Plus de 250 adhérentes à la Cellule d'accompagnement de la femme rurale    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Les défis de la gestion de la LFP en question    Zerouati officialise son retour à la tête du club    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Real Madrid: Benzema titulaire à Majorque, pas Varane    L'ANIE à pied d'œuvre    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Régulation de l'économie avec l'apport des Nations-Unies et de l'UE    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des produits aux substances dangereuses
La mise en garde des défenseurs de la consommation
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 12 - 2018

Après le retrait de la poudre de jus "Amila" du marché, lesassociations de défense desconsommateurs avertissentque d'autres produitscontiennent des substancesnuisibles à la santé des consommateurs.
Après le retrait de la poudre de jus "Amila" du marché, lesassociations de défense desconsommateurs avertissentque d'autres produitscontiennent des substancesnuisibles à la santé des consommateurs.
Le premier à réagir est l'association Amane qui, par le biais de sonreprésentant Menaouar Hacen, aindiqué que "d'autres produits sont pourvusde substance avec risque sur la santé desconsommateurs".Ce dernier a révélé que "la
kératineimportée de Chine est présente dans desproduits à consommation régulière" et quipeuvent conduire à un risque certain. Cettesubstance qui est interdite d'usage dans l'espaceeuropéen est considérée comme "additif dangereux". Dès lors, comment ceproduit est-il permis sur le marchéalgérien ? La réponse est du côté desautorités du ministère du Commerce qui,selon les associations de défense des consommateurs,doivent analyser les échantillonsdes autres produits importés ou fabriquéslocalement. Cette association metengarde contre "certains résidus chimiquesexistant dans d'autres produits de détergentset de cosmétiques,
qui doivent êtreanalysés avec minutie". Sans citer les produitsen cause, l'association Amane faitétat "de manque de contrôle rigoureux de lapart des laboratoires de qualité". Il convientde signaler que l'Apoce (Associationnationale pour la protection des consommateurs)a déjà révélé dans son enquête deseptembre dernier, que "des produitsanalysés contiennent des métaux lourdsaux taux élevés de minéraux et germes decontamination" en précisant que "des marquesde confitures, détergents et cosmétiquescontiennent des substancesnocives".
Des produits qui ne se conformentpas aux "qualités standards à la consommation"échappent parfois au contrôlesystématique des laboratoires et sont cédés dans des marchés informels. Le plus indiqué dans cette arnaque est le dernier scandale du"café frelaté"qui a mis en émoi les consommateurs et a en même temps, alerté les autorités que tout produit à la consommation courante est placé en suspicion. Pis encore, certains producteurs ne se conforment pas aux instructions données par le ministère du Commerce sur "le surdosage en additifs toxiques aux larges produits de consommation alimentaire". On peut citer le cas de certains sucres et colorants présents dans les jus de fruits et sodas, qui ne sont pas mentionnés dans les étiquettes.
L'aspartam, produit qui a été rangé par l'OMS comme substance cancérigène, continue d'être ajoutée dans les boissons fabriquées en Algérie, alors que pour démentir cette assertion, les producteurs estiment quel'aspartam ne présente pas les caractéristiques d'une substance toxique. Quoi qu'ilen soit, il reste primordial pour les consommateurs d'être vigilants sur l'arrivée des nouveaux produits à l'attrait séduisant mais, qui peuvent comporter de faux ingrédients capables de les empoisonner.
Le premier à réagir est l'association Amane qui, par le biais de sonreprésentant Menaouar Hacen, aindiqué que "d'autres produits sont pourvusde substance avec risque sur la santé desconsommateurs".Ce dernier a révélé que "la
kératineimportée de Chine est présente dans desproduits à consommation régulière" et quipeuvent conduire à un risque certain. Cettesubstance qui est interdite d'usage dans l'espaceeuropéen est considérée comme "additif dangereux". Dès lors, comment ceproduit est-il permis sur le marchéalgérien ? La réponse est du côté desautorités du ministère du Commerce qui,selon les associations de défense des consommateurs,doivent analyser les échantillonsdes autres produits importés ou fabriquéslocalement. Cette association metengarde contre "certains résidus chimiquesexistant dans d'autres produits de détergentset de cosmétiques,
qui doivent êtreanalysés avec minutie". Sans citer les produitsen cause, l'association Amane faitétat "de manque de contrôle rigoureux de lapart des laboratoires de qualité". Il convientde signaler que l'Apoce (Associationnationale pour la protection des consommateurs)a déjà révélé dans son enquête deseptembre dernier, que "des produitsanalysés contiennent des métaux lourdsaux taux élevés de minéraux et germes decontamination" en précisant que "des marquesde confitures, détergents et cosmétiquescontiennent des substancesnocives".
Des produits qui ne se conformentpas aux "qualités standards à la consommation"échappent parfois au contrôlesystématique des laboratoires et sont cédés dans des marchés informels. Le plus indiqué dans cette arnaque est le dernier scandale du"café frelaté"qui a mis en émoi les consommateurs et a en même temps, alerté les autorités que tout produit à la consommation courante est placé en suspicion. Pis encore, certains producteurs ne se conforment pas aux instructions données par le ministère du Commerce sur "le surdosage en additifs toxiques aux larges produits de consommation alimentaire". On peut citer le cas de certains sucres et colorants présents dans les jus de fruits et sodas, qui ne sont pas mentionnés dans les étiquettes.
L'aspartam, produit qui a été rangé par l'OMS comme substance cancérigène, continue d'être ajoutée dans les boissons fabriquées en Algérie, alors que pour démentir cette assertion, les producteurs estiment quel'aspartam ne présente pas les caractéristiques d'une substance toxique. Quoi qu'ilen soit, il reste primordial pour les consommateurs d'être vigilants sur l'arrivée des nouveaux produits à l'attrait séduisant mais, qui peuvent comporter de faux ingrédients capables de les empoisonner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.