Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché, couvert à 53% de ses besoins
Le médicament Algérien économise 3 milliards de dollars
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 12 - 2018

Le marché du médicament local a réussi son pari. Il arrive à couvrir plus de la moitié desbesoins nationaux. Le ministre de la Santé a révélé, que sans la production locale, la facture de l'importation serait de 5 milliards de dollars.
Le marché du médicament local a réussi son pari. Il arrive à couvrir plus de la moitié desbesoins nationaux. Le ministre de la Santé a révélé, que sans la production locale, la facture de l'importation serait de 5 milliards de dollars.
C'est un bond en avant pour l'industrie pharmaceutique algérienne,qui arrive à enregistrer 53% desbesoins nationaux. C'est ce qu'a indiquéMohhtar Hazebellaoui, dans une interventionà l'endroit des opérateurs du secteurpharmaceutique, en faisant valoir "la politiqued'encouragement de l'Etat aux investisseurs nationaux". "Nous avons 354 projetsnouveaux dont 92 seront opérationnels prochainement dans l'industrie du médicament local".
Selon le ministre, "ce bilanest rassurant, du fait que nous avons économisé3 milliards de dollars de la facture desimportations" , ajoutant que "si nous n'avons pas boosté la production locale,nous aurions obtenu une facture de plus de5 milliards de dinars". La multiplication des laboratoires algériens et l'interdictiond'importer les produits fabriqués localement,ont été pour beaucoup dans cetteétape de la croissance du secteur. Les opérateursde l'UNOP (Union nationale desopérateurs en pharmacie), estiment être rassuréspar les "nouvelles dispositions de
facilités propres à la création de nouveauxlaboratoires", afin d'étoffer le tissu industrielalgérien. Le président de l'UNOP,abdelwahed Kerra,r a quant à lui, mis enavant "le défi relevé par les industriels dusecteur qui ont contribué à 17% de croissance,ce qu'aucun secteur n'a pu obteniren ces années". Il souligne que "la prochaineétape serait d'arriver à 70% de couverturedu marché national", et qui seraatteint avec la volonté de l'Etat pour arriverà une production de qualité. La nomenclatureriche de 2.500 produits actuels pour toutes les classes thérapeutiques, est l'indicequi conforte que "l'Algérie ne veutplus être un dépotoir pour les laboratoiresétrangers". Pour preuve, le chantage exercé par les lobbies pharmaceutiques internationaux n'est pas sans liens étroits sur les pénuries qui ont affecté le marché, depuis des mois. Ces derniers,
qui veulent créer un rapport de dépendance, ne souhaiteraient pas un "investissement local fort". Mais sans compter avec la nouvelle loi sur la santé qui met en exergue "la stratégie de déploiement de l'industrie pharmaceutique locale". Un premier signe est révélateur surl'exportation du générique algérien par 10 laboratoires nationaux, et ceux qui ont conclu des partenariats avec de grandsgroupes. Ces derniers sont arrivés même à se positionner sur le marché africain, comme étape décisive à se faire connaître. D'autres projets naissants s'attaquent aux équipements médicaux qui veulent aussi en découdre avec le tout import qui coûte énormément à l'Etat.
C'est un bond en avant pour l'industrie pharmaceutique algérienne,qui arrive à enregistrer 53% desbesoins nationaux. C'est ce qu'a indiquéMohhtar Hazebellaoui, dans une interventionà l'endroit des opérateurs du secteurpharmaceutique, en faisant valoir "la politiqued'encouragement de l'Etat aux investisseurs nationaux". "Nous avons 354 projetsnouveaux dont 92 seront opérationnels prochainement dans l'industrie du médicament local".
Selon le ministre, "ce bilanest rassurant, du fait que nous avons économisé3 milliards de dollars de la facture desimportations" , ajoutant que "si nous n'avons pas boosté la production locale,nous aurions obtenu une facture de plus de5 milliards de dinars". La multiplication des laboratoires algériens et l'interdictiond'importer les produits fabriqués localement,ont été pour beaucoup dans cetteétape de la croissance du secteur. Les opérateursde l'UNOP (Union nationale desopérateurs en pharmacie), estiment être rassuréspar les "nouvelles dispositions de
facilités propres à la création de nouveauxlaboratoires", afin d'étoffer le tissu industrielalgérien. Le président de l'UNOP,abdelwahed Kerra,r a quant à lui, mis enavant "le défi relevé par les industriels dusecteur qui ont contribué à 17% de croissance,ce qu'aucun secteur n'a pu obteniren ces années". Il souligne que "la prochaineétape serait d'arriver à 70% de couverturedu marché national", et qui seraatteint avec la volonté de l'Etat pour arriverà une production de qualité. La nomenclatureriche de 2.500 produits actuels pour toutes les classes thérapeutiques, est l'indicequi conforte que "l'Algérie ne veutplus être un dépotoir pour les laboratoiresétrangers". Pour preuve, le chantage exercé par les lobbies pharmaceutiques internationaux n'est pas sans liens étroits sur les pénuries qui ont affecté le marché, depuis des mois. Ces derniers,
qui veulent créer un rapport de dépendance, ne souhaiteraient pas un "investissement local fort". Mais sans compter avec la nouvelle loi sur la santé qui met en exergue "la stratégie de déploiement de l'industrie pharmaceutique locale". Un premier signe est révélateur surl'exportation du générique algérien par 10 laboratoires nationaux, et ceux qui ont conclu des partenariats avec de grandsgroupes. Ces derniers sont arrivés même à se positionner sur le marché africain, comme étape décisive à se faire connaître. D'autres projets naissants s'attaquent aux équipements médicaux qui veulent aussi en découdre avec le tout import qui coûte énormément à l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.