central qui expliquerait cette tombée en disgrâce. Il serait reproché à Ould Abbes, de n'avoir pas soutenu le cadre du FLN qu'est Tayeb Louh qui s'est ouvertement attaqué à Ouyahia. En soutenant que c'est une affaire qui ne concerne pas le FLN, Ould Abbes a signé son arrêt de mort. Mais est-ce la seule raison qui expliquerait la chute d'Ould Abbes ? Beaucoup d'observateurs doutent et croient savoir qu'Ould Abbes ne répond plus aux conditions qu'impose le contexte politique, actuel et à venir, qui est marqué, faut-ilencore le rappeler, par les préparatifs des élections présidentielles d'avril prochain.
Ould Abbaes a été, sans conteste,l'homme politique qui a tout fait durant delongs mois, pour défendre l'option du 5e mandat, parvenant même à faire accroireque tel serait la volonté du présidentBouteflika, alors que ce dernier ne s'y est pas prononcé. Pour certains observateurs, cette éviction coïncide avec le recul constaté de la thèse du 5e mandat au sein même de ses plus fervents partisans qui ne l'évoquent plus, en tout cas, avec autant d'ardeur et de volubilité. D'autres explications sont avancées, ça et là, mais cette énigme n'est pas pour autant résolue, ainsi que les interrgations qui vont avec


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.