Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'option des sanctions financières écartée
Absentéisme des députés
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2018

Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.