Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'option des sanctions financières écartée
Absentéisme des députés
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2018

Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.