Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouchareb joue la carte de l'union
Consultations tous azimuts au fln
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2018

Au parti du FLN, l'ère est plutôt à la réconciliation. A peine installé à la tête du vieux parti, même si c'est juste à titre intérimaire, puisqu'il assure la coordination pour le moment,Mouad Bouchareb a, en effet, entamé une série de rencontres avec les cadresdirigeants en rupture de ban avec le parti.
Au parti du FLN, l'ère est plutôt à la réconciliation. A peine installé à la tête du vieux parti, même si c'est juste à titre intérimaire, puisqu'il assure la coordination pour le moment,Mouad Bouchareb a, en effet, entamé une série de rencontres avec les cadresdirigeants en rupture de ban avec le parti.
D'anciens dirigeants, marginalisés, stigmatisés et qui s'étaient révoltéscontre les trois derniers secrétairesgénéraux du parti, sont de nouveauen odeur de sainteté, par la grâce de ladémarche de Mouad Bouchareb. SalahGoudjil, Abdelkrim Abada etAbderrahmane Belayat, pour ne citer queces trois noms, ont déjà été reçus au siège
national du parti, par le nouveau maîtredes lieux. Abada, qui n'a pas remis lespieds au siége du parti depuis 2010, amanifesté son émotion et, par voie deconséquence, a loué l'initiative de MouadBouchareb qui vise à rassembler et réconciliertous les cadres du parti. Il en a été demême pour Abderrahmane Belayat etSalah Goudjil qui n'ont pas tari d'éloges àMouad Bocuhareb, dans sa quête de resserrerles rangs du parti, fragmenté par tant ettant de luttes intestines et de divisions.Bouchareb compte aussi se réunir avecd'anciens secrétaires généraux du parti. Ils'agit notamment, de Amar Saadani,Abdelaziz Belkhadem, mais aussi de
Djamal Ould Abbes dont le récent départou démission, a suscité de vives controverses.Selon les déclarations deBouchareb, ces rencontres avec d'ancienssecrétaires généraux et cadres du parti,interviennent sur ordre du Président duparti, à savoir le président de laRépublique, Abdelaziz Bouteflika. Cettetache dévolue à Mouad Bouchareb nerisque pas d'être une simple sinécure, euégard aux profondes divisions que traversent le vieux parti miné par les luttes incessantes pour le leadership et ce, de trèslongues années déjà.
Depuis l'épilogue del'ancien secrétaire général, Ali Benflis, leparti n'arrive pas a souder ses rangs et ce, malgré la tenue du 8e congrès bis en 2005. Depuis ce congrès, qui a été suivi par une accalmie, les différents clans n'ont eu de cesse de s'affronter pour le leadership. Abdelaziz Belkhadem, l'ancien secrétaire général a été ainsi la première victime de l'exacerbation des luttes internes. Sous la pression de ses adversaires, il a remis son mandat en jeu et la séance de vote à bulletin secret des membres du comité central, lui a été fatale. Quelques temps après, Amar Saadani lui a succédé, mais il a vite été très contesté et sa légitimité a été mise en doute. Il n'a pas réussi à faire taire ses détracteurs, même après l'organisation d'un congrès qui devait théoriquement lui donner une légitimité. Amar Saadani a quitté le secrétariat général au mois d'octobre 2016 et a été remplacé au pied levé, par Djamal Ould Abbes.
Ce dernier a d'emblée voulu mettre fin à la guerre fratricide qui opposaient les clans du parti en jouant la carte de l'union et du rassemblement. Mais, cela n'a pas duré longtemps et d'anciens cadres dirigeants se sont vite aperçus de la manoeuvre d'Ould Abbes, et ont repris les hostilités à son égard. C'est dire combien le vieux parti est divisé et combien sera difficile la tache de Mouad Bouchareb de rassembler tous ces frèresennemis, et de réussir le pari de tenir un congrès extraordinaire qui unira de nouveau, toutes les composantes du FLN.
D'anciens dirigeants, marginalisés, stigmatisés et qui s'étaient révoltéscontre les trois derniers secrétairesgénéraux du parti, sont de nouveauen odeur de sainteté, par la grâce de ladémarche de Mouad Bouchareb. SalahGoudjil, Abdelkrim Abada etAbderrahmane Belayat, pour ne citer queces trois noms, ont déjà été reçus au siège
national du parti, par le nouveau maîtredes lieux. Abada, qui n'a pas remis lespieds au siége du parti depuis 2010, amanifesté son émotion et, par voie deconséquence, a loué l'initiative de MouadBouchareb qui vise à rassembler et réconciliertous les cadres du parti. Il en a été demême pour Abderrahmane Belayat etSalah Goudjil qui n'ont pas tari d'éloges àMouad Bocuhareb, dans sa quête de resserrerles rangs du parti, fragmenté par tant ettant de luttes intestines et de divisions.Bouchareb compte aussi se réunir avecd'anciens secrétaires généraux du parti. Ils'agit notamment, de Amar Saadani,Abdelaziz Belkhadem, mais aussi de
Djamal Ould Abbes dont le récent départou démission, a suscité de vives controverses.Selon les déclarations deBouchareb, ces rencontres avec d'ancienssecrétaires généraux et cadres du parti,interviennent sur ordre du Président duparti, à savoir le président de laRépublique, Abdelaziz Bouteflika. Cettetache dévolue à Mouad Bouchareb nerisque pas d'être une simple sinécure, euégard aux profondes divisions que traversent le vieux parti miné par les luttes incessantes pour le leadership et ce, de trèslongues années déjà.
Depuis l'épilogue del'ancien secrétaire général, Ali Benflis, leparti n'arrive pas a souder ses rangs et ce, malgré la tenue du 8e congrès bis en 2005. Depuis ce congrès, qui a été suivi par une accalmie, les différents clans n'ont eu de cesse de s'affronter pour le leadership. Abdelaziz Belkhadem, l'ancien secrétaire général a été ainsi la première victime de l'exacerbation des luttes internes. Sous la pression de ses adversaires, il a remis son mandat en jeu et la séance de vote à bulletin secret des membres du comité central, lui a été fatale. Quelques temps après, Amar Saadani lui a succédé, mais il a vite été très contesté et sa légitimité a été mise en doute. Il n'a pas réussi à faire taire ses détracteurs, même après l'organisation d'un congrès qui devait théoriquement lui donner une légitimité. Amar Saadani a quitté le secrétariat général au mois d'octobre 2016 et a été remplacé au pied levé, par Djamal Ould Abbes.
Ce dernier a d'emblée voulu mettre fin à la guerre fratricide qui opposaient les clans du parti en jouant la carte de l'union et du rassemblement. Mais, cela n'a pas duré longtemps et d'anciens cadres dirigeants se sont vite aperçus de la manoeuvre d'Ould Abbes, et ont repris les hostilités à son égard. C'est dire combien le vieux parti est divisé et combien sera difficile la tache de Mouad Bouchareb de rassembler tous ces frèresennemis, et de réussir le pari de tenir un congrès extraordinaire qui unira de nouveau, toutes les composantes du FLN.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.