Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déjà "récupérée" par Ould Abbès ?
Association des anciens élus du FLN
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 11 - 2018

Quelques jours après son lancement,l'Association desanciens élus du FLN adéjà du plomb dansl'aile. HocineKhaldoun, l'un desinitiateurs du projet, a décidé de jeter l'éponge.
Quelques jours après son lancement,l'Association desanciens élus du FLN adéjà du plomb dansl'aile. HocineKhaldoun, l'un desinitiateurs du projet, a décidé de jeter l'éponge.
"J'ai décidé de prendre mes distancesavec l'association",a confirmé à TSA,l'ancien chargé de la communication du parti. Pour le moment, seul l'ancienvice-président du groupe FLNà l'APN a confirmé son départ. Mais, au sein del'association,d'autres personnalités necachent pas leur désarroi. Ilsveulent toutefois "attendreavant de se prononcer."À l'origine de ce trouble, ladécision du secrétaire généraldu FLN, Djamel Ould Abbes,de confier à Saida Bouneb,membre du BP, le dossier des anciens élus nationaux et locaux du parti.
Une première dans l'histoire de la formation politique qui n'avaitjamais, jusque-là, désigné un responsableen charge des anciens cadresqui ne sont plus en activité.Cette initiative est perçuecomme une démarche dupatron du FLN pour "squatterl'espace" et "s'immiscer dansles affaires internes de la nouvelleassociation." "Je trouveabsurde la démarche de Djamel Ould Abbès, de vouloir déstabilisernotre association quirenferme la crème des cadres duparti qui refusent de travailleravec lui ",
juge HocineKhaldoun.L'autre conséquence indirectede la démarche du chef du FLN est d'ordre légal, et touchedirectement la structure miseen place. En effet, les associationssont tenues par l'article 13 du texte régissant leur fonctionnement, d'être "distinctes par leur objet, leur dénomination et leur fonctionnement despartis politiques et ne peuvententretenir avec eux, aucunerelation qu'elle soitorganique ou structurelle, ni recevoir de subventions, dons ou legs, sous quelque forme que ce soitde leur part, ni participer à leurfinancement".En décidant de s'immiscer dansles affaires de l'association, OuldAbbès la met en porte-àfauxavec la loi. "Pour évitercette situation, j'avaisdemandé, dès le 6 octobre, de proclamer notre indépendanceet notre autonomie, pour ne pas tomber sous le coup de laloi", explique M. Khaldoun.
Dans cette affaire, MahdjoubBedda, ministre des relations avec le Parlement et parrain del'association, est pointé dudoigt. Il est accusé de ne pasavoir fait respecter le pacte tacite décidé entre les membresde l'association, de travailler en dehors des structures duparti et de son SG, dont unemajorité des membres sont enfroid avec lui.
Adversaire
Si l'association, qui n'a pas encore d'existence du point devue statutaire, a pour objectifd'alimenter le débat en propositions,en mettant à contributionles personnalités ayant ccupé d'importantes fonctions au sein des appareils de l'Etat, au FLN, on était convaincu que ce lancement avait d'autresvisées. "Djamel Ould Abbès a jugé le projet de Bedda commeune attaque dirigée contre lui", affirme un proche du secrétairegénéral.Malgré les assurances duministre des relations avec leParlement sur le rôle de l'association,"nous voulons tirerprofit de l'expérience et du savoir-faire de personnalités qui peuvent encore alimenter parleurs propositions et leursidéesn le débat dans notre pays", assurait-il, et au siègedu parti "on restait convaincu du contraire".
Du coup, le SG avait a menédans un premier temps, unecampagne de lobbying parmiles anciens cadres, pour les décourager de rejoindre l'association,avant de décider de court-circuiterl'initiative."Face aux structures du parti àl'arrêt et desmilitantslivrés àeux-mêmes, il était évidentque, l'association devait en 2019, remplacer les structuresde base pour alimenter la campagnedu président", reconnaitun membre du Comité central,qui, au passage, se demandecomment un élu du parti peut activer en dehors de sa formation politique, comme le réclamentles initiateurs du projet d'association. "Un élu FLN nepeut pas être indépendant. Il nepeut être encadré que par leparti".
"J'ai décidé de prendre mes distancesavec l'association",a confirmé à TSA,l'ancien chargé de la communication du parti. Pour le moment, seul l'ancienvice-président du groupe FLNà l'APN a confirmé son départ. Mais, au sein del'association,d'autres personnalités necachent pas leur désarroi. Ilsveulent toutefois "attendreavant de se prononcer."À l'origine de ce trouble, ladécision du secrétaire généraldu FLN, Djamel Ould Abbes,de confier à Saida Bouneb,membre du BP, le dossier des anciens élus nationaux et locaux du parti.
Une première dans l'histoire de la formation politique qui n'avaitjamais, jusque-là, désigné un responsableen charge des anciens cadresqui ne sont plus en activité.Cette initiative est perçuecomme une démarche dupatron du FLN pour "squatterl'espace" et "s'immiscer dansles affaires internes de la nouvelleassociation." "Je trouveabsurde la démarche de Djamel Ould Abbès, de vouloir déstabilisernotre association quirenferme la crème des cadres duparti qui refusent de travailleravec lui ",
juge HocineKhaldoun.L'autre conséquence indirectede la démarche du chef du FLN est d'ordre légal, et touchedirectement la structure miseen place. En effet, les associationssont tenues par l'article 13 du texte régissant leur fonctionnement, d'être "distinctes par leur objet, leur dénomination et leur fonctionnement despartis politiques et ne peuvententretenir avec eux, aucunerelation qu'elle soitorganique ou structurelle, ni recevoir de subventions, dons ou legs, sous quelque forme que ce soitde leur part, ni participer à leurfinancement".En décidant de s'immiscer dansles affaires de l'association, OuldAbbès la met en porte-àfauxavec la loi. "Pour évitercette situation, j'avaisdemandé, dès le 6 octobre, de proclamer notre indépendanceet notre autonomie, pour ne pas tomber sous le coup de laloi", explique M. Khaldoun.
Dans cette affaire, MahdjoubBedda, ministre des relations avec le Parlement et parrain del'association, est pointé dudoigt. Il est accusé de ne pasavoir fait respecter le pacte tacite décidé entre les membresde l'association, de travailler en dehors des structures duparti et de son SG, dont unemajorité des membres sont enfroid avec lui.
Adversaire
Si l'association, qui n'a pas encore d'existence du point devue statutaire, a pour objectifd'alimenter le débat en propositions,en mettant à contributionles personnalités ayant ccupé d'importantes fonctions au sein des appareils de l'Etat, au FLN, on était convaincu que ce lancement avait d'autresvisées. "Djamel Ould Abbès a jugé le projet de Bedda commeune attaque dirigée contre lui", affirme un proche du secrétairegénéral.Malgré les assurances duministre des relations avec leParlement sur le rôle de l'association,"nous voulons tirerprofit de l'expérience et du savoir-faire de personnalités qui peuvent encore alimenter parleurs propositions et leursidéesn le débat dans notre pays", assurait-il, et au siègedu parti "on restait convaincu du contraire".
Du coup, le SG avait a menédans un premier temps, unecampagne de lobbying parmiles anciens cadres, pour les décourager de rejoindre l'association,avant de décider de court-circuiterl'initiative."Face aux structures du parti àl'arrêt et desmilitantslivrés àeux-mêmes, il était évidentque, l'association devait en 2019, remplacer les structuresde base pour alimenter la campagnedu président", reconnaitun membre du Comité central,qui, au passage, se demandecomment un élu du parti peut activer en dehors de sa formation politique, comme le réclamentles initiateurs du projet d'association. "Un élu FLN nepeut pas être indépendant. Il nepeut être encadré que par leparti".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.