L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Personnalités inconnues, sans programmes ni vision
Des Candidats à la pelle pour la présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 01 - 2019

Une floraison de candidats à l'élection présidentielle renseigne de prime abord, sur des personnes inconnues, sans expérience politique et qui se rivalisent à coups de promesses et de mots magiques.
Une floraison de candidats à l'élection présidentielle renseigne de prime abord, sur des personnes inconnues, sans expérience politique et qui se rivalisent à coups de promesses et de mots magiques.
Avec une liste première de 101 personnes, c'est du jamais vupour une élection présidentielle.Hormis Makri du MSP etBenflis de Talaie El Houriet, deuxpersonnalités de pointure, la listes'étoffe avec des personnes qui n'ontpas d'horizon politique bien précis,ni une carrière dans les cénacles despartis et, encore moins, un parcoursd'hommes expérimentés. C'est lacaractéristique relevée des noms quiont annoncé leur candidature, quireste un enjeu majeur de la vie politiquedes Algériens et qui scelle lesort d'une nation. On a eu droit à despersonnes comme Rachid Nekaz ouTahar Missoum qui, depuis quelquesjours, postent des vidéos pour parler,de tout et de rien.
D'autres commeles nouveaux jeunes, qui se sont lancésdans la politique comme c'est lecas de Fethi Gherras parrainé par leMDS, ont l'avantage d'être de brillantsorateurs sans plus. Bref, des"politiciens" de dernière heure, ou ceux qui se présentent comme candidatstous les 5 ans, pour uniquementmarquer le point et bénéficier d'uncoup de publicité à leur endroit. Sousd'autres cieux, une élection présidentiellemobilise toutes les ressourcesd'un pays, et une floraison de débatset de programmes, aussi variés que contradictoires. En Algérie, on en est à des prémices peu convaincantes. Si partis ont préféré ne pas se présenter et "boycotter" cette élection, d'autres ne sont qu'à l'initiative de soutenir le candidat sortant.
Surles plateaux de TV, rien ne caractérisedes débats de haute teneur politique. Certains candidats inconnus du "bataillon" de la scène politiqueen rien des programmes sur lesquels devraient s'asseoir leur position, ou leur vision autour de changements à mettre au point. Même sur les réseaux sociaux, ils ne sont pas présents et n'arrivent pas à se situer dans un cadre net et visible. uns comme les autres, ne tiennent de discours cohérents sur un donné, et se contentent d'émettre des généralités fort rébarbatives et des constats connus de tous. Il faudra vraisemblablement attendre les sorties médiatiques des ténors de la vie politique, pour espérer voir clair sur l'enjeu électoral du 18 avril prochain. En attendant, les candidats qui savent que la course à la présidentielle sera rude et pleines de surprises, ne peuvent espérer aller au-delà de leurs intentions premières. Autrement dit, la décantation sera entamée pour ne garder que les plus tenaces, et qui jouissent d'une aura populaire et d'une vision qui épouse les préoccupations et attentes citoyennes.
Avec une liste première de 101 personnes, c'est du jamais vupour une élection présidentielle.Hormis Makri du MSP etBenflis de Talaie El Houriet, deuxpersonnalités de pointure, la listes'étoffe avec des personnes qui n'ontpas d'horizon politique bien précis,ni une carrière dans les cénacles despartis et, encore moins, un parcoursd'hommes expérimentés. C'est lacaractéristique relevée des noms quiont annoncé leur candidature, quireste un enjeu majeur de la vie politiquedes Algériens et qui scelle lesort d'une nation. On a eu droit à despersonnes comme Rachid Nekaz ouTahar Missoum qui, depuis quelquesjours, postent des vidéos pour parler,de tout et de rien.
D'autres commeles nouveaux jeunes, qui se sont lancésdans la politique comme c'est lecas de Fethi Gherras parrainé par leMDS, ont l'avantage d'être de brillantsorateurs sans plus. Bref, des"politiciens" de dernière heure, ou ceux qui se présentent comme candidatstous les 5 ans, pour uniquementmarquer le point et bénéficier d'uncoup de publicité à leur endroit. Sousd'autres cieux, une élection présidentiellemobilise toutes les ressourcesd'un pays, et une floraison de débatset de programmes, aussi variés que contradictoires. En Algérie, on en est à des prémices peu convaincantes. Si partis ont préféré ne pas se présenter et "boycotter" cette élection, d'autres ne sont qu'à l'initiative de soutenir le candidat sortant.
Surles plateaux de TV, rien ne caractérisedes débats de haute teneur politique. Certains candidats inconnus du "bataillon" de la scène politiqueen rien des programmes sur lesquels devraient s'asseoir leur position, ou leur vision autour de changements à mettre au point. Même sur les réseaux sociaux, ils ne sont pas présents et n'arrivent pas à se situer dans un cadre net et visible. uns comme les autres, ne tiennent de discours cohérents sur un donné, et se contentent d'émettre des généralités fort rébarbatives et des constats connus de tous. Il faudra vraisemblablement attendre les sorties médiatiques des ténors de la vie politique, pour espérer voir clair sur l'enjeu électoral du 18 avril prochain. En attendant, les candidats qui savent que la course à la présidentielle sera rude et pleines de surprises, ne peuvent espérer aller au-delà de leurs intentions premières. Autrement dit, la décantation sera entamée pour ne garder que les plus tenaces, et qui jouissent d'une aura populaire et d'une vision qui épouse les préoccupations et attentes citoyennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.