Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déjà "récupérée" par Ould Abbès ?
Association des anciens élus du FLN
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 11 - 2018

Quelques jours après son lancement,l'Association desanciens élus du FLN adéjà du plomb dansl'aile. HocineKhaldoun, l'un desinitiateurs du projet, a décidé de jeter l'éponge.
Quelques jours après son lancement,l'Association desanciens élus du FLN adéjà du plomb dansl'aile. HocineKhaldoun, l'un desinitiateurs du projet, a décidé de jeter l'éponge.
"J'ai décidé de prendre mes distancesavec l'association",a confirmé à TSA,l'ancien chargé de la communication du parti. Pour le moment, seul l'ancienvice-président du groupe FLNà l'APN a confirmé son départ. Mais, au sein del'association,d'autres personnalités necachent pas leur désarroi. Ilsveulent toutefois "attendreavant de se prononcer."À l'origine de ce trouble, ladécision du secrétaire généraldu FLN, Djamel Ould Abbes,de confier à Saida Bouneb,membre du BP, le dossier des anciens élus nationaux et locaux du parti.
Une première dans l'histoire de la formation politique qui n'avaitjamais, jusque-là, désigné un responsableen charge des anciens cadresqui ne sont plus en activité.Cette initiative est perçuecomme une démarche dupatron du FLN pour "squatterl'espace" et "s'immiscer dansles affaires internes de la nouvelleassociation." "Je trouveabsurde la démarche de Djamel Ould Abbès, de vouloir déstabilisernotre association quirenferme la crème des cadres duparti qui refusent de travailleravec lui ",
juge HocineKhaldoun.L'autre conséquence indirectede la démarche du chef du FLN est d'ordre légal, et touchedirectement la structure miseen place. En effet, les associationssont tenues par l'article 13 du texte régissant leur fonctionnement, d'être "distinctes par leur objet, leur dénomination et leur fonctionnement despartis politiques et ne peuvententretenir avec eux, aucunerelation qu'elle soitorganique ou structurelle, ni recevoir de subventions, dons ou legs, sous quelque forme que ce soitde leur part, ni participer à leurfinancement".En décidant de s'immiscer dansles affaires de l'association, OuldAbbès la met en porte-àfauxavec la loi. "Pour évitercette situation, j'avaisdemandé, dès le 6 octobre, de proclamer notre indépendanceet notre autonomie, pour ne pas tomber sous le coup de laloi", explique M. Khaldoun.
Dans cette affaire, MahdjoubBedda, ministre des relations avec le Parlement et parrain del'association, est pointé dudoigt. Il est accusé de ne pasavoir fait respecter le pacte tacite décidé entre les membresde l'association, de travailler en dehors des structures duparti et de son SG, dont unemajorité des membres sont enfroid avec lui.
Adversaire
Si l'association, qui n'a pas encore d'existence du point devue statutaire, a pour objectifd'alimenter le débat en propositions,en mettant à contributionles personnalités ayant ccupé d'importantes fonctions au sein des appareils de l'Etat, au FLN, on était convaincu que ce lancement avait d'autresvisées. "Djamel Ould Abbès a jugé le projet de Bedda commeune attaque dirigée contre lui", affirme un proche du secrétairegénéral.Malgré les assurances duministre des relations avec leParlement sur le rôle de l'association,"nous voulons tirerprofit de l'expérience et du savoir-faire de personnalités qui peuvent encore alimenter parleurs propositions et leursidéesn le débat dans notre pays", assurait-il, et au siègedu parti "on restait convaincu du contraire".
Du coup, le SG avait a menédans un premier temps, unecampagne de lobbying parmiles anciens cadres, pour les décourager de rejoindre l'association,avant de décider de court-circuiterl'initiative."Face aux structures du parti àl'arrêt et desmilitantslivrés àeux-mêmes, il était évidentque, l'association devait en 2019, remplacer les structuresde base pour alimenter la campagnedu président", reconnaitun membre du Comité central,qui, au passage, se demandecomment un élu du parti peut activer en dehors de sa formation politique, comme le réclamentles initiateurs du projet d'association. "Un élu FLN nepeut pas être indépendant. Il nepeut être encadré que par leparti".
"J'ai décidé de prendre mes distancesavec l'association",a confirmé à TSA,l'ancien chargé de la communication du parti. Pour le moment, seul l'ancienvice-président du groupe FLNà l'APN a confirmé son départ. Mais, au sein del'association,d'autres personnalités necachent pas leur désarroi. Ilsveulent toutefois "attendreavant de se prononcer."À l'origine de ce trouble, ladécision du secrétaire généraldu FLN, Djamel Ould Abbes,de confier à Saida Bouneb,membre du BP, le dossier des anciens élus nationaux et locaux du parti.
Une première dans l'histoire de la formation politique qui n'avaitjamais, jusque-là, désigné un responsableen charge des anciens cadresqui ne sont plus en activité.Cette initiative est perçuecomme une démarche dupatron du FLN pour "squatterl'espace" et "s'immiscer dansles affaires internes de la nouvelleassociation." "Je trouveabsurde la démarche de Djamel Ould Abbès, de vouloir déstabilisernotre association quirenferme la crème des cadres duparti qui refusent de travailleravec lui ",
juge HocineKhaldoun.L'autre conséquence indirectede la démarche du chef du FLN est d'ordre légal, et touchedirectement la structure miseen place. En effet, les associationssont tenues par l'article 13 du texte régissant leur fonctionnement, d'être "distinctes par leur objet, leur dénomination et leur fonctionnement despartis politiques et ne peuvententretenir avec eux, aucunerelation qu'elle soitorganique ou structurelle, ni recevoir de subventions, dons ou legs, sous quelque forme que ce soitde leur part, ni participer à leurfinancement".En décidant de s'immiscer dansles affaires de l'association, OuldAbbès la met en porte-àfauxavec la loi. "Pour évitercette situation, j'avaisdemandé, dès le 6 octobre, de proclamer notre indépendanceet notre autonomie, pour ne pas tomber sous le coup de laloi", explique M. Khaldoun.
Dans cette affaire, MahdjoubBedda, ministre des relations avec le Parlement et parrain del'association, est pointé dudoigt. Il est accusé de ne pasavoir fait respecter le pacte tacite décidé entre les membresde l'association, de travailler en dehors des structures duparti et de son SG, dont unemajorité des membres sont enfroid avec lui.
Adversaire
Si l'association, qui n'a pas encore d'existence du point devue statutaire, a pour objectifd'alimenter le débat en propositions,en mettant à contributionles personnalités ayant ccupé d'importantes fonctions au sein des appareils de l'Etat, au FLN, on était convaincu que ce lancement avait d'autresvisées. "Djamel Ould Abbès a jugé le projet de Bedda commeune attaque dirigée contre lui", affirme un proche du secrétairegénéral.Malgré les assurances duministre des relations avec leParlement sur le rôle de l'association,"nous voulons tirerprofit de l'expérience et du savoir-faire de personnalités qui peuvent encore alimenter parleurs propositions et leursidéesn le débat dans notre pays", assurait-il, et au siègedu parti "on restait convaincu du contraire".
Du coup, le SG avait a menédans un premier temps, unecampagne de lobbying parmiles anciens cadres, pour les décourager de rejoindre l'association,avant de décider de court-circuiterl'initiative."Face aux structures du parti àl'arrêt et desmilitantslivrés àeux-mêmes, il était évidentque, l'association devait en 2019, remplacer les structuresde base pour alimenter la campagnedu président", reconnaitun membre du Comité central,qui, au passage, se demandecomment un élu du parti peut activer en dehors de sa formation politique, comme le réclamentles initiateurs du projet d'association. "Un élu FLN nepeut pas être indépendant. Il nepeut être encadré que par leparti".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.