Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



FFS : l'arme de l'exclusion
Contrairement aux valeurs démocratiques
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 01 - 2019

Au FFS la crise interne vient de franchir un nouveau palier. L'exclusion de l'ex-chef du groupe parlementaire du parti à l'APN, Chaaffa Bouaiche, ne fera en effet qu'exacerber encore davantage cette crise dans laquelle est plongé le plus vieux parti de l'opposition.
Au FFS la crise interne vient de franchir un nouveau palier. L'exclusion de l'ex-chef du groupe parlementaire du parti à l'APN, Chaaffa Bouaiche, ne fera en effet qu'exacerber encore davantage cette crise dans laquelle est plongé le plus vieux parti de l'opposition.
En utilisant l'arme de l'exclusion la nouvelle direction du parti issue ducongrès extraordinaire de l'annéedernière confirme sa démarche de sévircontre les membres de l'ancienne direction.Bouaiche, ancien chef du groupe parlementaire,est connu pour être un desprincipaux membres de l'ancienne directionqui a perdu la bataille lors du derniercongrès extraordinaire. Ce député de lawilaya de Béjaïa, qui faisait d'ailleurs l'objetd'une suspension pour une période desix mois a, cette fois-ci, été définitivement radié du parti pour le motif de nonpayement de ses cotisations.
Une accusationqu'il a d'ailleurs rejetée avec force parle biais d'un communiqué. "Ne voulant pasperturber notre campagne pour les électionssénatoriales de décembre, je me suisabstenu de réagir à la décision prise par lacommission nationale de médiation et derèglement des conflits du parti consistanten ma radiation du FFS pour refus de payementdes contributions financières" commencepar écrire Bouaiche dans sa missiveà l ‘adresse des militantes et militants du parti.
"Tout le monde sait que j'ai toujoursété de ceux qui condamnent haut et fort lesélus qui refusent de payer leurs contributions.Aussi il n'a jamais été question pourmoi de trahir un engagement pris devant les militantes et les militants du FFS. J'aiinformé la direction du parti, par courrier électronique, de mon intention de régulariser ma situation dès l'expiration de ma suspension de 6 mois" a-t-il ajouté comme pour se disculper de toute intention de se soustraire à cette obligation. "Pourtant, et sans m'avoir entendu au préalable, la commission dite de médiation a prononcé ma radiation et certains en ont profité pour tenter de me salir sur les réseaux sociaux.
Chers camarades, je vous informe que je me suis acquitté de la totalité de mes contributions financières" a-til encore précisé avant de clamer, malgré cette radiation, sa fidélité au FFS. "Radier ou pas, je ne trahirai pas mes engagements envers le FFS qui m'a confié la mission de représenter le plus dignement la population". Cette épilogue traduit la profonde division qui traverse le parti ou l'actuelle direction recourt systématiquement à l'arme de l'exclusion pour se défaire de ses détracteurs. Une attitude loin d'être démocratique selon nombre d'observateurs. Ce d'autant que ce parti n'a eu de cesse de se revendiquer des idéaux de la démocratie. Radié un cadre pour une histoire de contribution financière, alors qu'il était possible de recourir à d'autres mesures disciplinaires, est loin de relever des principes intangibles de la démocratie. L'actuelle direction du FFS, qui s'est engagée au sortir du congrès extraordinaire de réhabiliter les principes démocratiques dans le fonctionnement du parti, vient ainsi d'être prise en défaut.
Elle retombe dans les mêmes travers que l'ancienne direction qui a, elle aussi, usée de l'arme de l'exclusion contre ses opposants. En tout cas ce facteur ne fera que fragiliser encore plus le FFS et confortera certainement les risques d'implosion du parti tant les divisions semblent très profondes et irrémédiables.
En utilisant l'arme de l'exclusion la nouvelle direction du parti issue ducongrès extraordinaire de l'annéedernière confirme sa démarche de sévircontre les membres de l'ancienne direction.Bouaiche, ancien chef du groupe parlementaire,est connu pour être un desprincipaux membres de l'ancienne directionqui a perdu la bataille lors du derniercongrès extraordinaire. Ce député de lawilaya de Béjaïa, qui faisait d'ailleurs l'objetd'une suspension pour une période desix mois a, cette fois-ci, été définitivement radié du parti pour le motif de nonpayement de ses cotisations.
Une accusationqu'il a d'ailleurs rejetée avec force parle biais d'un communiqué. "Ne voulant pasperturber notre campagne pour les électionssénatoriales de décembre, je me suisabstenu de réagir à la décision prise par lacommission nationale de médiation et derèglement des conflits du parti consistanten ma radiation du FFS pour refus de payementdes contributions financières" commencepar écrire Bouaiche dans sa missiveà l ‘adresse des militantes et militants du parti.
"Tout le monde sait que j'ai toujoursété de ceux qui condamnent haut et fort lesélus qui refusent de payer leurs contributions.Aussi il n'a jamais été question pourmoi de trahir un engagement pris devant les militantes et les militants du FFS. J'aiinformé la direction du parti, par courrier électronique, de mon intention de régulariser ma situation dès l'expiration de ma suspension de 6 mois" a-t-il ajouté comme pour se disculper de toute intention de se soustraire à cette obligation. "Pourtant, et sans m'avoir entendu au préalable, la commission dite de médiation a prononcé ma radiation et certains en ont profité pour tenter de me salir sur les réseaux sociaux.
Chers camarades, je vous informe que je me suis acquitté de la totalité de mes contributions financières" a-til encore précisé avant de clamer, malgré cette radiation, sa fidélité au FFS. "Radier ou pas, je ne trahirai pas mes engagements envers le FFS qui m'a confié la mission de représenter le plus dignement la population". Cette épilogue traduit la profonde division qui traverse le parti ou l'actuelle direction recourt systématiquement à l'arme de l'exclusion pour se défaire de ses détracteurs. Une attitude loin d'être démocratique selon nombre d'observateurs. Ce d'autant que ce parti n'a eu de cesse de se revendiquer des idéaux de la démocratie. Radié un cadre pour une histoire de contribution financière, alors qu'il était possible de recourir à d'autres mesures disciplinaires, est loin de relever des principes intangibles de la démocratie. L'actuelle direction du FFS, qui s'est engagée au sortir du congrès extraordinaire de réhabiliter les principes démocratiques dans le fonctionnement du parti, vient ainsi d'être prise en défaut.
Elle retombe dans les mêmes travers que l'ancienne direction qui a, elle aussi, usée de l'arme de l'exclusion contre ses opposants. En tout cas ce facteur ne fera que fragiliser encore plus le FFS et confortera certainement les risques d'implosion du parti tant les divisions semblent très profondes et irrémédiables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.