L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN : L'absentéismes encore et toujours
Les députés boudent les travaus de l'assemblée
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2018

L'absentéisme fait encore parler de lui à l'Assemblée populaire nationale (APN). Et pour cause, la séance plénière de jeudi dernier consacrée à aux questions orales, s'est en effet déroulée devant un hémicycle quasi vide.
L'absentéisme fait encore parler de lui à l'Assemblée populaire nationale (APN). Et pour cause, la séance plénière de jeudi dernier consacrée à aux questions orales, s'est en effet déroulée devant un hémicycle quasi vide.
Seulement une vingtaine de députés ont assisté à cette séance, au coursde laquelle de nombreux membres dugouvernement étaient conviés à répondre aux questions qui leur ont été posées pardes députés. Une fois encore, les députésfont des siennes, car en brillant par leurabsence, ils n'ont fait que se discréditerdavantage devant l'opinion publique nationale.Il en est de même d'ailleurs, que cetteInstitution parlementaire, dont l'image est
déjà fortement détériorée.
L'APN, considéréeà juste titre comme une simple chambrd'enregistrement, ne fait rien pourchanger cette image et rehausser sa crédibilité.L'image d'un groupe de députés cadenassant les portes de l'Assemblée restera,pour longtemps encore, gravée dans lesmémoires des Algériens. Comme d'ailleurs le départ forcé de SaidBouhadja dans des conditions très discutableset son remplacement par MouadBouchareb.Un coup de force qualifié par le Premierministre Ahmed Ouyahia, de la légitimitédu "fait accompli". Dès lors, la désertiondes sièges de l'Assemblée par les députés,est somme toute une conséquence de cemarasme ambiant dans lequel baignel'APN, où les députés n'ont comme seul souci, que leurs étroits intérêts. Ce d'autantqu'aucune obligation ne leur estimposée pour assister aux séances plénièreset ce, même si la Constitutionreformée en février 2016, évoque dans unede ses dispositions, la nécessité de la présencedes députés aux travaux del'Assemblée.
"Le député ou le membre duConseil de la Nation se consacre pleinementà l'exercice de son mandat".Les règlements intérieurs de l'Assemblée populaire nationale et du Conseil de la Nation prévoient "des dispositions relatives à l'obligation de participation effective de leurs membres aux travaux des commissions et des séances plénières, sous peine de sanctions applicables en cas d'absence", stipule l'article 116 de la Constitution. C'est une novelle disposition qui n'existait pas dans la précédente Constitution. Et si tel a été le cas, c'est parce que l'absentéisme a déjà fait des ravages et le législateur ambitionnait ainsi, d'y mettre fin. Mais, comme le stipule l'article 116, il faut aussi que cela trouve son prolongement dans le règlement intérieur de l'APN. Un règlement intérieur qui expliciterait cette disposition. Hélas, presque deux ans après l'entrée en vigueur de la Constitution reformée par l'APN n'a pasencore élaboré un nouveau règlement intérieur, pour se conformer à la loi fondamentale, contrairement à la chambre haute du Parlement.
En effet, le Conseil de la nation a adopté un nouveau règlement intérieur, dans lequel plusieurs dispositions relatives aux sanctions des Sénateurs absentéistes ont été introduites. A l'APN, on regarde d'un très mauvais oeil, les dispositions des sanctions, notamment financières, comme cela est le cas au Sénat. C'est sans doute une des raisons qui a poussé les députés de la majorité parlementaire, à se liguer contre Said Bouhadja. Ce dernier a, dans le projet de règlement intérieur qu'il a élaboré, inséré des dispositions qui sanctionnent financièrement les députés absentéistes. En refusant catégoriquement ces nouvelles dispositions, les députés ont fait avorter le projet de règlement intérieur qui a alors été renvoyé aux calendes grecques. Et tant qu'il ne verra pas encore le jour, avec à la clé des dispositions contraignantes, les députés continueront à bouder les séances p énières de l'Assemblée comme bon leursemble.Contenu
Seulement une vingtaine de députés ont assisté à cette séance, au coursde laquelle de nombreux membres dugouvernement étaient conviés à répondre aux questions qui leur ont été posées pardes députés. Une fois encore, les députésfont des siennes, car en brillant par leurabsence, ils n'ont fait que se discréditerdavantage devant l'opinion publique nationale.Il en est de même d'ailleurs, que cetteInstitution parlementaire, dont l'image est
déjà fortement détériorée.
L'APN, considéréeà juste titre comme une simple chambrd'enregistrement, ne fait rien pourchanger cette image et rehausser sa crédibilité.L'image d'un groupe de députés cadenassant les portes de l'Assemblée restera,pour longtemps encore, gravée dans lesmémoires des Algériens. Comme d'ailleurs le départ forcé de SaidBouhadja dans des conditions très discutableset son remplacement par MouadBouchareb.Un coup de force qualifié par le Premierministre Ahmed Ouyahia, de la légitimitédu "fait accompli". Dès lors, la désertiondes sièges de l'Assemblée par les députés,est somme toute une conséquence de cemarasme ambiant dans lequel baignel'APN, où les députés n'ont comme seul souci, que leurs étroits intérêts. Ce d'autantqu'aucune obligation ne leur estimposée pour assister aux séances plénièreset ce, même si la Constitutionreformée en février 2016, évoque dans unede ses dispositions, la nécessité de la présencedes députés aux travaux del'Assemblée.
"Le député ou le membre duConseil de la Nation se consacre pleinementà l'exercice de son mandat".Les règlements intérieurs de l'Assemblée populaire nationale et du Conseil de la Nation prévoient "des dispositions relatives à l'obligation de participation effective de leurs membres aux travaux des commissions et des séances plénières, sous peine de sanctions applicables en cas d'absence", stipule l'article 116 de la Constitution. C'est une novelle disposition qui n'existait pas dans la précédente Constitution. Et si tel a été le cas, c'est parce que l'absentéisme a déjà fait des ravages et le législateur ambitionnait ainsi, d'y mettre fin. Mais, comme le stipule l'article 116, il faut aussi que cela trouve son prolongement dans le règlement intérieur de l'APN. Un règlement intérieur qui expliciterait cette disposition. Hélas, presque deux ans après l'entrée en vigueur de la Constitution reformée par l'APN n'a pasencore élaboré un nouveau règlement intérieur, pour se conformer à la loi fondamentale, contrairement à la chambre haute du Parlement.
En effet, le Conseil de la nation a adopté un nouveau règlement intérieur, dans lequel plusieurs dispositions relatives aux sanctions des Sénateurs absentéistes ont été introduites. A l'APN, on regarde d'un très mauvais oeil, les dispositions des sanctions, notamment financières, comme cela est le cas au Sénat. C'est sans doute une des raisons qui a poussé les députés de la majorité parlementaire, à se liguer contre Said Bouhadja. Ce dernier a, dans le projet de règlement intérieur qu'il a élaboré, inséré des dispositions qui sanctionnent financièrement les députés absentéistes. En refusant catégoriquement ces nouvelles dispositions, les députés ont fait avorter le projet de règlement intérieur qui a alors été renvoyé aux calendes grecques. Et tant qu'il ne verra pas encore le jour, avec à la clé des dispositions contraignantes, les députés continueront à bouder les séances p énières de l'Assemblée comme bon leursemble.Contenu


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.