Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché, couvert à 53% de ses besoins
Le médicament Algérien économise 3 milliards de dollars
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 12 - 2018

Le marché du médicament local a réussi son pari. Il arrive à couvrir plus de la moitié desbesoins nationaux. Le ministre de la Santé a révélé, que sans la production locale, la facture de l'importation serait de 5 milliards de dollars.
Le marché du médicament local a réussi son pari. Il arrive à couvrir plus de la moitié desbesoins nationaux. Le ministre de la Santé a révélé, que sans la production locale, la facture de l'importation serait de 5 milliards de dollars.
C'est un bond en avant pour l'industrie pharmaceutique algérienne,qui arrive à enregistrer 53% desbesoins nationaux. C'est ce qu'a indiquéMohhtar Hazebellaoui, dans une interventionà l'endroit des opérateurs du secteurpharmaceutique, en faisant valoir "la politiqued'encouragement de l'Etat aux investisseurs nationaux". "Nous avons 354 projetsnouveaux dont 92 seront opérationnels prochainement dans l'industrie du médicament local".
Selon le ministre, "ce bilanest rassurant, du fait que nous avons économisé3 milliards de dollars de la facture desimportations" , ajoutant que "si nous n'avons pas boosté la production locale,nous aurions obtenu une facture de plus de5 milliards de dinars". La multiplication des laboratoires algériens et l'interdictiond'importer les produits fabriqués localement,ont été pour beaucoup dans cetteétape de la croissance du secteur. Les opérateursde l'UNOP (Union nationale desopérateurs en pharmacie), estiment être rassuréspar les "nouvelles dispositions de
facilités propres à la création de nouveauxlaboratoires", afin d'étoffer le tissu industrielalgérien. Le président de l'UNOP,abdelwahed Kerra,r a quant à lui, mis enavant "le défi relevé par les industriels dusecteur qui ont contribué à 17% de croissance,ce qu'aucun secteur n'a pu obteniren ces années". Il souligne que "la prochaineétape serait d'arriver à 70% de couverturedu marché national", et qui seraatteint avec la volonté de l'Etat pour arriverà une production de qualité. La nomenclatureriche de 2.500 produits actuels pour toutes les classes thérapeutiques, est l'indicequi conforte que "l'Algérie ne veutplus être un dépotoir pour les laboratoiresétrangers". Pour preuve, le chantage exercé par les lobbies pharmaceutiques internationaux n'est pas sans liens étroits sur les pénuries qui ont affecté le marché, depuis des mois. Ces derniers,
qui veulent créer un rapport de dépendance, ne souhaiteraient pas un "investissement local fort". Mais sans compter avec la nouvelle loi sur la santé qui met en exergue "la stratégie de déploiement de l'industrie pharmaceutique locale". Un premier signe est révélateur surl'exportation du générique algérien par 10 laboratoires nationaux, et ceux qui ont conclu des partenariats avec de grandsgroupes. Ces derniers sont arrivés même à se positionner sur le marché africain, comme étape décisive à se faire connaître. D'autres projets naissants s'attaquent aux équipements médicaux qui veulent aussi en découdre avec le tout import qui coûte énormément à l'Etat.
C'est un bond en avant pour l'industrie pharmaceutique algérienne,qui arrive à enregistrer 53% desbesoins nationaux. C'est ce qu'a indiquéMohhtar Hazebellaoui, dans une interventionà l'endroit des opérateurs du secteurpharmaceutique, en faisant valoir "la politiqued'encouragement de l'Etat aux investisseurs nationaux". "Nous avons 354 projetsnouveaux dont 92 seront opérationnels prochainement dans l'industrie du médicament local".
Selon le ministre, "ce bilanest rassurant, du fait que nous avons économisé3 milliards de dollars de la facture desimportations" , ajoutant que "si nous n'avons pas boosté la production locale,nous aurions obtenu une facture de plus de5 milliards de dinars". La multiplication des laboratoires algériens et l'interdictiond'importer les produits fabriqués localement,ont été pour beaucoup dans cetteétape de la croissance du secteur. Les opérateursde l'UNOP (Union nationale desopérateurs en pharmacie), estiment être rassuréspar les "nouvelles dispositions de
facilités propres à la création de nouveauxlaboratoires", afin d'étoffer le tissu industrielalgérien. Le président de l'UNOP,abdelwahed Kerra,r a quant à lui, mis enavant "le défi relevé par les industriels dusecteur qui ont contribué à 17% de croissance,ce qu'aucun secteur n'a pu obteniren ces années". Il souligne que "la prochaineétape serait d'arriver à 70% de couverturedu marché national", et qui seraatteint avec la volonté de l'Etat pour arriverà une production de qualité. La nomenclatureriche de 2.500 produits actuels pour toutes les classes thérapeutiques, est l'indicequi conforte que "l'Algérie ne veutplus être un dépotoir pour les laboratoiresétrangers". Pour preuve, le chantage exercé par les lobbies pharmaceutiques internationaux n'est pas sans liens étroits sur les pénuries qui ont affecté le marché, depuis des mois. Ces derniers,
qui veulent créer un rapport de dépendance, ne souhaiteraient pas un "investissement local fort". Mais sans compter avec la nouvelle loi sur la santé qui met en exergue "la stratégie de déploiement de l'industrie pharmaceutique locale". Un premier signe est révélateur surl'exportation du générique algérien par 10 laboratoires nationaux, et ceux qui ont conclu des partenariats avec de grandsgroupes. Ces derniers sont arrivés même à se positionner sur le marché africain, comme étape décisive à se faire connaître. D'autres projets naissants s'attaquent aux équipements médicaux qui veulent aussi en découdre avec le tout import qui coûte énormément à l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.