La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN : L'absentéismes encore et toujours
Les députés boudent les travaus de l'assemblée
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2018

L'absentéisme fait encore parler de lui à l'Assemblée populaire nationale (APN). Et pour cause, la séance plénière de jeudi dernier consacrée à aux questions orales, s'est en effet déroulée devant un hémicycle quasi vide.
L'absentéisme fait encore parler de lui à l'Assemblée populaire nationale (APN). Et pour cause, la séance plénière de jeudi dernier consacrée à aux questions orales, s'est en effet déroulée devant un hémicycle quasi vide.
Seulement une vingtaine de députés ont assisté à cette séance, au coursde laquelle de nombreux membres dugouvernement étaient conviés à répondre aux questions qui leur ont été posées pardes députés. Une fois encore, les députésfont des siennes, car en brillant par leurabsence, ils n'ont fait que se discréditerdavantage devant l'opinion publique nationale.Il en est de même d'ailleurs, que cetteInstitution parlementaire, dont l'image est
déjà fortement détériorée.
L'APN, considéréeà juste titre comme une simple chambrd'enregistrement, ne fait rien pourchanger cette image et rehausser sa crédibilité.L'image d'un groupe de députés cadenassant les portes de l'Assemblée restera,pour longtemps encore, gravée dans lesmémoires des Algériens. Comme d'ailleurs le départ forcé de SaidBouhadja dans des conditions très discutableset son remplacement par MouadBouchareb.Un coup de force qualifié par le Premierministre Ahmed Ouyahia, de la légitimitédu "fait accompli". Dès lors, la désertiondes sièges de l'Assemblée par les députés,est somme toute une conséquence de cemarasme ambiant dans lequel baignel'APN, où les députés n'ont comme seul souci, que leurs étroits intérêts. Ce d'autantqu'aucune obligation ne leur estimposée pour assister aux séances plénièreset ce, même si la Constitutionreformée en février 2016, évoque dans unede ses dispositions, la nécessité de la présencedes députés aux travaux del'Assemblée.
"Le député ou le membre duConseil de la Nation se consacre pleinementà l'exercice de son mandat".Les règlements intérieurs de l'Assemblée populaire nationale et du Conseil de la Nation prévoient "des dispositions relatives à l'obligation de participation effective de leurs membres aux travaux des commissions et des séances plénières, sous peine de sanctions applicables en cas d'absence", stipule l'article 116 de la Constitution. C'est une novelle disposition qui n'existait pas dans la précédente Constitution. Et si tel a été le cas, c'est parce que l'absentéisme a déjà fait des ravages et le législateur ambitionnait ainsi, d'y mettre fin. Mais, comme le stipule l'article 116, il faut aussi que cela trouve son prolongement dans le règlement intérieur de l'APN. Un règlement intérieur qui expliciterait cette disposition. Hélas, presque deux ans après l'entrée en vigueur de la Constitution reformée par l'APN n'a pasencore élaboré un nouveau règlement intérieur, pour se conformer à la loi fondamentale, contrairement à la chambre haute du Parlement.
En effet, le Conseil de la nation a adopté un nouveau règlement intérieur, dans lequel plusieurs dispositions relatives aux sanctions des Sénateurs absentéistes ont été introduites. A l'APN, on regarde d'un très mauvais oeil, les dispositions des sanctions, notamment financières, comme cela est le cas au Sénat. C'est sans doute une des raisons qui a poussé les députés de la majorité parlementaire, à se liguer contre Said Bouhadja. Ce dernier a, dans le projet de règlement intérieur qu'il a élaboré, inséré des dispositions qui sanctionnent financièrement les députés absentéistes. En refusant catégoriquement ces nouvelles dispositions, les députés ont fait avorter le projet de règlement intérieur qui a alors été renvoyé aux calendes grecques. Et tant qu'il ne verra pas encore le jour, avec à la clé des dispositions contraignantes, les députés continueront à bouder les séances p énières de l'Assemblée comme bon leursemble.Contenu
Seulement une vingtaine de députés ont assisté à cette séance, au coursde laquelle de nombreux membres dugouvernement étaient conviés à répondre aux questions qui leur ont été posées pardes députés. Une fois encore, les députésfont des siennes, car en brillant par leurabsence, ils n'ont fait que se discréditerdavantage devant l'opinion publique nationale.Il en est de même d'ailleurs, que cetteInstitution parlementaire, dont l'image est
déjà fortement détériorée.
L'APN, considéréeà juste titre comme une simple chambrd'enregistrement, ne fait rien pourchanger cette image et rehausser sa crédibilité.L'image d'un groupe de députés cadenassant les portes de l'Assemblée restera,pour longtemps encore, gravée dans lesmémoires des Algériens. Comme d'ailleurs le départ forcé de SaidBouhadja dans des conditions très discutableset son remplacement par MouadBouchareb.Un coup de force qualifié par le Premierministre Ahmed Ouyahia, de la légitimitédu "fait accompli". Dès lors, la désertiondes sièges de l'Assemblée par les députés,est somme toute une conséquence de cemarasme ambiant dans lequel baignel'APN, où les députés n'ont comme seul souci, que leurs étroits intérêts. Ce d'autantqu'aucune obligation ne leur estimposée pour assister aux séances plénièreset ce, même si la Constitutionreformée en février 2016, évoque dans unede ses dispositions, la nécessité de la présencedes députés aux travaux del'Assemblée.
"Le député ou le membre duConseil de la Nation se consacre pleinementà l'exercice de son mandat".Les règlements intérieurs de l'Assemblée populaire nationale et du Conseil de la Nation prévoient "des dispositions relatives à l'obligation de participation effective de leurs membres aux travaux des commissions et des séances plénières, sous peine de sanctions applicables en cas d'absence", stipule l'article 116 de la Constitution. C'est une novelle disposition qui n'existait pas dans la précédente Constitution. Et si tel a été le cas, c'est parce que l'absentéisme a déjà fait des ravages et le législateur ambitionnait ainsi, d'y mettre fin. Mais, comme le stipule l'article 116, il faut aussi que cela trouve son prolongement dans le règlement intérieur de l'APN. Un règlement intérieur qui expliciterait cette disposition. Hélas, presque deux ans après l'entrée en vigueur de la Constitution reformée par l'APN n'a pasencore élaboré un nouveau règlement intérieur, pour se conformer à la loi fondamentale, contrairement à la chambre haute du Parlement.
En effet, le Conseil de la nation a adopté un nouveau règlement intérieur, dans lequel plusieurs dispositions relatives aux sanctions des Sénateurs absentéistes ont été introduites. A l'APN, on regarde d'un très mauvais oeil, les dispositions des sanctions, notamment financières, comme cela est le cas au Sénat. C'est sans doute une des raisons qui a poussé les députés de la majorité parlementaire, à se liguer contre Said Bouhadja. Ce dernier a, dans le projet de règlement intérieur qu'il a élaboré, inséré des dispositions qui sanctionnent financièrement les députés absentéistes. En refusant catégoriquement ces nouvelles dispositions, les députés ont fait avorter le projet de règlement intérieur qui a alors été renvoyé aux calendes grecques. Et tant qu'il ne verra pas encore le jour, avec à la clé des dispositions contraignantes, les députés continueront à bouder les séances p énières de l'Assemblée comme bon leursemble.Contenu


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.