Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'option des sanctions financières écartée
Absentéisme des députés
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2018

Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
Décidément les députés de la majorité parlementaire ne veulent pas du tout entendre parler de l'option des sanctions financières pour faire face au phénomène de l'absentéisme.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.
En effet, il semble que cette option a été catégoriquement abandonnée et nefigurera pas, par voie de conséquence, dans le projet de loi portant règlementintérieur de l'APN.C'est ce que révèlent des sources parlementairesqui se font l'écho des discussionsautour de cette question au sein de laCommission des affaires juridiques del'assemblée. Cette commission de l'APNexamine depuis quelques temps déjà leprojet de loi en question et il ressort clairementque la balance penche nettement en nfaveur de l'abandon de toute perspectived'inscrire les sanctions financières contre
les députés absentéistes dans le texte deloi.Ainsi, les membres de cette commission,qui passent au peigne fin la mouture déjàélaborée et mise sous le coude depuis,l'ont notamment expurgée des articles 68et 69. Ce sont ces deux articles qui énoncentnoir sur blanc des sanctions financières,qui ont fait l'objet il y'a quelquesmois, d'intenses tractations au sein nonseulement de la commission, mais égalementà l'APN. On se rappelle que l'ancienprésident de la Chambre basse, SaidBouhadja, a clairement pris position enfaveur de l'introduction des mesures desanctions financières contre les élus absentéistes.Une position qui a suscitée unelevée de boucliers d'une importante partiedes députés de la majorité parlementairequi ont vu d'un très mauvais oeil, le faitque le président de
l'Assemblée prenne unetelle position. C'est ainsi que la majoritédes députés du FLN et du RND se sontouvertement révoltés contre Bouhadja. Cette situation a été à l'origine du report de l‘examen par la plénière de ce projet deloi qui a été alors renvoyé aux calendes grecques. Mais cela a surtout conforté le camp de l'opposition à Said Bouhadja au sein même de son propre camp. Et c'est en partie à cause de cette position que les députés de la majorité parlementaire ont pris position contre Bouhadja et ont soutenu l'option de son éviction de la tête de l'Assemblée. En refusant l'introduction des mesures de sancirons financières dans le règlement intérieur en préparation l'APN risque, au cas où ces dispositions seront entérinées, de se distinguer par rapport au Conseil de la nation.
La chambre haute du Parlement, qui a élaboré son propre règlement intérieur et qui est déjà entré en vigueur, a bel et bien inscrit en bonne place les sanctions financières contre les absentéistes. Les députés sont sur la voie de prendre un chemin opposé à celui pris par les Sénateurs ce qui, à l'évidence, ne manquera pas de les discréditer davantage aux yeux de l'opinion publique nationale. Ce d'autant qu'ils sont régulièrement pointés du doigt et accusés de ne se préoccuper que de leurs propres inerties. Notons que lenouveau règlement intérieur s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité avec les dispositions de la Constitution révisée en 2016 et notamment son article 116.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.