La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    Un Palestinien tué dans une nouvelle agression israélienne    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Les campus au rendez-vous    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Sensibilisation et dépistage tous azimuts    Séance surréaliste à l'APN    Emploi au Sud: Un plan d'action dans une dizaine de jours pour définir définitivement les entraves    Rupture et montée en gamme    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Algérie - Zambie : déclarations des joueurs en zone mixte    Que reste-t-il du grand clasico ?    Le PAC dans le groupe D    Du huis clos pour le MCO et l'USMAn, des amendes pour l'ASAM    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Vingt-huit personnes condamnées à la prison ferme    Un danger qui interpelle    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Vivre avec et contre le passé    Examen des propositions relatives à la régularisation de la situation des diplômés bénéficiaires de contrats de pré-emploi    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    ACCUSER L'HIVER ET LES SAISONS    38ème mardi de mobilisation: Les étudiants réclament «une justice indépendante»    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Le pari gagnant de l'Algérie    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Botswana : Amrouche retient 25 joueurs pour le Zimbabwe et l'Algérie    Le prononcé du jugement renvoyé au 19 novembre    Ligue 1 (mise à jour/10e journée) MCA-JSK : Les Algérois pour s'emparer du fauteuil de leader    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Personnalités inconnues, sans programmes ni vision
Des Candidats à la pelle pour la présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 01 - 2019

Une floraison de candidats à l'élection présidentielle renseigne de prime abord, sur des personnes inconnues, sans expérience politique et qui se rivalisent à coups de promesses et de mots magiques.
Une floraison de candidats à l'élection présidentielle renseigne de prime abord, sur des personnes inconnues, sans expérience politique et qui se rivalisent à coups de promesses et de mots magiques.
Avec une liste première de 101 personnes, c'est du jamais vupour une élection présidentielle.Hormis Makri du MSP etBenflis de Talaie El Houriet, deuxpersonnalités de pointure, la listes'étoffe avec des personnes qui n'ontpas d'horizon politique bien précis,ni une carrière dans les cénacles despartis et, encore moins, un parcoursd'hommes expérimentés. C'est lacaractéristique relevée des noms quiont annoncé leur candidature, quireste un enjeu majeur de la vie politiquedes Algériens et qui scelle lesort d'une nation. On a eu droit à despersonnes comme Rachid Nekaz ouTahar Missoum qui, depuis quelquesjours, postent des vidéos pour parler,de tout et de rien.
D'autres commeles nouveaux jeunes, qui se sont lancésdans la politique comme c'est lecas de Fethi Gherras parrainé par leMDS, ont l'avantage d'être de brillantsorateurs sans plus. Bref, des"politiciens" de dernière heure, ou ceux qui se présentent comme candidatstous les 5 ans, pour uniquementmarquer le point et bénéficier d'uncoup de publicité à leur endroit. Sousd'autres cieux, une élection présidentiellemobilise toutes les ressourcesd'un pays, et une floraison de débatset de programmes, aussi variés que contradictoires. En Algérie, on en est à des prémices peu convaincantes. Si partis ont préféré ne pas se présenter et "boycotter" cette élection, d'autres ne sont qu'à l'initiative de soutenir le candidat sortant.
Surles plateaux de TV, rien ne caractérisedes débats de haute teneur politique. Certains candidats inconnus du "bataillon" de la scène politiqueen rien des programmes sur lesquels devraient s'asseoir leur position, ou leur vision autour de changements à mettre au point. Même sur les réseaux sociaux, ils ne sont pas présents et n'arrivent pas à se situer dans un cadre net et visible. uns comme les autres, ne tiennent de discours cohérents sur un donné, et se contentent d'émettre des généralités fort rébarbatives et des constats connus de tous. Il faudra vraisemblablement attendre les sorties médiatiques des ténors de la vie politique, pour espérer voir clair sur l'enjeu électoral du 18 avril prochain. En attendant, les candidats qui savent que la course à la présidentielle sera rude et pleines de surprises, ne peuvent espérer aller au-delà de leurs intentions premières. Autrement dit, la décantation sera entamée pour ne garder que les plus tenaces, et qui jouissent d'une aura populaire et d'une vision qui épouse les préoccupations et attentes citoyennes.
Avec une liste première de 101 personnes, c'est du jamais vupour une élection présidentielle.Hormis Makri du MSP etBenflis de Talaie El Houriet, deuxpersonnalités de pointure, la listes'étoffe avec des personnes qui n'ontpas d'horizon politique bien précis,ni une carrière dans les cénacles despartis et, encore moins, un parcoursd'hommes expérimentés. C'est lacaractéristique relevée des noms quiont annoncé leur candidature, quireste un enjeu majeur de la vie politiquedes Algériens et qui scelle lesort d'une nation. On a eu droit à despersonnes comme Rachid Nekaz ouTahar Missoum qui, depuis quelquesjours, postent des vidéos pour parler,de tout et de rien.
D'autres commeles nouveaux jeunes, qui se sont lancésdans la politique comme c'est lecas de Fethi Gherras parrainé par leMDS, ont l'avantage d'être de brillantsorateurs sans plus. Bref, des"politiciens" de dernière heure, ou ceux qui se présentent comme candidatstous les 5 ans, pour uniquementmarquer le point et bénéficier d'uncoup de publicité à leur endroit. Sousd'autres cieux, une élection présidentiellemobilise toutes les ressourcesd'un pays, et une floraison de débatset de programmes, aussi variés que contradictoires. En Algérie, on en est à des prémices peu convaincantes. Si partis ont préféré ne pas se présenter et "boycotter" cette élection, d'autres ne sont qu'à l'initiative de soutenir le candidat sortant.
Surles plateaux de TV, rien ne caractérisedes débats de haute teneur politique. Certains candidats inconnus du "bataillon" de la scène politiqueen rien des programmes sur lesquels devraient s'asseoir leur position, ou leur vision autour de changements à mettre au point. Même sur les réseaux sociaux, ils ne sont pas présents et n'arrivent pas à se situer dans un cadre net et visible. uns comme les autres, ne tiennent de discours cohérents sur un donné, et se contentent d'émettre des généralités fort rébarbatives et des constats connus de tous. Il faudra vraisemblablement attendre les sorties médiatiques des ténors de la vie politique, pour espérer voir clair sur l'enjeu électoral du 18 avril prochain. En attendant, les candidats qui savent que la course à la présidentielle sera rude et pleines de surprises, ne peuvent espérer aller au-delà de leurs intentions premières. Autrement dit, la décantation sera entamée pour ne garder que les plus tenaces, et qui jouissent d'une aura populaire et d'une vision qui épouse les préoccupations et attentes citoyennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.