Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Appel à une rencontre avec des personnalités nationales: L'opposition dit non à Bensalah    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Lutte à couteaux tirés pour l'accession    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Manifestations devant le QG de l'armée    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    La date sera fixée dimanche    Sonatrach augmente la production de carburants    Un film algérien sélectionné au Festival de Cannes 2019    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Chlef : Le départ de Belaiz ne suffit pas    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    Libye.. Les combats continuent    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le calvaire douloureux des cancéreux
Rendez-vous de soins trés longs
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2018

La situation pour les cancéreux devient très pénible. Les rendez-vous pour la radiothérapie et chimiothérapie sont longs à obtenir. Les cancéreux qui souffrent en silence deviennent otages d'une politique de santé qui a atteint ses limites.
La situation pour les cancéreux devient très pénible. Les rendez-vous pour la radiothérapie et chimiothérapie sont longs à obtenir. Les cancéreux qui souffrent en silence deviennent otages d'une politique de santé qui a atteint ses limites.
C'est le Pr Adda Bounedjar président de la Société algérienne derecherche en oncologie qui adéclaré que "les délais de rendez-vous pour la radiothérapie sont fixés entre 6 et 9
mois". Le profess ur n'a pas omis d'indiquer que "la pression se fait surtout au centre notamment à Alger et à Blida". La situationqui devient de plus en plus critiquepour la majorité des cancéreux est un signald'alarme adressée aux autorités. Onrecense à cet effet que sur "44.000 cancersenregistrés chaque année, 28.000 casnécessitent un traitement par radiothérapie"précise Samia Gasmi présidente d'uneassociation d'aide aux cancéreux.
Elle s'insurgeégalement contre ces délais qu'ellequalifie de "catastrophiques" étant donnéqu'un bon nombre de patients décède avantles soins qui doivent leur être prodigués.Malgré la création de plusieurs centresanti-cancer à travers le pays, la demande ensoins reste croissante avec une faiblesseremarquée dans la prise en charge enmatière de radiothérapie. La plupart des malades se rabettent sur les CHU desgrandes villes comme Oran, Annaba ouAlger pour les soins après une galèreéprouvée dans les sentiers de l'administrationmédicale. Les oncologues estimentque chaque cas de cancer dépend de l'évolutionde sa maladie et le taitement d'attaquedoit être rapide avant les métastases. Maisface à la multiplication des cas aux traitements
difficiles nécessitant de longs soins,c'est la débandade pour les malades.
"Il y ades cas qui doivent être dépistés précocementcomme le cancer de la prostate pourpermettre aux malades de ne pas succomberen cas de métastases" affirme le PrBounedjar. Or pour les autres malades, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Le Pr Kamel Bouzid, chef de service du CPMC à l'hôpital Mustapha-Bacha à Alger a déjà tiré la sonnette d'alarme il y a quelques semaines lorsqu'il avait déclaré que "les hôpitaux ne peuvent plus prendre en charge les malades" déplorant la manque de matériel pour la médecine nucléaire et la saturation des services anti-cancer des CHU. S'ajoute à cela un traitement fortcoûteux dans les établissements privés qui se comptent sur le bout des doigts.
Quelques-uns qui disposent de moyens financiers partent à l'étranger pour des soins à long terme alors que la situation empire pour ceux qui ont de faibles revenus. Il est à noter que le plan national cancer 2014- 2019 indique que le nombre de CHU qui est de 14 doit passer en 2019 à 20 pour le traitement des cas de cancer indiquant "l'urgence d'une normalisation des moyens humains et matériels aux structures et services en charge de la pathologie cancéreuse". Le plan évoque dans ce cadre "la création de réseaux et la hiérarchisation des soins avec une planification de besoins et des moyens correspondants". Cela résume donc toutes les lacunes de la prise en charge des cancéreux.
C'est le Pr Adda Bounedjar président de la Société algérienne derecherche en oncologie qui adéclaré que "les délais de rendez-vous pour la radiothérapie sont fixés entre 6 et 9
mois". Le profess ur n'a pas omis d'indiquer que "la pression se fait surtout au centre notamment à Alger et à Blida". La situationqui devient de plus en plus critiquepour la majorité des cancéreux est un signald'alarme adressée aux autorités. Onrecense à cet effet que sur "44.000 cancersenregistrés chaque année, 28.000 casnécessitent un traitement par radiothérapie"précise Samia Gasmi présidente d'uneassociation d'aide aux cancéreux.
Elle s'insurgeégalement contre ces délais qu'ellequalifie de "catastrophiques" étant donnéqu'un bon nombre de patients décède avantles soins qui doivent leur être prodigués.Malgré la création de plusieurs centresanti-cancer à travers le pays, la demande ensoins reste croissante avec une faiblesseremarquée dans la prise en charge enmatière de radiothérapie. La plupart des malades se rabettent sur les CHU desgrandes villes comme Oran, Annaba ouAlger pour les soins après une galèreéprouvée dans les sentiers de l'administrationmédicale. Les oncologues estimentque chaque cas de cancer dépend de l'évolutionde sa maladie et le taitement d'attaquedoit être rapide avant les métastases. Maisface à la multiplication des cas aux traitements
difficiles nécessitant de longs soins,c'est la débandade pour les malades.
"Il y ades cas qui doivent être dépistés précocementcomme le cancer de la prostate pourpermettre aux malades de ne pas succomberen cas de métastases" affirme le PrBounedjar. Or pour les autres malades, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Le Pr Kamel Bouzid, chef de service du CPMC à l'hôpital Mustapha-Bacha à Alger a déjà tiré la sonnette d'alarme il y a quelques semaines lorsqu'il avait déclaré que "les hôpitaux ne peuvent plus prendre en charge les malades" déplorant la manque de matériel pour la médecine nucléaire et la saturation des services anti-cancer des CHU. S'ajoute à cela un traitement fortcoûteux dans les établissements privés qui se comptent sur le bout des doigts.
Quelques-uns qui disposent de moyens financiers partent à l'étranger pour des soins à long terme alors que la situation empire pour ceux qui ont de faibles revenus. Il est à noter que le plan national cancer 2014- 2019 indique que le nombre de CHU qui est de 14 doit passer en 2019 à 20 pour le traitement des cas de cancer indiquant "l'urgence d'une normalisation des moyens humains et matériels aux structures et services en charge de la pathologie cancéreuse". Le plan évoque dans ce cadre "la création de réseaux et la hiérarchisation des soins avec une planification de besoins et des moyens correspondants". Cela résume donc toutes les lacunes de la prise en charge des cancéreux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.