POUR DISSIPATION ET RECEL D'ARMES ET DE MUNITIONS DE GUERRE : Mandat d'arrêt contre les généraux Saïd Bey et Chentouf    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    El Tarf.. Un réseau de cambrioleurs démantelé    Vol de véhicules.. Arrestation d'un groupe de malfaiteurs    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Baromètre.. En Hausse : Mokrane Aït Larbi    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    Un sit-in de commémoration a été tenu    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des produits aux substances dangereuses
La mise en garde des défenseurs de la consommation
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 12 - 2018

Après le retrait de la poudre de jus "Amila" du marché, lesassociations de défense desconsommateurs avertissentque d'autres produitscontiennent des substancesnuisibles à la santé des consommateurs.
Après le retrait de la poudre de jus "Amila" du marché, lesassociations de défense desconsommateurs avertissentque d'autres produitscontiennent des substancesnuisibles à la santé des consommateurs.
Le premier à réagir est l'association Amane qui, par le biais de sonreprésentant Menaouar Hacen, aindiqué que "d'autres produits sont pourvusde substance avec risque sur la santé desconsommateurs".Ce dernier a révélé que "la
kératineimportée de Chine est présente dans desproduits à consommation régulière" et quipeuvent conduire à un risque certain. Cettesubstance qui est interdite d'usage dans l'espaceeuropéen est considérée comme "additif dangereux". Dès lors, comment ceproduit est-il permis sur le marchéalgérien ? La réponse est du côté desautorités du ministère du Commerce qui,selon les associations de défense des consommateurs,doivent analyser les échantillonsdes autres produits importés ou fabriquéslocalement. Cette association metengarde contre "certains résidus chimiquesexistant dans d'autres produits de détergentset de cosmétiques,
qui doivent êtreanalysés avec minutie". Sans citer les produitsen cause, l'association Amane faitétat "de manque de contrôle rigoureux de lapart des laboratoires de qualité". Il convientde signaler que l'Apoce (Associationnationale pour la protection des consommateurs)a déjà révélé dans son enquête deseptembre dernier, que "des produitsanalysés contiennent des métaux lourdsaux taux élevés de minéraux et germes decontamination" en précisant que "des marquesde confitures, détergents et cosmétiquescontiennent des substancesnocives".
Des produits qui ne se conformentpas aux "qualités standards à la consommation"échappent parfois au contrôlesystématique des laboratoires et sont cédés dans des marchés informels. Le plus indiqué dans cette arnaque est le dernier scandale du"café frelaté"qui a mis en émoi les consommateurs et a en même temps, alerté les autorités que tout produit à la consommation courante est placé en suspicion. Pis encore, certains producteurs ne se conforment pas aux instructions données par le ministère du Commerce sur "le surdosage en additifs toxiques aux larges produits de consommation alimentaire". On peut citer le cas de certains sucres et colorants présents dans les jus de fruits et sodas, qui ne sont pas mentionnés dans les étiquettes.
L'aspartam, produit qui a été rangé par l'OMS comme substance cancérigène, continue d'être ajoutée dans les boissons fabriquées en Algérie, alors que pour démentir cette assertion, les producteurs estiment quel'aspartam ne présente pas les caractéristiques d'une substance toxique. Quoi qu'ilen soit, il reste primordial pour les consommateurs d'être vigilants sur l'arrivée des nouveaux produits à l'attrait séduisant mais, qui peuvent comporter de faux ingrédients capables de les empoisonner.
Le premier à réagir est l'association Amane qui, par le biais de sonreprésentant Menaouar Hacen, aindiqué que "d'autres produits sont pourvusde substance avec risque sur la santé desconsommateurs".Ce dernier a révélé que "la
kératineimportée de Chine est présente dans desproduits à consommation régulière" et quipeuvent conduire à un risque certain. Cettesubstance qui est interdite d'usage dans l'espaceeuropéen est considérée comme "additif dangereux". Dès lors, comment ceproduit est-il permis sur le marchéalgérien ? La réponse est du côté desautorités du ministère du Commerce qui,selon les associations de défense des consommateurs,doivent analyser les échantillonsdes autres produits importés ou fabriquéslocalement. Cette association metengarde contre "certains résidus chimiquesexistant dans d'autres produits de détergentset de cosmétiques,
qui doivent êtreanalysés avec minutie". Sans citer les produitsen cause, l'association Amane faitétat "de manque de contrôle rigoureux de lapart des laboratoires de qualité". Il convientde signaler que l'Apoce (Associationnationale pour la protection des consommateurs)a déjà révélé dans son enquête deseptembre dernier, que "des produitsanalysés contiennent des métaux lourdsaux taux élevés de minéraux et germes decontamination" en précisant que "des marquesde confitures, détergents et cosmétiquescontiennent des substancesnocives".
Des produits qui ne se conformentpas aux "qualités standards à la consommation"échappent parfois au contrôlesystématique des laboratoires et sont cédés dans des marchés informels. Le plus indiqué dans cette arnaque est le dernier scandale du"café frelaté"qui a mis en émoi les consommateurs et a en même temps, alerté les autorités que tout produit à la consommation courante est placé en suspicion. Pis encore, certains producteurs ne se conforment pas aux instructions données par le ministère du Commerce sur "le surdosage en additifs toxiques aux larges produits de consommation alimentaire". On peut citer le cas de certains sucres et colorants présents dans les jus de fruits et sodas, qui ne sont pas mentionnés dans les étiquettes.
L'aspartam, produit qui a été rangé par l'OMS comme substance cancérigène, continue d'être ajoutée dans les boissons fabriquées en Algérie, alors que pour démentir cette assertion, les producteurs estiment quel'aspartam ne présente pas les caractéristiques d'une substance toxique. Quoi qu'ilen soit, il reste primordial pour les consommateurs d'être vigilants sur l'arrivée des nouveaux produits à l'attrait séduisant mais, qui peuvent comporter de faux ingrédients capables de les empoisonner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.