Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia, un «joker»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 11 - 2018

L'un, dans l'opposition, ne veut pas trop s'impliquer, l'autre, à la tête de la seconde force politique nationale, continue à jouer le jeu et le troisième, qui dirige le premier parti du pays, reste convaincu que le président Bouteflika va briguer un 5ème mandat. C'est, résumé, l'essentiel de l'actualité politique qui reste encore rivée sur les pronostics des uns et des autres quant à une éventuelle 5ème candidature de M. Bouteflika à la prochaine élection présidentielle. Certes, les images montrant un président affaibli lors des festivités du 1er Novembre ont donné du tonus aux opposants à cette candidature. Par contre, «Talaie El Hourriet», le parti d'Ali Benflis, ancien allié de Bouteflika passé dans l'opposition, reste prudent et ne donne aucune visibilité sur ses prétentions électorales pour le moment. Il préfère attendre la suite des événements, c'est-à-dire l'annonce soit d'une candidature pour un 5ème mandat, soit le retrait du chef de l'Etat de la course à la prochaine présidentielle.
Ali Benflis ne fait pas en réalité grand mystère de sa tactique puisqu'il l'a expliquée samedi devant ses militants. «L'Algérie vit politiquement une opacité totale, il n'y a pas de certitude sur un cinquième mandat. On n'est pas sûr qu'il y aura un cinquième mandat et on n'est pas certain qu'il n'y aura pas de cinquième mandat». Devant ses militants, il laisse la porte ouverte à toutes les éventualités en refusant de trancher si oui ou non son parti va participer à cette élection dans le cas d'une candidature officielle de Bouteflika. Prudent, il laissera cette décision au comité central du parti, une manière comme une autre de montrer qu'au sein de Talaie El Hourriet «on est démocratique».
Ce n'est pas le cas pour le patron du RND Ahmed Ouyahia qui a donné des consignes strictes à ses militants pour soutenir un éventuel 5ème mandat du président Bouteflika. Or, selon d'anciens cadres du FLN, il n'y a qu'Ahmed Ouyahia qui remplit les critères d'un potentiel présidentiable, en cas de retrait du président Bouteflika. Certes, il y a l'incontournable cooptation, mais Ouyahia pourra aisément l'avoir, même dans le cas d'une farouche opposition du FLN, un partenaire souvent imprévisible. D'autant que le SG du FLN, tranquille sur ses 18 mètres pour le moment, pourrait être tenté de rebattre les cartes si, comme le laisse entendre le président de Talaie El Hourriet, il n'y aurait pas une candidature pour un 5ème mandat. Et Ali Benflis, en homme du système, sait que tout est possible à ce stade des événements. D'autant que la prudence d'Ahmed Ouyahia à rester dans ses bottes et ne pas s'aventurer en terrain inconnu à un moment de rassemblement de la majorité présidentielle est significative de l'extrême discipline politique et morale de l'homme.
Jamais Ahmed Ouyahia, que l'on présente volontiers comme un potentiel présidentiable, avec un large consensus autour de sa candidature, ne tentera le diable en allant laisser transparaître quelques prétentions politiques alors que pour le moment un 5ème mandat n'est pas encore remis en cause. En cela, Ouyahia ne présente pour le moment aucun danger politique et restera dans le giron des orientations du président Bouteflika. A moins d'un signal, un feu vert pour que la donne change et que la course à la prochaine présidentielle soit plus ouverte, une éventualité qui ferait éclater la belle harmonie des partis de la majorité. Les pronostics restent ouverts et les options encore plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.